Economy

Google et la France mettent fin à leur différend sur le droit d’auteur sur les actualités

Les bannières Google Inc s’affichent. Sur un immeuble de bureaux à l’intérieur du siège de Googleplex à Mountain View, Californie, États-Unis

En vertu de l’accord, le géant américain de la technologie fera aux groupes de presse une offre transparente de paiement dans les trois mois suivant la réception d’une plainte pour atteinte aux droits d’auteur.

Le cadre fait partie d’un processus visant à appliquer la loi de l’Union européenne de 2019 sur les « droits voisins » qui a cherché à sévir contre les plateformes en ligne utilisant des extraits de contenu multimédia sans paiement.

Des organisations représentant des magazines et des journaux français – ainsi que l’Agence France-Presse – ont porté l’affaire devant le régulateur il y a trois ans.

L’arrangement français peut désormais être suivi dans le reste des 27 États membres de l’UE.

Google s’est battu avec acharnement contre l’idée de payer pour le contenu et a été condamné à une amende de 500 millions d’euros (530 millions de dollars) l’année dernière pour ne pas avoir négocié de bonne foi.

Mais l’autorité a déclaré mardi que Google avait abandonné son appel contre l’amende et que ses engagements à négocier équitablement « mettraient probablement fin aux problèmes de concurrence ».

Le cadre est en place pour les cinq prochaines années et peut être renouvelé si l’autorité de régulation française le juge opportun.

Le chef de l’Autorité de la concurrence, Benoit Curie, a déclaré lors d’une conférence de presse que la France avait obtenu plus de concessions de conformité de Google que la plupart des autres pays et que la décision de mardi « alimentera le débat européen ».

READ  Liban-Syrie: contrebande et nouvelles sanctions en première ligne

Sébastien Messoff, directeur général de Google en France, a déclaré que l’accord confirme les accords qu’il a déjà conclus avec des entreprises françaises.

« Il s’agit d’une décision historique qui établit un cadre durable pour les récompenses des éditeurs, des agences de presse et des journalistes en droit français », a déclaré Messoff.

Google a déclaré qu’environ 150 publications en France avaient déjà signé des contrats pour les bonus – parmi lesquels l’Agence France-Presse et des journaux tels que Le Monde.

La société a déclaré qu’environ 650 entreprises à travers l’Europe ont conclu des accords.

Cependant, il est désormais possible pour ces entreprises d’annuler leurs accords et d’essayer de renégocier de meilleures conditions dans le cadre du nouveau cadre.

L’octroi de licences de contenu d’actualités par Google est déjà réglementé en Australie, et les législateurs britanniques se penchent sur la question.

lien court:

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer