Tech

Freire Shipyard conclut un accord pour construire l’océanographie

Freire Shipyard a signé un contrat avec l’IFREMER – l’Institut national français d’océanographie – pour la construction d’un nouveau navire de 40,3 mètres pour la flotte océanique française. Il sera conçu pour traiter de toutes les disciplines océanographiques des régions côtières atlantiques : sciences de la Terre et paléoclimatologie, océanographie physique et biochimique, océanographie biologique et fonctionnement des écosystèmes, de la côte au plateau continental. Elle effectuera également des tâches de pêche sur le plateau continental et accueillera un équipage de 12 et 10 scientifiques, permettant des expéditions de formation avec des enseignants et des étudiants à bord.

Le navire de recherche océanographique dispose d’un large éventail de technologies d’économie d’énergie et de solutions à faible consommation mises en œuvre : de la conception de la coque, de la conception de la centrale électrique, du système de distribution d’énergie, du système de récupération de chaleur, du niveau de l’isolation thermique à l’efficacité de la climatisation.

Le système de propulsion électrique diesel combinera trois ensembles principaux de générateurs à vitesse variable (adaptés au fonctionnement au biodiesel), deux lignes d’essieux entraînées par des moteurs électriques et un système de distribution électrique à courant continu, qui, avec le bloc-batterie, fourniront des performances exceptionnelles de la centrale électrique, une consommation améliorée, une bonne répétabilité et des performances acoustiques exceptionnelles (non seulement en termes de conformité à la notation BV COMF Classe 2 mais également à la norme DNV SILENT). Le système de positionnement dynamique et la proue électrique facilitent la maniabilité du bateau.

Il disposera à l’arrière d’une grue principale télescopique marine océanographique à usage marin destinée à la mise à l’eau et à la récupération d’équipements scientifiques (bennes, bouées, etc.) et à la manutention générale à l’arrière du navire. De plus, il disposera d’un treuil de type A, d’un pont latéral de type T et d’un ensemble de rails télescopiques pour les manœuvres CTD. Pour les opérations de pêche, ce bateau disposera également de treuils de chalut et d’un bac à filet amovible.

READ  Le télescope spatial européen Euclid a retrouvé sa vue - Technologies

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer