World

Coronavirus: la Nouvelle-Zélande limite les voyages alors qu’Omicron suscite une inquiétude mondiale

Chris Hepkins a annoncé que la Nouvelle-Zélande place un certain nombre de pays sud-africains sur la liste des pays à très haut risque dans le but de contenir la propagation d’Omicron.

Ces pays sont : l’Afrique du Sud, la Namibie, le Zimbabwe, le Botswana, le Lesotho, le Swaziland, les Seychelles, le Malawi et le Mozambique.

Hepkins a déclaré qu’une « approche de précaution » « réduirait les chances qu’Omicron entre en Nouvelle-Zélande ».

Il fait suite à une évaluation des risques pour la santé publique samedi après-midi pour évaluer les preuves émergentes et les risques pour la Nouvelle-Zélande de la nouvelle alternative. Cela comprenait des discussions avec des responsables australiens, ce qui a également interdit certains voyageurs. Le directeur général de la Santé, le Dr Ashley Bloomfield, a donné son évaluation de Hepkins « il y a peu de temps ».

« Cela signifie qu’à partir de 23h59 le dimanche 28 novembre, seuls les citoyens néo-zélandais de ces pays pourront venir ici », a déclaré Hipkins.

« Ils seront tenus de rester en isolement géré pendant 14 jours complets et de subir des tests. L’exigence étendue du MIQ s’appliquera également à ceux qui sont déjà en transit depuis ces pays.

« Le nouveau modèle de 7 jours d’isolement géré et de 3 jours à domicile se poursuivra pour les autres rapatriés – il existe encore de bonnes preuves que ce modèle est sûr et offre un niveau élevé de protection contre l’entrée de virus dans les communautés.

« Je suis également rassuré par le fait que le nombre de voyageurs que nous recevons de chacun de ces pays est faible. »

READ  Mutation du Covid-19: "Il faut fermer d'urgence les fermes de visons françaises"

Hepkins a déclaré que le gouvernement comprenait qu’Omicron en était « encore à ses balbutiements » et qu’il était convaincu qu’il n’était pas entré en Nouvelle-Zélande. Le séquençage du génome entier est effectué en routine et tous les cas récents de MIQ ont été delta.

« La Nouvelle-Zélande reste en très bonne position pour empêcher cette variante d’entrer dans le pays et pour y faire face si elle apparaît à nos frontières. Les installations MIQ et les tests fréquents des arrivées continuent de bien nous servir.

« Compte tenu de l’évolution de la situation, une approche prudente est justifiée. L’ajout de ces pays au registre des pays à haut risque est une mesure appropriée et proportionnée, car davantage de preuves sont collectées à l’échelle mondiale sur la variante Omicron. »

Des pays du monde entier ont à nouveau fermé leurs frontières après l’émergence de la variante hautement contagieuse du coronavirus, qui inquiète les experts en raison du nombre de mutations. Il est actuellement à l’étude pour savoir si les vaccins seront efficaces contre elle.

Les États-Unis sont passés samedi à interdire l’entrée aux voyageurs en provenance d’Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d’Eswatini, du Mozambique et du Malawi. Cependant, il ne s’applique pas aux citoyens américains ou aux résidents permanents.

Les autres pays qui prendront de nouvelles mesures sont le Canada, le Royaume-Uni, le Japon, l’Australie et certains pays européens. Beaucoup interdisent les voyageurs étrangers et isolent les citoyens à leur arrivée.

Nos frontières sont déjà très étroites, l’entrée étant réservée aux citoyens, résidents et à ceux qui doivent venir ici pour des raisons « critiques ».

READ  Réaction mitigée aux États-Unis après que Kyle Rittenhouse ait été déclaré non coupable de tous les chefs d'accusation, le jury dit qu'il a agi en état de légitime défense

Cependant, nous avons également une liste de pays « à haut risque ». Les seuls voyageurs autorisés en provenance de ces pays sont les citoyens néo-zélandais et leurs familles immédiates. Il comprend actuellement le Brésil, les Fidji, l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais début décembre, il n’inclura que la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le vice-Premier ministre Grant Robertson a déclaré vendredi que le gouvernement « suivrait de près tout développement ultérieur » avec la nouvelle alternative. Cela pourrait inclure l’ajout de pays à une «liste à très haut risque» «si des conseils nous sont donnés pour le faire».

Samedi, le ministère de la Santé a déclaré qu’il « surveillait et surveillait de près les preuves et les réponses des pays » à Omicron.

« Nous informerons de tout impact potentiel pour la Nouvelle-Zélande, notant que nous restons en bonne position pour minimiser l’impact de toute nouvelle variante avec l’isolement et des tests de routine des arrivées internationales. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer