entertainment

Exploration de la musique perdue d’un compositeur plus grand que nature dans « Chevalier »

le film Chevalier Il emmène les spectateurs dans les salles de concert de la France du XVIIIe siècle, remplies de costumes fantaisistes et de chiffres dans l’histoire de Joseph Boulogne, Chevalier de Saint-Georges. Il était le fils illégitime d’un esclave africain et d’un propriétaire de plantation français, et est considéré comme le premier compositeur noir à être largement acclamé. James Bennett, correspondant de GBH pour les arts et la culture, a rejoint GBH édition du matin Paris Alston et Jeremy Siegel sont les hôtes pour parler de leur dernier biopic sur grand écran. Ce texte a été légèrement modifié.

James Bennet II : Je veux donc commencer par vous demander à tous les deux : Quand avez-vous entendu parler du Chevalier pour la première fois ?

Jérémy Siegel : J’essaie de réfléchir. Je connaissais le nom – je commence à entendre davantage le nom autour de ce film – mais pas beaucoup du tout. Et j’ai déjà envoyé un texto à ma femme, Claire, qui aime la musique classique et qui est violoniste et connaît la musique classique, combien j’ai entendu parler de Chevalier. Et sa réponse était, fondamentalement, comme, presque rien. Je veux dire, certes, elle ne connaît pas grand-chose à la vie des compositeurs, mais j’ai été surpris par cela pour quelqu’un qui connaît la musique classique. Et toi Paris ?

Paris Alston : Pour ma part, je me souviens avoir interviewé il y a deux ans le chef d’orchestre du Fall River Symphony Orchestra, Douglas McRay Daniels. Je sais qu’ils jouaient avec de la musique de compositeurs noirs, et je pense que Chevalier était parmi eux.

Bennet : Oui. Je l’ai donc rencontré pour la première fois au début des années 2010 sur un blog, à l’époque où Internet était un genre de blog. Mais c’était dans le contexte de genre, vous savez, « Voici le gars. Il a fait beaucoup de trucs sympas, il a fait beaucoup de trucs musicaux sympas » – mais il n’y avait pas vraiment d’interaction avec la musique, c’était ça espèce de curiosité que faisait le type noir Ce que nous considérons comme le domaine des hommes blancs, surtout au XVIIIe siècle et surtout en Europe.

READ  DOIT LIRE CECI: Elizabeth Boyle sur The Golden Rhinoceros, un livre qui peut remodeler votre vision du monde

Alton : Alors, que savons-nous d’autre sur le chevalier lui-même ? Sans trop en dévoiler, que nous apprend le film ?

Bennet : Né en Guadeloupe d’une esclave, son père était un planteur français. Quand il était jeune, il a été emmené à Paris où il était comme un grand athlète, notamment dans le monde de l’escrime. C’est encore dans les livres d’escrime aujourd’hui, dans le monde des planches d’escrime. Il y a des légendes à son sujet, traversant la Seine à la nage, comme un bras lié dans le dos.

Mais il s’est avéré qu’il est un très bon violoniste. Et pas seulement cela, mais c’est aussi un compositeur exceptionnel. Une fois de plus, il s’infiltre dans les hautes sphères de la société française, devenant plus qu’une simple célébrité. Il côtoie des gens comme Marie-Antoinette. Et en faisant la Révolution française, il a pris certaines de ces idées des Lumières et a dirigé la première – sans oublier qu’il avait besoin que les idées des Lumières soient du genre « L’esclavage est mauvais ». Je suis sûr qu’il le savait, je veux que ce soit clair. Mais il commanda le premier régiment armé entièrement noir de l’histoire militaire européenne.

Siege : Donc, il a totalement l’histoire. J’admire aussi le fait que ce soit la version courte que vous nous avez donnée du temps. Quelle histoire. C’est un film. Qu’est ce que tu penses de ça?

Bennet : Les enjeux étaient grands. Les enjeux sont trop élevés pour ce film d’une manière que je n’ai pas eu envie d’entrer dans un théâtre depuis un moment.

Siege : pourquoi ça?

Bennet : Ouais, je pensais à ça, en fait, pourquoi se sentaient-ils si défoncés. Et c’est parce que je pense que nous n’avons jamais eu une bonne représentation biographique de lui dans un film auparavant. Si nous voulons en savoir plus sur Abraham Lincoln, il est un peu nul, peu importe. Je sais qui est Abraham Lincoln. Je connais déjà son affaire. Mais pour quelqu’un qui, je pense, a été exclu du récit culturel et historique de la musique pop, c’était incroyablement douloureux pour les gens de sortir et de se dire : « Ce film était affreux » ou « Oh, c’était bien ». Les enjeux semblaient élevés.

READ  Le concurrent du champion NASCAR "Iron Man" Jack Ingram décède à 84 ans

Alton : C’est intéressant, James, parce que pour revenir à votre point précédent, je veux dire, c’est l’histoire d’un gars qui — je ne sais pas si vous allez utiliser le mot sournois, mais il est dans un espace très blanc. Et c’est l’histoire d’une personne noire dans cet espace. Et donc il y a beaucoup de pression, j’imagine.

Bennet : Absolument oui. Et je pense que des biopics comme celui-ci sont également difficiles à faire, car ils doivent humaniser le personnage du film, qui est aussi une vraie personne. Pendant ce temps, chaque biopic semble suivre un chemin prédéterminé. C’est comme un appel : je suis bon en musique ; Voici une lutte, voici un défi. Je gagnerai. Ça peut vieillir. Et vous travaillez contre la montre. Vous n’avez que peu de temps pour raconter toute une vie.

Et j’ai parlé à Tim Holling à Berkeley, qui enseigne au département d’enregistrement. Voici ce qu’il avait à dire sur les défis de la création d’un CV.

Tim Holling : Quand les gens font des films sur des musiciens, il y a toujours la question : pourquoi en font-ils vraiment ? Qu’essayent-ils vraiment de dire ? Et le plus souvent, le film n’est pas vraiment là pour explorer les musiciens et compositeurs musicaux, quels qu’ils soient. C’est une question vraiment intéressante, le film parle-t-il vraiment d’un musicien, ou s’agit-il d’un autre ensemble d’idées ?

Bennet : Donc, dans ce cas, il s’agit de racisme et c’est une sorte d’indignation contre cette machine. Très brièvement, comme dans la phrase, le film parle de ce compositeur qui veut être le directeur de l’Opéra de Paris. Il entre alors en compétition avec le compositeur Christoph Gluck pour composer un opéra. Et le meilleur opéra sera le directeur de l’Opéra de Paris. De toute évidence, cela ne fonctionne pas si simplement.

READ  Céline Dion révèle qu'elle souffre d'un syndrome neurologique rare

Siege : J’ai donc mentionné que je n’étais pas au courant de l’histoire, mais j’étais conscient de la présence de son nom dans le monde de la musique. Ce sera sans doute beaucoup pour en savoir plus sur lui et apprendre à le connaître dans le monde de la musique. Quel est l’état de sa musique en ce moment ?

Bennet : Vous pouvez voir sa musique être programmée un peu plus, et des enregistrements de cette musique sortent en 2021. Le LA Philharmonic a eu la première du LA Phil pour un concert – pas la première chose jamais jouée, mais la première fois qu’il a été joué là-bas à Los Angeles en 2021. Bill Barclay joue une pièce intitulée The Chevalier, également en 2021. Puis la Handel and Haydn Society ici à Boston a présenté l’an dernier une représentation de cet opéra, L’amant anonyme, qui est d’ailleurs son seul opéra survivant.

Et ce que je dirai à ce sujet, c’est qu’en tant que seul opéra survivant, il vient de recevoir son premier enregistrement, et cet album est de nouveau sorti en février. Afin que vous puissiez Allez vraiment écouter cette musique maintenant. Et c’est vraiment excitant d’avoir ce type, ce personnage gigantesque, et un seul de ses six opéras que nous connaissons existe encore.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer