Tech

Énergies renouvelables : Dhaka recherche des technologies et des investissements dans le cadre d’une coopération mondiale

Ministre des Affaires étrangères Dr. A.K. Abdul Momen s’adresse aux journalistes lors d’une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères après avoir rencontré des émissaires de pays européens le dimanche 17 octobre 2021. Tribune de Dacca

Le Bangladesh a parlé de l’importance pour les pays développés d’atteindre l’objectif de financement participatif climatique

Le ministre des Affaires étrangères, Dr A. NS. Abdul Momen a évoqué dimanche un partenariat et une coopération mondiaux dans les domaines du transfert de technologie et de l’investissement pour aider le Bangladesh à augmenter sa part d’énergie renouvelable.

Nous voulons augmenter la part des énergies renouvelables. « Nous recherchons des technologies et des investissements pour eux », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’un briefing au ministère des Affaires étrangères après avoir rencontré des envoyés des pays européens.

Parmi les participants figuraient le ministre de l’Environnement, des Forêts et du Changement climatique, Mohamed Shehab El-Din, et le ministre des Affaires étrangères, Masoud bin Momen.

L’ambassadeur de l’UE au Bangladesh, Charles Whiteley, a tweeté après la réunion, affirmant que le chef de mission de l’UE avait eu un échange fructueux avec le ministre des Affaires étrangères et le ministre de l’Environnement sur les préparatifs de la COP26 et leur approche commune de nombreuses préoccupations climatiques.

Le Dr Momen a déclaré que le gouvernement avait déjà caché le projet de posséder sept centrales électriques au charbon, car il se concentre sur davantage d’énergies renouvelables.

Les pays partenaires ont besoin de notre aide pour obtenir des technologies et des prêts bonifiés. On peut s’attendre à un partenariat public-privé dans ce domaine.

READ  Ce que nous remercions le plus dans les domaines de la technologie, de la science, des affaires et de l'innovation

Interrogé sur la réalisation de l’objectif d’émissions nettes de carbone d’ici 2050, le Dr Momen a déclaré qu’il serait très difficile pour le Bangladesh d’atteindre l’objectif en tant que pays en développement.


Lire aussi – Conversation COP26 : Écouter les vulnérables


Cependant, le Bangladesh reconnaît le besoin urgent d’efforts ambitieux et accélérés pour limiter l’augmentation des températures moyennes à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels, améliorer l’adaptation aux effets du changement climatique et augmenter le financement et le soutien pour atteindre ces objectifs.

Le Bangladesh a également appelé à une action climatique accrue à l’approche du sommet COP26, qui se tiendra à Glasgow en novembre en tenant compte des besoins de développement de chaque pays.

Le Bangladesh a souligné la nécessité d’obtenir des engagements des dirigeants mondiaux, en particulier du G20, pour réduire considérablement les émissions mondiales, maintenir la température mondiale à 1,5 degré et garantir un financement climatique maximal, en particulier pour l’adaptation et des actions concrètes sur le transfert de technologies à faible émission de carbone.

Lors de la réunion avec les envoyés de l’UE, le Bangladesh a parlé de l’importance pour les pays développés d’atteindre leur objectif de financement participatif climatique pour mobiliser 100 milliards de dollars américains par an dans le cadre d’actions d’atténuation ciblées et de transparence dans la mise en œuvre, afin de répondre aux besoins des pays en développement.

La partie bangladaise a également évoqué la possibilité d’exploiter l’énergie éolienne à l’étranger et a demandé le soutien des pays européens pour atteindre cet objectif.

Le Royaume-Uni accueillera la 26e Conférence des Parties sur le changement climatique (COP26) à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre.

READ  Trois ans après son lancement, Shadow, l'ambitieux service français de «cloud gaming», n'a pas décollé

Le sommet COP26 réunira les parties pour accélérer les travaux vers les objectifs de l’Accord de Paris et de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Le Premier ministre devrait quitter Dacca pour Glasgow le 31 octobre et se rendre à Londres avant de se rendre à Paris.

Elle devrait tenir une réunion bilatérale avec son homologue britannique, Boris Johnson, soit à Glasgow, soit à Londres.

Le Premier ministre devrait avoir des entretiens bilatéraux avec le président français Emmanuel Macron lors de sa visite à Paris.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer