Top News

Bulgarie et Grèce devant le Conseil européen : RSM ne respecte pas les accords conclus

La République de Macédoine du Nord doit respecter les engagements qu’elle a pris afin de progresser sur la voie de l’Union européenne. C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre par intérim Dimitar Glavchev lors d'une réunion du Conseil européen, a rapporté le service de presse du Conseil des ministres. Le Premier ministre a attiré l'attention de ses collègues européens à Bruxelles sur la question liée aux développements en République de Macédoine du Nord ces dernières semaines.

Glavchev a attiré l'attention sur les défis sérieux qui se posent concernant la perspective européenne du pays candidat à l'adhésion à l'UE. Les chefs d'État et de gouvernement à nouveau Il a souligné l'importance des relations de bon voisinage, La nécessité pour les pays candidats à l’UE de remplir strictement leurs obligations envers l’Union européenne et les réformes nécessaires.

Le Premier ministre par intérim a indiqué hier qu'il porterait cette question à l'attention de ses collègues de l'UE. La question du respect des accords conclus avec la République de Macédoine du Nord. Il a souligné que j'attends que les accords soient respectés et que je rappellerai à mes collègues les engagements pris en 2022 et 2023. Glavchev a expliqué que récemment, des dirigeants gouvernementaux du mouvement RSM ont déclaré qu'aucun changement ne serait apporté à la constitution. Je parlerai à mes collègues du Conseil européen de l'état d'esprit qui prévaut. C'est ce que le Premier ministre a résumé et a exprimé son espoir que la Grèce ne reste pas non plus indifférente à ces questions.

Le 25 juin, le ministère des Affaires étrangères a déclaré dans sa position que l'intention déclarée de la République de Macédoine du Nord de ne pas respecter ses obligations internationales et les accords signés était inacceptable. L'intention déclarée du nouveau gouvernement macédonien du Nord est inacceptable Il a rejeté la demande légitime d'une partie de ses citoyens de garantir les droits et libertés sur un pied d'égalité avec toutes les autres communautés de Macédoine du Nord, Y compris en l’inscrivant dans la constitution de l’État voisin. Une telle position n’est pas compatible avec une avancée sur la voie européenne. Cela laisse craindre que le gouvernement actuel de Skopje, dans sa politique à l'égard des Bulgares et de la Bulgarie, risque de tomber dans le piège des dogmes d'une époque révolue, que toutes les sociétés démocratiques ont rejetés, a ajouté le ministère.

READ  Tension au Parlement et députés occupant le podium (vidéo)

Grèce : RSM viole le traité de Prespa

premier ministre Le Grec Kyriakos Mitsotakis et le ministre des Affaires étrangères Giorgos Gerapetritis ont également soulevé la question auprès de l'Union européenne. Concernant la violation par la nouvelle direction de la République de Macédoine du Nord du Traité de Prespa, en particulier dans la partie relative à l'utilisation du nom constitutionnel du pays, ont rapporté les médias grecs BTA.

Comme le rapporte le portail d'information News24/7, Mitsotakis a informé le Conseil européen des violations commises à Skopje, tout en soulevant la question du maire d'Himara, élu albanais condamné, Fredi Belleri, d'origine grecque. Réunion du Parti populaire européen.

Mitsotakis lui-même a annoncé qu'il avait informé les autres États membres lors du sommet européen d'hier soir des développements en Macédoine du Nord et a déclaré à leurs représentants que la présidente Gordana Siljanovska et le Premier ministre Hristijan Mitskoski « violaient fondamentalement le traité de Prespa en ignorant pour tous » la force de l'Union européenne. les modalités de tout usage) et en choisissant l’usage d’un nom autre que celui constitutionnellement attribué au pays, pour un usage interne.

« Si Skopje continue sur cette voie, il sera très difficile, voire pratique, de contrecarrer tout rapprochement moderne avec la famille européenne », a expliqué Mitsotakis.

Quant à Pelleri, Mitsotakis a déclaré qu'il pensait qu'il allait de soi que Pelleri (qui est incarcéré dans une prison d'Albany) vienne à Strasbourg et assume ses fonctions de membre du Parlement européen. Il a été élu au Parlement européen sur la liste du parti Nouvelle Démocratie au pouvoir en Grèce.

READ  Le Belge Lambert remporte la première étape du Tour de France sous la pluie

De son côté, le ministère grec des Affaires étrangères a annoncé, citant le portail reporter.gr, que le ministre des Affaires étrangères Giorgos Gerapetritis a présenté en détail la question des violations du traité de Prespa au Conseil des affaires étrangères de l'Union européenne. « Les dirigeants de la Macédoine du Nord continuent de violer le traité de Prespa » et « reviennent à des actions du passé qui témoignent de sentiments irrédentistes et d'une ignorance totale de l'histoire », tandis que « chaque jour ils s'éloignent de plus en plus des relations de bon voisinage ».  » dit la lettre. Des relations qui constituent le cœur du droit européen et international.

Réaction du RSM : l’UE doit nous évaluer sur nos efforts de réforme

Channel 5 a rapporté que le gouvernement de la République de Macédoine du Nord a rejeté les accusations du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et du ministre des Affaires étrangères Giorgos Gerapetritis selon lesquelles les nouveaux dirigeants du pays auraient violé le traité de Prespa.

« Nous soulignons que l'État continue de respecter les obligations qu'il a contractées dans le cadre du Traité de Prespa dans tous ses aspects, y compris Utilisation du nom « Macédoine », Ainsi que le nom « Macédoine du Nord » sous les formes appropriées et dans les occasions spécifiées par le Traité de Prespa et la Constitution de l'État. Nous soulignons que les engagements pris sont à double sens et que les engagements de la Grèce voisine, qui n'ont pas été respectés, doivent également être pris en compte », indique la position du gouvernement de la Macédoine du Nord, qui souligne que « le processus L’intégration européenne reste une priorité importante. » « Pour la Macédoine du Nord.

READ  Yotova sur le remaniement ministériel : le président respectera la constitution et il n'y aura pas de changement radical

« Nous sommes convaincus que nos progrès et notre contribution à la stabilité et à la sécurité régionales, ainsi que notre engagement en faveur des réformes, seront correctement évalués par l'Union européenne », a déclaré la position en réponse aux questions des médias du pays après la déclaration. Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Bruxelles.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer