Top News

Des pompiers en quête d’adrénaline déclenchent des incendies de forêt en France, affirment | France

Les autorités françaises affirment qu’un pompier du sud de la France est responsable d’une série d’incendies de forêt dans la région qu’il a déclenchés dans sa quête d’adrénaline.

Le procureur de la République a indiqué que l’homme, un pompier volontaire de l’Hérault, a été interpellé mercredi.

Le cas d’un homme décrit par les médias français comme un « pompier maniaque » a suscité un vif intérêt en France, qui a été dévastée par des incendies de forêt lors de la vague de chaleur de la semaine dernière qui a forcé l’évacuation de milliers de personnes.

Le procureur de Montpellier, Fabrice Bellargent, a déclaré dans un communiqué que l’homme avait reconnu avoir mis le feu à un briquet les 26 mai, 21 juillet et plus récemment dans la nuit du 26 au 27 juillet.

« Interrogé sur son mobile, il a déclaré qu’il l’avait fait afin de provoquer l’intervention des pompiers pour le sortir d’un environnement familial oppressant et en raison de l’excitation que ces interventions avaient provoquée », a déclaré Bellargent.

« Il a appelé ça de l’adrénaline – ce sont ses propres mots », a déclaré le procureur. « Il a aussi dit qu’il avait besoin d’une reconnaissance sociale. »

L’homme est dans la trentaine mais n’a pas été nommé, travaillant à plein temps comme forestier, la prévention des incendies étant l’une de ses principales responsabilités.

Son avocate, Mary Barr, a déclaré à la télévision BFM que lors de son interrogatoire, l’homme « a exprimé de profonds regrets et surtout un fort sentiment de honte ».

Elle a confirmé qu’il avait été détenu par le juge d’instruction avant son procès.

Il s’est excusé auprès des pompiers avec qui il travaille parce qu’il les appelle sa famille élargie. « C’est une personne très dévouée à son travail », a-t-elle déclaré.

« Il a du mal à expliquer. D’une certaine manière, il se sent à l’aise d’être arrêté. Il interprète cela comme une dépendance. »

S’il est reconnu coupable, il encourt jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 150 000 € (125 000 £).

Abonnez-vous à la première édition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h GMT

« C’est dégueulasse d’avoir ce genre de personne au sein de l’organisation », a déclaré à BFM l’ancien colonel des sapeurs-pompiers Ludovic Pinganaud, ajoutant que sur les 200.000 sapeurs-pompiers volontaires en France, il y avait « quelques malades » qui étaient accros aux incendies.

READ  « Poignarder dans le dos » : la colère des Français face à l'annulation par l'Australie de l'accord sur les sous-marins | La France

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer