Top News

Demande de jeunes Indiens maîtrisant l’anglais et le français dans les écoles publiques françaises

Les jeunes Indiens, qui parlent couramment l’anglais et le français, sont très demandés comme assistants d’anglais dans les écoles publiques en France.

« Je me souviens d’enfants qui m’ont demandé si nous avions des éléphants qui marchaient sur les routes. Ils ont été surpris d’apprendre que je vivais dans un appartement », se souvient Caroline Davies, une professionnelle des médias sociaux basée à Bengaluru, l’une des 214 jeunes qui sont parties en France pour être embauchées comme Assistants de langue anglaise à l’école primaire, secondaire et tertiaire. Des lycées là-bas.

Ce groupe fait partie du programme historique des Assistants d’Anglais lancé il y a 115 ans par le ministère de l’Éducation nationale pour initier les élèves de ses écoles aux langues et cultures étrangères par l’intermédiaire de locuteurs natifs. Avec des partenariats dans 64 pays pour pourvoir au moins 4 500 postes d’assistants linguistiques en France, le programme opère en Inde sous l’égide de l’Ambassade de France/Institut Français.

Les assistants indiens sont populaires selon les autorités des ambassades, en raison de leur facilité à obtenir un enseignement moyen en anglais et de leur maîtrise du français. Fatiha Qammousi, attachée de coopération linguistique et éducative à l’ambassade de France à Delhi, affirme que les assistants indiens sont populaires en raison de leur souci des besoins des étudiants.

« Les écoles renouvellent les contrats des assistants indiens ou leur demandent spécifiquement quand il y a une nouvelle publication. En 2015, il y avait 42 candidats d’Inde; cette année, c’est 214. Quatre assistants linguistiques du dernier cours ont été nommés professeurs d’anglais par les universités français prestigieux.

Le programme n’a pas cessé pendant le confinement causé par la pandémie. L’année dernière, lorsque le gouvernement français a mis en place des directives détaillées pour aider les candidats à obtenir des visas, nous avons vu tout le groupe indien se rendre en France. Certains assistants indiens ont décidé de poursuivre leurs études supérieures en France, d’autres ont trouvé un emploi à temps plein.

Avec des assistants tenus de travailler seulement 12 heures par semaine, leur horaire est très confortable par rapport à celui des enseignants réguliers. « Le premier jour, j’ai été emmené dans différentes classes pour me présenter. Les enfants m’ont posé des questions sur moi et sur la vie en Inde. Nous l’avons fait l’année dernière », explique Davies qui a travaillé au Lycée François Rabelais à Ifs et au Collège Dunois à Caen, Normandie C’est en anglais et en français.

Le programme permet également aux assistants linguistiques de découvrir la France à leur rythme. Gurishma Sonia, basée à Delhi, qui est passée des études de médecine à l’apprentissage puis l’enseignement du français, déclare :  » J’ai été affectée à Lille, la capitale de la région des Hauts-de-France. J’ai passé 15 jours en France en tant qu’étudiant d’échange en 2012 mais n’ai-je pas pu visiter Lille à cette époque, alors je l’ai choisi cette fois.

Avec les sièges de la classe disposés comme une table de conférence, dit Gorishma, les étudiants étaient toujours face à face. « Donc, les cours étaient toujours plus interactifs que de présentation. Quand j’ai commencé, peu d’enfants savaient où se trouvait l’Inde. Je pense que c’était l’objectif principal du programme : montrer à la France la diversité de l’Inde. »

Vivre dans une famille d’accueil l’a également aidée à perfectionner ses compétences en communication en français. « Même si je suis titulaire d’un diplôme C1 en français, quand j’ai commencé, je ne comprenais rien à ce qui se disait ici », se souvient-elle.

Jeevashree Bannerjee de Delhi, une ancienne professeure de français en ligne indépendante, a déclaré que le programme lui avait permis de tester ses compétences en enseignement dans un cours physique. Elle a été affectée à l’Ecole Primaire Les Montagniers, une école primaire dans la ville frontalière franco-suisse de Bellegarde Sur Valserine.

« D’après notre contrat, nous y allons pour enseigner aux enfants français une langue qu’ils connaissent à peine. Mais comme j’ai toujours été très passionnée par le français, c’est l’occasion de connaître la culture et d’en découvrir plus sur un pays que j’ai entendu mes professeurs en parler pendant longtemps », dit-elle.

Détails du programme

Le programme de sept mois (octobre-avril) est ouvert aux étudiants (jusqu’à 35 ans) des universités indiennes / Alliance Française maîtrisant l’anglais et le français.

Ils doivent être titulaires d’un diplôme ou être en dernière année d’un cours de premier cycle et avoir un certificat de compétence IELTS supérieur à 7,5.

Les candidats doivent avoir un bon niveau de français, un minimum de niveau de français B1 (DFP, DELF, TCF, TEF, etc.) ou un BA en français d’une université indienne.

pour plus, Visitez www.ifindia.in

READ  Des centaines de personnes protestent contre l'expansion d'Amazon en France

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer