Tech

Covid : des scientifiques découvrent à Marseille un nouveau mutant ‘variant IHU’ lié au Cameroun

La sonnette d’alarme retentit après la découverte d’un nouveau type de virus Covid en France, avec un célèbre expert de la santé citant un signe « inquiétant ».

Le monde médical est à nouveau en alerte après l’émergence récente d’une nouvelle variante mutée du Covid-19 en France.

La nouvelle souche, surnommée « variante IHU » ou B. 1.640.2, a été découverte pour la première fois dans le pays le mois dernier, mais fait maintenant la une des journaux internationaux après avoir attiré l’attention d’experts mondiaux.

Au moins 12 cas ont été confirmés près de la région marseillaise, et il est entendu que beaucoup de ces patients ont été hospitalisés pour maladie.

La variante IHU, qui serait liée à un voyage dans la nation africaine du Cameroun, comporte 46 mutations qui, selon les experts, pourraient signifier qu’elle est plus résistante aux vaccins existants.

Cependant, sur une note plus positive, la nouvelle souche ne semble pas se propager rapidement.

Diffusez les dernières nouvelles concernant l’épidémie d’Omicron sur Flash. Nouveau sur Flash ? Essayez 14 jours gratuitement>

La variante a été découverte par des chercheurs de l’Institut hospitalier des infections méditerranéennes (IHU), mais n’a pas été étudiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il n’y a également aucune preuve concrète qu’il se soit propagé à travers la frontière française, bien qu’il y ait des allégations non confirmées selon lesquelles il pourrait être déjà entré au Royaume-Uni.

Le professeur de l’IHU Philip Coulson, chef du département qui a découvert la variante, a publié les détails de la souche dans un article publié en ligne le mois dernier, qui n’a pas encore été publié dans une revue médicale.

READ  Le point de vue de l'Irish Times sur la réforme des retraites en France : la grande décision de Macron

« Nous avons déjà plusieurs cas de cette nouvelle variante dans la région géographique de Marseille », écrit-il.

« Nous l’avons appelé ‘IHU alternatif’. Deux nouveaux génomes viennent d’être introduits. »

Le journal a affirmé que le « cas infecté » était un homme entièrement vacciné qui est revenu d’un voyage au Cameroun en novembre, trois jours avant de revenir avec un résultat positif en France après avoir développé des « symptômes respiratoires légers » la veille.

La détection ultérieure par qPCR de trois mutations du gène de pointe pour dépister les variantes, comme cela a été systématiquement effectué en France dans le cas de la positivité du SRAS-CoV-2, a révélé une combinaison atypique avec la négativité L452R, la positivité E484K et la négativité E484Q… qui ne correspondaient pas avec un modèle delta variable impliqué dans presque toutes les infections au SRAS-CoV-2 à cette époque », poursuit le document.

Un certain nombre d’autres patients Covid-19 qui vivent dans la même zone – dont plusieurs enfants – ont également révélé « le même ensemble de mutations ».

L’article soutenait que l’émergence de la nouvelle souche démontrait l’importance de tests complets et d’un « suivi génétique ».

Elle a noté que « ces observations démontrent une fois de plus l’imprévisibilité de l’émergence et de l’introduction de nouvelles variantes du SRAS-CoV-2 de l’extérieur, et elles représentent la difficulté de contrôler cette introduction et la propagation ultérieure », mais a ajouté que le temps était « trop tôt. » Prédire les caractéristiques virales, épidémiologiques ou cliniques de cette variante de l’IHU sur la base de ces 12 cas. »

L’épidémiologiste et économiste de la santé américain Eric Vigel-Ding fait partie d’un nombre croissant d’experts hors de France qui ont sonné l’alarme au sujet de la nouvelle alternative, alors que le médecin formé à Harvard s’est rendu sur Twitter mardi pour faire connaître l’alternative « atypique ». .

READ  Pirelli met un capteur sans fil dans son nouveau pneu pour la McLaren Artura

Dans une série de tweets, il a souligné que de nouvelles variantes sont constamment découvertes, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elles seront plus dangereuses.

« Ce qui rend la variante plus notoire et dangereuse, c’est sa capacité à se reproduire en raison du nombre de mutations qu’elle contient par rapport au virus d’origine », a-t-il écrit.

« C’est à ce moment-là que cela devient un » type d’anxiété différent « – comme Omicron, qui est plus contagieux et plus immunitaire dans le passé. Il reste à voir dans quelle catégorie cette nouvelle forme tombera. « 

Mais il a cité un point de données qu’il a qualifié de « perturbant » – le fait que les taux de soins intensifs soient beaucoup plus élevés dans la région de France où se trouve le groupe variable, par rapport au reste du pays.

L’alternative ne vaut « pas la peine de s’inquiéter »

Cependant, le fait que la plupart des échantillons positifs aient été collectés en novembre a amené beaucoup à penser qu’ils avaient peut-être déjà été écrasés par la variante hautement transmise Omicron, qui a commencé à se répandre dans le monde fin novembre.

Cette idée a également été poussée par un virologue de l’Imperial College de Londres, le Dr Tom Peacock, qui a été parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme sur la variante Omicron l’année dernière.

S’adressant à Twitter mardi, il a expliqué que malgré le récent regain d’intérêt pour la variante IHU, elle « est en fait antérieure à Omicron », et au moment où elle a été découverte pour la première fois, seules 20 séquences avaient été trouvées, tandis qu’Omicron en avait environ 120. une période de temps plus courte.

READ  La société française de télécommunications étend MediaKind VSPP

La campagne de la France contre le covid

Cette nouvelle intervient alors que la France a annoncé un nouveau plan pour sévir contre les non-vaccinateurs.

En vertu d’un nouveau projet de loi, les résidents non vaccinés pourraient se voir interdire l’accès aux restaurants, bars et autres lieux publics.

Si le projet de loi est adopté, il entrera en vigueur le 15 janvier et remplacera le système actuel de carte de santé, qui exige une preuve de vaccination complète ou de rétablissement du Covid-19 avant qu’un individu puisse atteindre les lieux publics.

Les travailleurs seront autorisés à effectuer des vérifications d’identité des clients en cas de doute sur leur permis de vaccin, et les endroits qui ne vérifient pas les permis des clients peuvent faire face à de lourdes sanctions.

Ceux qui utilisent de faux permis encourent cinq ans de prison et une amende de 75 000 € (117 000 $ AU).

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer