Top News

Emmanuel Macron a-t-il brisé la France ? – Politique

Cliquez sur play pour écouter cet article

exprimée par l’intelligence artificielle.

Jean Lichfield Il est l’ancien rédacteur en chef à l’étranger de The Independent et correspondant à Paris du journal pendant 20 ans.

En 2017, Emmanuel Macron a promis une nouvelle forme de politique consociative. Il serait un révolutionnaire en costume, a-t-il dit, démantelant les intérêts acquis et brisant les barrières qui limitaient les opportunités et étouffaient la prospérité française.

En juin dernier, Macron parlait d’une « nouvelle façon de gouverner ». Les Français étaient Dire Les quotidiens régionaux français, « fatigués des réformes qui viennent d’en haut ».

Neuf mois plus tard, des émeutes éclatent dans de nombreuses villes françaises. Il y a des autoroutes fermées, des grèves dans les transports et l’énergie et des montagnes de déchets s’accumulent dans la capitale française alors que Macron a utilisé son propre pouvoir constitutionnel pour imposer une réforme des retraites que 70% des adultes français détestent.

Loin d’être un « vrai révolutionnaire », Macron est devenu un leader français traditionnel qui fait face au gel du peuple français. Comme Nicolas Sarkozy et François Hollande avant lui, il tente de réformer la France contre son gré.

Cependant, il y a quelque chose d’hystérique dans l’humeur politique actuelle en France qui va au-delà des protestations auxquelles sont confrontés les prédécesseurs de Macron.

C’est en partie la faute de Macron. Il a promis une approche consensuelle et ascendante qui exclut les intérêts acquis et la pensée figée des partis politiques et des syndicats.

Il a fini par imposer une réforme des retraites plutôt modeste, rejetée par la grande majorité des électeurs, et discrédité (avec succès) les syndicats et les partis d’opposition qu’il espérait mettre à l’écart.

READ  Paris vote pour interdire la location de scooters électriques

Macron a légué presque toutes ses compétences en matière de vente de réforme des retraites à son Premier ministre, Elisabeth Bourne, et au reste de son cabinet. Ils ont fait l’affaire confuse de vendre une solution confuse mais sensée à un système qui est en invalidité perpétuelle et qui aura du mal à survivre à moins que l’âge officiel de la retraite ne soit progressivement relevé.

Mais s’agit-il d’une réforme « brutale » et « violente », comme Même les dirigeants syndicaux modérés revendiquent? à peine.

L’âge officiel de la retraite en France passera progressivement de 62 à 64 ans d’ici 2030. En d’autres termes, les Français prendront toujours leur retraite sept ans plus tôt que la plupart des Européens actuellement.

L’hystérie dans le débat sur les retraites reflète le paysage politique fracturé. Depuis l’effondrement de l’ancien ordre gauche-droite il y a dix ans (ce que Macron lui-même a encouragé et dont il a profité), la politique en France est devenue plus sinistre et polarisée.

Comme ses prédécesseurs, le président Emmanuel Macron tente de réformer la France contre son gré | Samir Doumi/AFP via Getty Images

catégoriquement laissé de côté. La droite a dérivé vers l’extrême droite. Macron n’a jamais correctement institutionnalisé ou dirigé sa « nouvelle position ».

Gauche et droite l’accusent de « détruire » ou de « casser » la France. Dans les 15 mois suivant sa première victoire électorale en 2021, il a fait face à une rébellion populaire sans précédent contre les taxes sur l’essence et le diesel dans la France rurale et suburbaine par le mouvement des gilets jaunes.

Dans les 11 mois suivant sa réélection en avril de l’année dernière, il fait maintenant face aux plus grandes manifestations syndicales depuis deux décennies, qui menacent de se transformer en rébellion pure et simple.

READ  Eliminatoires de la Coupe du monde 2022: la France bat le Kazakhstan et l'Allemagne bat la Roumanie | actualités du football

Mais Macron a-t-il « cassé » la France ?

Sous son règne, le chômage est passé de 9,4 % à 7,2 %. Le chômage des jeunes a diminué encore plus dramatiquement. Les modifications apportées par Macron au droit du travail et aux réductions de charges sociales – contestées à l’époque – pourraient le faire Réclamer une partie du crédit.

Les dépenses des services de santé publics ont augmenté de manière significative pour la première fois de ce siècle (mais les hôpitaux sont en difficulté et les médecins se plaignent de leurs bas salaires). Les Français ont raisonnablement bien résisté à la pandémie de COVID-19 et à la hausse des prix de l’énergie de l’année dernière grâce à des programmes massifs de dépenses publiques.

L’échec de Macron et de son peuple à faire valoir leur point de vue est souvent déconcertant – un mélange d’arrogance et de résignation.

Le conflit sur les retraites en est un bon exemple. La plupart des travailleurs de la ligne dure – dans les chemins de fer, le métro parisien, les centrales électriques – prônent des systèmes de retraite privés qui leur permettent de prendre leur retraite dans la cinquantaine.

Ces réglementations sont en permanence dans le rouge : 3 milliards d’euros par an pour les seuls cheminots. Le déficit est couvert par l’État, c’est-à-dire par les impôts des personnes qui prennent leur retraite plus tard que les cheminots. La plupart des accords spéciaux seront progressivement supprimés dans le cadre des réformes de Macron.

Le gouvernement a été étrangement réticent à utiliser de tels arguments financiers. En conséquence, la réforme a été présentée avec succès par la gauche et l’extrême droite comme une réforme « bancaire » – comme si un pays avait dette publique accumulée 3 billions d’euros (114 % du PIB) Elle n’a pas à se soucier de ses créanciers.

READ  Le niveau d'alerte tempête a augmenté dans le sud-ouest de la France

quoi maintenant? Les perturbations s’atténueront. Le gouvernement Bourne survivra presque certainement à une motion de censure à l’Assemblée nationale lundi. Sa récompense sera presque certainement tirée par Macron d’ici un mois.

Le nouveau Premier ministre tentera de prendre un nouveau départ, mais le reste du second mandat de Macron sera assombri par un bras de fer sur les retraites. Il a promis de réduire le chômage à 5,5 % (plein emploi) d’ici la fin de son second mandat, mais ce sera une lutte pour une minorité de son gouvernement centriste pour faire adopter les modifications du droit du travail qu’il souhaite.

La Première ministre Elisabeth Bourne devrait survivre à une motion de censure au Parlement français | Photo de la piscine par Gonzalo Fuentes/AFP via Getty Images

Surtout, Macron n’a pas de successeur clair. De nombreux politiciens centristes aspirent à le suivre, mais la « marque » et l’approche de Macron ne seront pas un grand gagnant lors du vote en 2027.

Il n’a pas réussi à établir un contact direct avec les Français et s’est passé des partis politiques et des syndicats. Il n’a pas réussi à convaincre les Français qu’ils souffraient des obstacles et des intérêts acquis de groupes d’intérêts spéciaux.

Macron a réussi à certains égards. Le macroisme, tel qu’il a été initialement défini, a échoué.

Avec l’extrême gauche divisée et le centre droit paralysé par des querelles internes égoïstes, Marine Le Pen et l’extrême droite attendent patiemment dans les coulisses.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer