Economy

Dans les charmants festivals français, la misère n’est que sur scène

Deux événements de tour pendant la saison des festivals d’été en France chaque juillet, se déroulant dans des villes distantes de moins de 80 km. Le premier, le Festival d’Avignon, est une célébration bruyante et bondée du théâtre ; L’autre, le Festival d’Aix-en-Provence, propose une programmation lyrique plus douce.

Cette semaine, un public fortuné s’est assis pour les productions d’ouverture des deux festivals. Aix, au lieu d’être une chanteuse d’opéra, accueillait exceptionnellement des acteurs de la Comédie Française, la troupe théâtrale la plus célèbre de France, pour « Trio Opéra » de Thomas Ostermeyer; A Avignon, le théâtre collectif In Vitro s’est enrichi de quelques nouveaux visages du « Luxe » de Julie Delaquet.

Les deux productions ont abordé un sujet qui était convenablement gênant pour ces foules riches : la pauvreté.

Étant donné que la France a vu le coût de la vie monter en flèche au cours de la dernière année, cela peut sembler un clin d’œil approprié à l’époque. Cependant, peu de choses sont plus compliquées sur scène que de demander aux acteurs – une profession dans laquelle la classe ouvrière n’est pas bien représentée – de jouer « pauvres ».

Dans cet événement, la Comédie-Française s’en est mieux sortie que les acteurs Deliquet, ne serait-ce que parce que « L’Opéra de quat’sous » de Bertolt Brecht et Kurt Weill en 1928 est une satire tumultueuse. Ses criminels et mendiants immoraux sont des inventions transcendantes, et la production visuellement sobre d’Ostermeyer tire la plupart de ses plaisirs de la diffusion des talents impressionnants de sa distribution.

« Luxe » est une autre affaire. Il s’agit d’une adaptation proche d’un documentaire à suspense de 1975 de Frederick Wiseman, qui a amené ses caméras dans un centre de santé de New York et a témoigné alors que les procureurs étaient désespérément aux prises avec un régime rigoureux. Weismann lui-même souhaitait depuis longtemps voir le matériel traduit sur scène et en a proposé l’idée à Deliques, directeur du Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis, en France.

READ  Vistara reçoit son premier A320neo acheté au site de production d'Airbus en France

Cependant, « Luxury », qui a présenté l’hommage inaugural à Avignon avec une production de danse, « GROOVE » de Bento Dembélé, a l’air aussi idiot sur scène qu’il affecte à l’écran. Personne ne semble avoir saisi le problème insoluble : recréer les difficultés de personnes réelles avec des interprètes transforme ces personnes en personnages, et ainsi leurs histoires perdent le son de la vérité. Favoriser la même empathie demande plus de travail, mais ici Delicé semble réticent à s’impliquer.

Cela n’aide pas ici que la cinématographie en noir et blanc non affectée du film de Weizmann soit remplacée par une reconstitution Technicolor d’un gymnase d’école, y compris un sol bleu vif qui s’étend sur la vaste scène extérieure de la Cour d’Honneur, la performance la plus imposante d’Avignon. lieu. C’est presque comme si la sitcom « That 70s Show » avait choisi de traiter des prestations sociales, avec de nouveaux costumes évidemment bons. (Rien ne dit « mes enfants sont sur le point de mourir de faim » comme un chapeau rouge bien rangé.)

Les histoires racontées dans le film de Weisman ici sont vaguement réorganisées en une journée dans la vie d’un centre d’aide sociale, alors que les assistants sociaux traitent un demandeur grincheux après l’autre. Un homme a perdu sa maison dans un incendie. Deux toxicomanes tentent de remettre leur vie sur les rails. Une femme enceinte est tenue de fournir une preuve médicale de son état, tandis que le mari d’une femme âgée empêche ses examens.

Il y a des moments comiques dans le film, mais dans la version théâtrale de Deliquet, cela commence à se sentir involontairement comique. La livraison active de l’attelle peut être due à leur besoin d’affichage dans l’espace caverneux, qui peut accueillir environ 2 000 spectateurs. Les acteurs jouant les plaignants utilisent leurs moments sous les projecteurs pour articuler les injustices du système, plutôt que de simplement les jouer, comme les protégés de Weizmann l’ont si bien fait.

READ  Un fournisseur de gaz français entre dans le secteur de l'énergie solaire - International PV Magazine

Luxe veut dire bien, et on comprend pourquoi le nouveau directeur du Festival d’Avignon, Thiago Rodrigues, a choisi de placer le projet dans une position aussi prestigieuse. Il sert de déclaration de changement après le mandat hésitant de son prédécesseur, Olivier B. Deliques n’est que la deuxième femme réalisatrice à décrocher une place dans la Cour d’Honneur en 76 ans d’histoire du Festival d’Avignon.

Deliquet le mérite : c’est l’un des meilleurs metteurs en scène de France, et les succès s’enchaînent. Cependant, elle a un grand respect pour les sources de Weizmann sur « Luxury ». Certains réalisateurs, comme Alexander Zeldin avec sa trilogie « Inequality », ont trouvé le ton juste ces dernières années pour traiter de la vie des plus démunis, mais « Luxury » semble jouer sur la pauvreté.

A Aix, « L’Opéra de quat’sous » n’est peut-être pas un triomphe sans réserve pour son metteur en scène allemand Ostermeier, mais au moins la liste des inadaptés de la basse vie est somptueusement représentée et, aidée par la traduction néo-française pointue d’Alexandre Pateau, apparaît telle qu’elle était être : sarcastique, charismatique, brillamment individualiste.

Christian Heck et Véronique Vella sont énergiques et absurdement intelligents en tant que M. et Mme Peachum superficiels, qui ont entrepris d’abattre le criminel notoire Macheath pour s’être enfui avec leur fille, Polly. Tous les acteurs ne sont pas aussi bons chanteurs, donc la voix puissante de Villa est un atout ici. Il en va de même pour les talents vocaux de Marie Aubert, nouvellement recrutée à la Comédie-Française et chanteuse de formation qui, dans le rôle de Polly, transforme « Pirate Jenny » en vedette.

READ  Danone San Africain de Barry Callebaut a été nommé nouveau PDG

Les scènes bien conçues se succèdent rapidement en première mi-temps, mais l’énergie s’estompe plus tard. C’est comme si Ostermeyer, mis en scène pour la première fois dans un contexte lyrique, n’avait jamais vraiment compté. Les décors sont minimalistes : quatre micros sous la scène, un podium noir derrière les acteurs et quelques écrans au-dessus affichant des collages répétitifs inspirés du constructivisme russe. Sur la scène principale de la Comédie-Française à Paris, où la production déménagera à l’automne, la compagnie pourrait simplement réutiliser le décor très similaire du « Tartuffe » d’Ivo van Hove en 2022.

Maxime Pascal dirige son propre ensemble, Le Balcon, qui joue bien le rôle de la distribution : à un moment donné, le musicien au micro Benjamin Lavergne – une version fantaisiste du flic corrompu Tiger Brown – est tombé par inadvertance dans la fosse. La reformulation de Pascal, en ajoutant des instruments électroniques, donne un côté intéressant à l’élan cinglant de la partition de Weill.

Comme à Avignon, la production s’est déroulée sur une scène à ciel ouvert d’importance historique, sur le parvis du Palais des Archives, où le festival est né en 1948. S’il est de taille raisonnable par rapport à la Cour d’Honneur, il est un lieu prestigieux, avec des membres payants. Le public est jusqu’à 180 $ pour avoir le privilège de regarder « The Threepenny Opera ».

Comme dans « Luxury », il y a une surprise à voir de pauvres personnages en si rare compagnie. Mais c’est la réalité du théâtre majestueux d’aujourd’hui.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer