entertainment

Fantastic Fest Review: Final Cut: le remake français de la comédie cinématographique japonaise adorée ajoute quelques écrans

coupe finale

Quel est le but du remake ? En particulier, quel est l’intérêt de refaire un film d’une culture et d’un pays différents, dans une langue différente ? Sans doute, pour le rendre accessible à votre public.

Prenez la comédie hilarante et innovante de Shin’ichirô Ueda basée sur la bande dessinée Un morceau des morts, écrasé dans Fantastic Fest 2018. C’est un film qui demande initialement beaucoup de patience, car il commence comme un film d’horreur de zombies en solo, qui se révèle finalement être un film dans le film; L’histoire vraie tourne autour d’une famille de cinéastes indépendants heureuse mais misérable qui, d’une manière ou d’une autre, à travers toute une aventure, réalise ce qui semble impossible.

L’intention de Michel Hazanavicius (réalisateur oscarisé) semble impossible l’artiste) pour capturer en quelque sorte l’esprit de l’original. avec coupe finaleexécute une assez bonne simulation, même s’il ne peut pas tisser le même sort magique.

Cela est dû en partie au concept : coupe finale (ou pour lui donner son titre français d’origine, coupé !) n’est pas qu’un remake. C’est un remake sur un remake : à l’intérieur de l’histoire, les inadaptés cool de Moviedom ont eu peu de succès, et donc une nouvelle plateforme de diffusion française a embauché le jeune réalisateur Remy (Roman Doris) pour recréer l’original pour la télévision française.

Cependant, comme pour l’original, ce n’est pas quelque chose que les téléspectateurs réalisent avant le deuxième acte. Ce qu’ils voient d’abord, c’est le méchant film de zombies qu’il prépare, puis comment le projet a vu le jour, puis une farce en coulisses sur tout ce qui ne va pas en temps réel, mais ils ont quand même fait un film.

READ  Choisissez 'French Movies' dans les cinémas d'été à Athènes du 10 au 16 juin | Culture, Arts et Cinéma

Alors coupe finale C’est un remake et une semi-suite, reprenant une grande partie des mêmes éléments, soit comme des gestes de l’intrigue, soit comme des échos dans l’univers : il y a la femme de soutien de Remy, Nadia (Bérénice Bejo), qui s’éloigne des décors pour une raison quelconque ; Sa fille pure dans le film, Rumi (Simon Hazanavicius): Et même un petit camée réalisé par Yoshiko Takehara, qui a joué dans le film original. Les costumes sont les mêmes, tout comme les noms des personnages (une blague explique Hazanavicius). c’est un Un morceau des morts Mais non, c’est souvent trop fidèle au message de cette étrange exclamation et trop éloigné du ton de la source.

La plupart des meilleurs autour coupe finale C’est ce qu’il imite avec amour Un morceau des mortsEt ce qui la retient le plus, c’est ce qu’elle ne peut pas tout à fait capturer – la joie indéfinissable de faire de son mieux. C’est plus satirique, pétillant et drôle, et bien que Hazanavicius le fasse bien et garde un peu de cœur, il n’a pas eu cette poussée de joie absolue.

Ce n’est pas que tout Hazanavicius s’additionne, et c’est vraiment amusant de jouer Jean-Pascal Zade dans le rôle de Fatih, le compositeur patient mais passionné chargé d’essayer de créer une partition en temps réel. Une plaisanterie récurrente avec Rémi rapproche le film d’un vivre dans l’oubliUne parodie cinématographique, c’est là que Hazanavicius se sent le plus à l’aise. Cependant, comme l’original, le cœur est à la bonne place, et cela pourrait suffire à cette version astucieuse.

READ  Le retour étrange et bienvenu de Thunder Bombing


coupe finale

Première américaine

Suivez toutes nos couvertures, actualités, critiques et interviews sur austinchronicle.com/fantastic-fest.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer