World

Ce que les sociologues ne disent pas, les caricaturistes le font

En Bulgarie, ceux qui n’aiment pas la corruption sont ceux qui tissent le plus leurs propres réseaux de dépendance.

Ceux qui veulent un système judiciaire équitable qui ne fait pas chanter les criminels mais les punit sont également plus nombreux que les réseaux de Natarusi, Pepita et les membres de clubs clandestins.

Les gens ordinaires ne sont pas payés en sacs.

Mais au lieu de parler d’État de droit et de démocratie, les spécialistes des sciences sociales et les analystes racontent des histoires de « fatigue » et d’« apathie électorale ».

Mais la vérité est qu’une large majorité soutient un autre État – un État normal. La corruption existe, mais ses auteurs sont arrêtés et punis. Puisqu’il n’y a pas de « notre homme » à la tête de la caisse de santé, les juges constitutionnels sont des personnes respectées et à la réputation irréprochable.

Plus de 70 % des électeurs veulent du changement. Mais combien d’entre eux se rendront aux urnes le 9 juin prochain ? C'est la question dont la réponse réside dans l'avenir de la Bulgarie.

Avec un taux de participation électorale de 30 %, la coexistence corrompue entre pouvoir et corruption se moque de la démocratie. Impétueuse, effrénée, résolument indétectable, arrogante et dotée d’une mentalité d’impunité, l’addiction est prête à tout avaler avidement et à appeler cela « s’installer ».

Il espère le manque d'activité, la fatigue, le déni et la ferme conviction que tout le monde est un masque et que rien ne dépend de l'électeur.
Cui prodest, demandaient rhétoriquement les anciens Romains. « À qui profite » est la réponse à toutes les questions concernant l’avenir de notre pays aujourd’hui.

READ  Sept ambulances néo-zélandaises arrivent en Ukraine après un voyage épique

Les campagnes visant à éloigner et à dégoûter les gens de la politique sont une célébration du vote contrôlé.

Car s’il y a une forte participation électorale, comme c’est le cas par exemple en Allemagne (75 %), le pouvoir de la corruption ne disparaîtra pas, mais au contraire se perdra dans le contexte de la majorité.

Si nous continuons à croire que notre vote n'a pas d'importance, les bonnes pommes seront quand même mangées par les cochons, la pourriture sera éradiquée et la terre ne portera que des citrouilles.

À qui profite cela ? Cette question n’a plus été posée depuis longtemps, il y a plus de dix ans.

L’art et l’humour sont deux armes puissantes pour « sortir » de l’indifférence et des doutes éternels. Y a-t-il quelqu’un pour qui voter, y a-t-il un avantage à voter ? Tout le monde est pareil, tout le monde est masque, voleur, corrompu. Ils ne sont pas.

Parfois, une image ou une animation peut en dire plus : lorsque les oreilles se lassent des clichés et des phrases analytiques, essayons d'ouvrir les yeux.

Le pouvoir caché est peut-être là, et vous voudrez peut-être revenir en arrière vers une dictature douce et maigre pizza avec des clubs. Mais la majorité ne le souhaite pas.

Acheter et vendre des votes est un crime

Soutenez-nous

Chers lecteurs, vous êtes ici aujourd'hui pour connaître l'actualité de la Bulgarie et du monde, et pour lire les dernières analyses et commentaires du « Club Z ». Nous vous le demandons : nous avons besoin de votre soutien pour continuer. Depuis des années, vous, nos lecteurs dans 97 pays sur tous les continents du monde, ouvrez chaque jour notre page Web à la recherche d'un journalisme réel, indépendant et de qualité. Vous pouvez contribuer à notre quête de la vérité, sans qu’elle soit éclipsée par une dépendance financière. Vous pouvez contribuer à garantir que le seul garant du contenu soit vous, les lecteurs.

READ  le résultat des élections américaines en direct

Soutenez-nous

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer