Tech

Condamné à la prison française de Sarkozy pour corruption

Un tribunal parisien a déclaré lundi l’ancien président français Nicolas Sarkozy coupable de corruption et d’abus d’influence et l’a condamné à un an de prison. Il peut demander à passer ce temps à la maison et prévoir également de faire appel.

L’homme de 66 ans, qui a été président de 2007 à 2012, a été reconnu coupable d’avoir tenté de soudoyer un juge en échange d’informations sur une affaire judiciaire dans laquelle il était impliqué.

Il resterait libre pendant son appel, mais c’était un coup dur pour le politicien à la retraite qui joue toujours un rôle influent dans la politique française conservatrice. Ce n’est pas non plus la fin de ses malheurs juridiques: il fait face à un autre procès plus tard ce mois-ci et il fait également l’objet d’une enquête dans une troisième affaire.

Cette décision marque la première fois dans l’histoire de la France moderne qu’un ancien président a été reconnu coupable de corruption – et condamné à la prison. Son prédécesseur, Jacques Chirac, a été reconnu coupable en 2011 de détournement de fonds publics pendant son mandat de maire de Paris – non comptabilisé comme un délit de corruption – et condamné à deux ans de prison avec sursis.

Le tribunal a déclaré que Sarkozy avait le droit de demander qu’il soit détenu chez lui avec un bracelet électronique – comme c’est le cas pour toute peine de prison de deux ans ou moins. Il a également été condamné à une peine de deux ans de prison avec sursis – et il ne sera pas obligé de le purger s’il ne commet pas un nouveau crime au cours des cinq prochaines années.

READ  Huawei envisage d'ouvrir une usine de puces sans technologie américaine

Plus tard, l’avocat de Sarkozy, Jacqueline Lavonte, a déclaré qu’il ferait appel.

Les autres accusés ainsi que Sarkozy – son avocat et ami de longue date Thierry Herzog, 65 ans, et maintenant juge à la retraite Gilbert Seibert, 74 ans – ont également été reconnus coupables et condamnés à la même peine que le politicien.

Le tribunal a conclu que Sarkozy et les autres accusés avaient conclu un «pacte de corruption», fondé sur «des preuves solides et sérieuses».

Le tribunal a déclaré que l’affaire était “particulièrement grave” étant donné que les actes avaient été commis par un ancien président à son profit personnel. De plus, en tant qu’avocat, Sarkozy était “très conscient” que ce qu’il faisait était illégal, a déclaré le tribunal.

Sarkozy n’a pas nié une offre visant à aider Seibert à trouver un emploi à Monaco – mais il a nié avec véhémence avoir commis une erreur lors du procès de 10 jours à la fin de l’année dernière.

Assis sur une chaise face aux juges et portant un masque qui dissimule largement son visage, Sarkozy n’a montré aucune réaction à la lecture du verdict et a rapidement quitté la salle d’audience.

Sa femme, Carla Bruni, a déclaré dans un message sur Instagram: “Quelle folie, ma chérie.” “Les combats continuent, la vérité verra le jour.”

Le procès s’est concentré sur les conversations téléphoniques qui ont eu lieu en février 2014.

À l’époque, les juges d’instruction ont ouvert une enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2007. Au cours de l’enquête, ils ont découvert que Sarkozy et Herzog communiquaient via des téléphones cellulaires secrets enregistrés sous le pseudonyme de «Paul Bismuth».

READ  Sources, Telecom News, ET Telecom

Les conversations interceptées sur ces téléphones ont conduit les procureurs à soupçonner que Sarkozy et Herzog avaient promis à Azibert un emploi à Monaco en échange d’une fuite d’informations sur une autre affaire judiciaire impliquant Sarkozy.

Lors d’un appel téléphonique à Herzog, Sarkozy a déclaré à propos d’Azibert: “Je vais le faire diriger … Je vais l’aider.”

Dans une autre lettre, Herzog a rappelé à Sarkozy de “dire un mot” à Seibert lors de son voyage à Monaco.

Azibert n’a pas trouvé de travail à Monaco et les poursuites judiciaires contre Sarkozy ont été abandonnées dans l’affaire pour laquelle il cherchait des informations.

Cependant, les plaignants ont conclu que la «promesse clairement énoncée» continuait de constituer une corruption au regard du droit français, même si la promesse n’était pas tenue.

La Fonte, l’avocat de Sarkozy, a soutenu que toute l’affaire était basée sur une “conversation en blanc” entre un avocat et son client.

Sarkozy a nié avec véhémence toute intention malveillante dans son offre d’aider Azibert. Il a déclaré au tribunal que sa vie politique consistait à “donner un peu d’aide (aux gens). C’est tout, un peu d’aide”, a-t-il déclaré pendant le procès.

Il se plaignait également de la violation de la confidentialité des communications entre un avocat et son client par écoutes téléphoniques.

“En face de vous, il y a un homme qui a été écouté par plus de 3 700 conversations privées.… Qu’ai-je fait pour le mériter?”, A déclaré Sarkozy pendant le procès.

Le tribunal a conclu que l’utilisation de conversations sur écoute était légale tant qu’elles permettaient de montrer des preuves de crimes liés à la corruption.

READ  Le Conseil d'État approuve l'élargissement des fichiers de renseignement

Sarkozy s’est retiré de la politique active après avoir échoué à le sélectionner comme candidat à la présidentielle de son parti conservateur aux élections françaises de 2017, remportées par Emmanuel Macron.

Néanmoins, il reste populaire auprès des électeurs conservateurs et joue un rôle majeur dans les coulisses, notamment en entretenant une relation avec Macron, qui donnerait des conseils sur certaines questions. Son mémoire, “Time of Storms”, publié l’année dernière a été un best-seller pendant des semaines.

Sarkozy comparaîtra à nouveau devant un tribunal parisien plus tard ce mois-ci en raison de doutes sur sa campagne présidentielle de 2012, qui s’est soldée par la victoire de son rival socialiste François Hollande. Son parti conservateur et une société appelée Bygmalion ont été accusés d’avoir utilisé un système de facturation privé pour dissimuler des allégations de dépenses de 42,8 millions d’euros (50,7 millions de dollars) – près du double du maximum autorisé.

Dans une autre enquête ouverte en 2013, Sarkozy a été accusé d’avoir pris illégalement des millions de dollars au dictateur libyen Mouammar Kadhafi pour financer sa campagne réussie de 2007.

Quoi qu’il en soit, il a nié les actes répréhensibles.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer