Top News

Comment le changement climatique affectera-t-il les grandes villes de France d’ici 2050

Des chercheurs en météorologie en France ont calculé des projections sur la façon dont le changement climatique affectera la France, avec trois nouveaux classements sur lesquels les villes devraient être les plus durement touchées par la chaleur, la pluie, la sécheresse et les incendies de forêt.

Des chercheurs du prévisionniste français Météo-France et de l’Institut Pierre Simon Laplace ont utilisé les données du portail régional français de données climatiques Drias et le dernier rapport du GIEC, publié le 9 août, pour dresser leurs listes.

Les listes complètes de 50 villes peuvent être consultées pour chaque note Sur le site du Figaro ici.

Le top dix pour augmenter le nombre de jours et de nuits avec des températures élevées

  1. Grenoble (max 1.79°C, 48 jours extra chauds, 10 nuits extra à plus de 20°C).

  2. Léon Villeurbanne (1,77°C, 44 jours, 21 nuits)

  3. Annecy (1.89 C, 50, 7)

  4. Perpignan (1,68 °C, 35, 32)

  5. Avignon (1.71C, 48, 31)

  6. Montpellier (1.66 °C, 38, 31)

  7. Clermont-Ferrand (1,79 h, 42, 9)

  8. Beezers (1,64 °C, 38, 31)

  9. Marseille (1,58°C, 36,5°C, 31,5°C)

  10. Toulouse (1.64, 40, 20)

Tous les chiffres sont basés sur des moyennes annuelles. L’élévation de température est calculée sur la base des périodes 1970-2005 et 2040-2070. Le nombre de “jours très chauds” correspond au nombre de jours où la température maximale journalière est supérieure de 5 °C à la moyenne.

Marie Kerdonkov, directrice associée du climat et des services climatologiques à Météo France, a déclaré : “Le côté continental joue un rôle, mais en revanche, une fois qu’on a un côté côtier, les températures sont plus contrôlées. En matière de réchauffement, il y aura une pente distincte dans le Sud-Est/Nord-Ouest”.

READ  fermer les parties civiles pour "comprendre l'état de l'enquête"

Le réchauffement sera plus prononcé dans des endroits comme Avignon et Nîmes ; Alors qu’à Brest et Cherbourg sur la côte atlantique, l’altitude n’atteindra pas plus de +1,15 °C.

Top 10 des risques accrus de sécheresse et de fortes pluies

  1. Saint-Nazaire (2 jours de sécheresse de plus, 1,17 jours de fortes pluies)

  2. Nantes (2 jours sec, 1,06 forte pluie)

  3. Dunkerque (1, 1,29)

  4. Bordeaux – Mérignac (1.5, 1.17)

  5. Dijon (1, 1.16)

  6. Caen (1, 1.16)

  7. La Rochelle (2, 0.91)

  8. Ajaccio (5, 0,75)

  9. Versailles (1, 0.97)

  10. Grenoble (1, 0.93)

Tous les chiffres sont basés sur des moyennes annuelles. La hauteur en nombre de jours secs correspond au nombre de jours consécutifs où les précipitations ne dépassent pas 1 mm. Les fortes précipitations sont calculées sur la base du nombre de jours supplémentaires pendant lesquels tombent les 1% de pluie les plus forts.

Sans surprise, les régions méditerranéennes sont plus sujettes à la sécheresse. En revanche, les villes comme Dunkerque seront les plus touchées par les pluies torrentielles.

Selon le dernier rapport de Drias-Météo France : « Les régions les plus exposées [to rain] Ils sont dans l’hémisphère nord [of the country], en particulier les zones du nord, du nord-ouest et du littoral de la Manche.

Top 10 des risques accrus d’incendie de forêt

  1. Marseille (indice météorologique 2031-50 : 31,48 ; 2051-2070, 42,34 ; variation : 10,86)

  2. Léon Villeurbanne (2031-50 : 17.04 ; 2051-2070 : 26.46 ; changement : 9.45)

  3. Avignon (33.78, 42.12, 8.34)

  4. Perpignan (36,1, 44,03, 7,93)

  5. Le Mans (15.59, 23.15, 7.56)

  6. Rin (16.46, 23.46, 7)

  7. Orléans (15.36, 22.34, 6.98)

  8. Rondes (17,51, 24,42, 6,91)

  9. Angers (16.56, 23.32, 6.76)

  10. Beezers (27.38, 34.07, 6.69)

Les chiffres sont basés sur diverses prévisions de l’Indice de Feu Météorologique (IFM; Fire Weather Index), y compris des données sur les niveaux d’humidité, de vent, de pluie et de sécheresse, pour calculer les risques d’incendie potentiels.

Les zones déjà à risque d’incendie, dont la Côte d’Azur, continueront à avoir des problèmes, mais le risque va encore augmenter ; Il n’est pas significatif, il n’est donc pas inclus dans cette liste de « risque accru ».

Quels sont les scénarios d’émissions de dioxyde de carbone sur lesquels les chiffres sont basés ?

Un scénario “intermédiaire”, qui n’est pas “trop ​​optimiste ou pessimiste”, en ce qui concerne les projections de température et de pluie. C’est ce qu’on appelle le scénario RCP4.5, qui prévoit une stabilisation des niveaux de CO2 à la fin du siècle. Pour le classement au feu, ils utilisent un scénario connu sous le nom de A2, également connu sous le nom de RCP8.5 – une vision plus pessimiste.

Quelle est la précision géographique de ces projections ?

Les calculs climatiques ont été effectués en divisant la France en 8 602 points de données. Pour trouver des données pour chaque ville ou village, les nombres correspondent aux points de données les plus proches. Lorsqu’il y a plus d’un point, le nombre est la moyenne des données données, ou combine les données de deux villes, donc “Léon Villeurbanne” est inclus.

Quelle est la fiabilité de ces chiffres ?

Il est le médiateur des modèles de projection fournis par le portail régional français de données climatiques Drias. Ce modèle climatique régional a été évalué et validé en Dernier GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), publié le 9 août. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est l’organisme des Nations Unies chargé d’évaluer la science du changement climatique.

Pourquoi montrons-nous le changement de température, de pluie et de risque d’incendie et non les chiffres de base ?

La différence est plus évidente lorsqu’on considère une classification, car, par exemple, il fera toujours plus chaud dans le sud du pays qu’au nord, et plus humide à l’ouest qu’ailleurs.

Il est plus logique de prendre en compte l’évolution du temps (température et pluie) en regardant les moyennes des périodes 1970-2005 et 2041-2070. Les changements de feu sont les métriques 2031-2050 et 2051-2070.

Histoires liées

Des températures élevées de 30 à 40 degrés Celsius sont attendues dans la plupart des régions de la France cette semaine
Il n’y a pas (encore) de soleil en France en août, quand cela changera-t-il ?
L’été le plus chaud et le plus sec “sera la nouvelle norme en France”
Une petite tornade déchire le toit alors que les conditions météorologiques les plus difficiles frappent la France

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer