entertainment

Fan Cozy reçoit une mise à jour féministe de son point de vue

En termes simples, un travail comme celui-ci est problématique à l’ère post-féministe.

Comment résoudre un problème comme Cosi fan tutte ? Eh bien, vous pourriez essayer de l’installer dans un studio d’enregistrement est-allemand.

Téléportée à la fin des années 1950 et au début des années 1960, la nouvelle coproduction Victoria Victoria d’Opera Victoria de l’opéra bien-aimé de Mozart présente un décor inspiré du Funkhaus Berlin, un célèbre studio et salle de concert allemand. Sur scène, nous voyons beaucoup de boiseries du milieu du siècle et une abondance de pupitres et de microphones.

Un tel cadre peut sembler étrange, puisque Cosi fan tutte est un opéra de 1790 qui se déroule à l’origine à Naples. Alors quoi de neuf?

En termes simples, un travail comme celui-ci est problématique à l’ère post-féministe. Ce n’est pas la musique, ce qui est génial. Le diable est dans le récit. Le concept de Funkhaus Berlin a été dirigé par le réalisateur/créateur de mode Laurent Pelly et la scénographe Chantal Thomas. L’idée est de nous éloigner d’une histoire que certains membres d’un public contemporain pourraient considérer comme misogyne… voire offensante.

Dans une pom-pom girl Cosi, deux hommes testent la fidélité de leur fiancée en enfilant des déguisements et en faisant semblant de rendre visite à des étrangers. Sous cette apparence, ils essaient de séduire leurs amants. Lorsque les femmes cèdent, les hommes se dévoilent et dénoncent avec véhémence l’infidélité de leur partenaire. L’un d’eux a plaisanté : « S’ils ne boivent que du poison, ces renards n’ont aucun honneur ! »

Vraiment des renards. Ces jours-ci, ce genre de langage ne vole pas. Et d’ailleurs, les femmes ne sont pas particulièrement à blâmer. Ferrando et Guglielmo font un travail de premier ordre en épinglant Fiordiligi et Dorabella dans l’infidélité, avec l’aide de leur ami Don Alfonso.

READ  La star de Squid Game Lee Jong Jae a fait ses débuts en tant que réalisateur à Cannes

« Cosi fan tutte » peut être grossièrement traduit par « les femmes aiment ça ». En d’autres termes, lorsqu’il s’agit de signes et d’autres choses, s’impliquer passe par la fenêtre. Bien sûr, en 2023, nous ne sommes plus d’accord avec une telle évaluation, même pas pour le plaisir (tout comme nous ne voyons plus Apprivoiser la musaraigne Comme un moyen utile de traiter avec des femmes fougueuses).

Malgré son potentiel d’offenser certains déterminés à regarder des œuvres historiques à travers une lentille moderne, il y a toujours une réticence à reléguer les fans de Cosi au tas de scories d’opéra. C’est l’un des chefs-d’œuvre de Mozart – la musique est si belle. Et la plupart d’entre nous aiment encore le voir sur scène.

Cosi fan tutte est la première coproduction internationale du Pacific Opera Victoria. Avec différents acteurs, cette production a été présentée par le Théâtre des Champs-Elysées (France), le Tokyo Nikikai Opera (Japon) et le Théâtre de Caen (France).

Alors que le Victoria Symphony joue le spectacle, le rideau se lève sur les chanteurs qui s’échauffent en studio. Les ingénieurs dans la salle de contrôle se préparent. Dans les coulisses, le chaos comprend des étuis de harpe et de batterie. La tenue vestimentaire est décontractée : les hommes portent des manteaux de sport, les femmes portent des robes.

Le concept de métathéâtre dans ce mod est que nous voyons un opéra dans un opéra. Les acteurs jouent le rôle de chanteurs d’opéra qui, à leur tour, incarnent les personnages d’une œuvre d’art ancienne. (Pensez à ces poupées gigognes russes.) Le fait est que nous sommes maintenant en mesure de voir l’intrigue de Cozy Tut Fan avec un sens décousu de l’ironie. Par conséquent, le sous-texte misogyne n’est pas destiné à être pris au sérieux.

READ  La saison 6 d'Outlander sera diffusée sur Netflix... en France

La mesure dans laquelle un concept aussi noble fonctionne dans la pratique est un sujet de débat. Un mercredi soir au Théâtre Royal (l’opéra se déroule les dimanches et mardis), je me suis demandé si le Funkhaus Berlin avait vraiment un sens. À l’entracte, une autre personne a fait écho à la même pensée, mais a ajouté : « Ce qui compte, la musique est si géniale. »

Et c’est le cas. À Victoria, la distribution est jeune, principalement canadienne. Certains se souviendront de la soprano Lucia Cesaroni lors de performances POV passées. Interprète énergique doté d’une voix luxuriante, je suis de nouveau tombé amoureux du nom Fiordiligi. Cesaroni a réussi le saut à la perche avec des difficultés notoirement difficiles Allez Scoglio Avec des hauts et des bas époustouflants. Les nègres de couleur ont peut-être trouvé la touche intimidante, mais l’effet dans l’ensemble était charmant, ici et ailleurs.

Hongni Wu (Dorabella) est une soprano très accomplie avec un timbre intense et une technique enviable. son duo Il core vi dono (« I Give You My Heart »), avec le baryton Christopher Dunham dans le rôle de Guglielmo, trouve vraiment le noyau émotionnel de l’opéra, grâce à son chant exquis et à son hébergement intime.

Owen McCausland alors que Ferrando admire sa belle performance Un’aura amorosa (« Un souffle d’amour »). Il est un chanteur lyrique, non sans poids, et a un talent pour le phrasé. Philip Addis, qui joue Don Alfonso, est un baryton vétéran qui chantait bien et se vantait d’une forte présence sur scène.

La soprano Cécile Moher est bien castée dans le rôle de la bonne Despina. Mohyer a un flair pour la comédie physique – ses bouffonneries exagérées étaient parmi les plus divertissantes de l’opéra.

READ  NYT Crossword Answers: 2021 Pixar Film Set sur la Riviera italienne

Sous la direction de Timothy Vernon, l’Orchestre symphonique de Victoria a tout fait, du tintement délicat de la harpe aux rythmes orchestraux complets et autres envolées fantaisistes. C’est une partition délicieuse – superposée, nuancée et harmoniquement riche, avec une interaction étonnante de chanteurs et d’instrumentistes.

Cosi fan tutte n’est pas un opéra bourré d’action – les hommes peuvent menacer de se poignarder mais ne font jamais attention. Peut-être pour compenser, le réalisateur a présenté un flot incessant de productions théâtrales. Les interprètes font constamment de petites pièces amusantes, qu’il s’agisse des mouvements de danse de Guglielmo et Ferrando Laurel-and-Hardy ou des mouvements fictifs de Moher.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer