science

ces entreprises qui veulent pouvoir vacciner leurs employés au printemps

Soucieux de renforcer la reprise d’activité, de grands groupes comme Renault ou EDF, mais aussi des entreprises plus petites, ont mandaté des think tanks en salle sur la question.

Les entreprises contribueront-elles à l’effort national? La campagne de vaccination contre Covid-19 débutera en France dès la dernière semaine de décembre, a annoncé mercredi le Premier ministre Jean Castex. Les résidents et le personnel à risque des foyers de soins, puis les personnes âgées seront les premiers vaccinés.

Une fois les plus vulnérables vaccinés, d’autres citoyens peuvent à leur tour se faire administrer le vaccin s’ils le souhaitent. Et déjà, certains grands groupes commencent à étudier la possibilité de proposer des injections à leurs salariés dès la fin du printemps 2021.

Renault en fait partie. Le constructeur automobile a récemment lancé un groupe de réflexion sur le sujet, composé de médecins et de membres des ressources humaines. “Les discussions ne sont pas très avancées à ce stade. Ce comité de veille sera opérationnel en janvier. Nous avançons pas à pas avec le Covid», Explique un porte-parole de Renault. EDF se penche également sur la question. “Au sein de notre cellule de crise Covid en place depuis janvier pour superviser toutes les problématiques liées à la crise sanitaire, le sujet de la vaccination est désormais ouvert. Mais à un stade très précoce», Spécifie le groupe.

Sur une base volontaire

Laissons-nous le choix aux employés? Il n’est pas question d’imposer la vaccination, assurent les différents services. Comme l’a dit le premier ministre, tout se fera sur une base volontaire. Les salariés de Renault, par exemple, ont déjà la possibilité et la liberté de se faire vacciner contre la grippe ou de se faire dépister pour un cancer de la peau.

READ  une trentaine de députés de la majorité appellent à "la fin du discours anti-vaccin"

La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a rappelé à plusieurs reprises que la vaccination contre le Covid-19 ne serait pas obligatoire et qu’aucune entreprise ne pourrait l’imposer, malgré le contexte de la pandémie. Protocoles de santé “très efficace et bien respecté«Permettre déjà de lutter contre la propagation du virus, a rappelé mercredi le ministre.

Et en général, en plus des onze vaccins obligatoires dès l’enfance, seuls les citoyens travaillant dans ce qu’on appelle «à haut risque d’infections»Sont obligés de se faire vacciner contre plusieurs maladies.

Protocole, organisation et logistique

La véritable reprise de l’économie ne devrait avoir lieu qu’au second semestre 2021, avec le plein effet attendu des vaccins. Certaines entreprises considèrent que la vaccination en leur sein aiderait le dirigeant à éradiquer le virus tout en retrouvant un niveau maximum d’activité, les employés peuvent ainsi retourner sur le site «sans encombre».

«La vaccination sur le lieu de travail comporte de nombreux aspects organisationnels, logistiques et administratifs», Explique à Figaro Florence Herry, infirmière de formation et co-fondatrice de Libheros, une plateforme dédiée à l’organisation des soins à domicile qui regroupe 16 000 infirmières. Cette année, Libheros a soutenu des groupes comme Renault, Saint-Gobain ou Total, et des PME, tant sur la mise en place des tests de dépistage Covid-19 que sur la campagne de vaccination contre la grippe lancée en septembre dernier.

Pour le vaccin Covid, les entreprises devront mettre en place une salle dédiée, avec une ventilation adéquate, fournir les équipements nécessaires et superviser la gestion des déchets. En plus de ces considérations, ils devront planifier les étapes d’achat, de transport et de stockage en fonction du type de vaccin administré. le vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna doivent par exemple être stockés respectivement à – 70 ° C et – 20 ° C.

READ  Covid-19 - 48 morts de plus en trois jours dans la région, deux de plus en 24 heures dans l'Aude

«Pour empêcher les entreprises de s’équiper de grands réfrigérateurs, les infirmières qui voyagent pourraient apporter de petites boîtes réfrigérées contenant des vaccins.», Explique Florence Herry, qui étudie actuellement la question avec plusieurs entreprises françaises de toutes tailles.

En attente de recommandations des autorités sanitaires et de l’exécutif

Au sein des entreprises, un protocole garantissant la traçabilité et le suivi des lots de médicaments administrés doit être signé par le médecin du travail. “Un entretien médical avec chaque employé sera également requis avant toute administration. Et des feuilles de consentement pour les employés et infirmières qui exécuteront l’acte seront exigées», Précise Florence Herry.

Actuellement, seuls les gouvernements peuvent commander des vaccins et les entreprises ne savent pas dans quelle mesure elles seront autorisées à acheter des doses dans les mois à venir. Les décisions finales seront prises au niveau des Ministères du Travail et de la Santé et des comités de direction, selon les recommandations de la Haute Autorité de la Santé.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer