Top News

La France nomme un juge pour enquêter sur les accusations d’accord sur le Rafale

Les autorités françaises ont ouvert une enquête judiciaire sur des allégations de corruption dans la vente de 36 avions de combat Rafale à l’Inde, selon le site français Mediapart.

Vendredi, Mediapart, qui a publié une série de rapports en avril de cette année sur l’accord intergouvernemental de 2016, a déclaré qu’un juge avait été nommé pour mener une enquête judiciaire « très sensible » sur les allégations de « corruption et de népotisme » dans l’accord.

Selon Mediapart, une information judiciaire sur des soupçons de corruption a été ouverte en France sur la vente de 36 avions de combat Dassault de classe Dassault d’une valeur de 7,8 milliards d’euros à l’Inde en 2016.

“L’enquête très sensible sur l’accord intergouvernemental signé en 2016 a été officiellement ouverte le 14 juin”, a-t-elle déclaré. Mediapart a déclaré que l’enquête avait été lancée par le Bureau national des poursuites financières.

Selon le rapport, le Front national palestinien a dans un premier temps refusé d’enquêter sur la vente, et Mediapart l’a accusé d'”enterrer” l’enquête.

Mediapart a déclaré que l’ONG française anti-corruption Sherpa avait déposé une plainte auprès du tribunal de Paris, alléguant “corruption”, “exploitation d’influence”, “blanchiment d’argent”, “népotisme” et régression fiscale injustifiée entourant l’accord.

Elle a indiqué que le PNF, la branche des délits financiers du parquet français, a confirmé vendredi à Mediapart que “l’enquête nouvellement ouverte est centrée sur les quatre délits présumés”.

L’enquête pénale, ouverte le 14 juin et dirigée par un juge indépendant, juge d’instruction, examinera, entre autres éléments, les questions entourant les agissements de l’ancien président français François Hollande, qui était en fonction lors de la signature de l’accord Rafale, et l’actuel président français Emmanuel Macron, qui était à l’époque ministre de l’Économie et des Finances sous Hollande, puis ministre de la Défense, et maintenant ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

READ  'épouse-moi?' La proposition des Champs Elysées, quelques instants avant le défilé du 14 juillet en France

En février 2019, l’Indian Express a rapporté qu’au cours de la quatrième semaine de mars 2015, près de deux semaines avant que le Premier ministre Narendra Modi n’annonce l’achat de 36 avions de combat Rafale à la France, l’homme d’affaires Anil Ambani a rendu visite au ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. son bureau à Paris et a tenu une réunion avec ses conseillers principaux.

La réunion s’est déroulée en présence du Conseiller spécial Le Drian Jean-Claude Malle. son consultant industriel, Christophe Salomon ; et son conseiller technique pour les affaires industrielles, Jeffrey Bocott.

Dassault et Reliance ont créé une joint-venture, Dassault Reliance Aerospace Limited (51 % Reliance Aerostructure et 49 % Dassault Aviation), avec une usine industrielle à Nagpur pour décharger les compensations.

En août 2018, The Indian Express a rapporté que la société de production cinématographique d’Ambani avait investi de l’argent dans un film produit par Julie Gayet, partenaire du président français de l’époque François Hollande, deux jours avant la signature du protocole d’accord entre les deux pays lors de la visite de Hollande à Inde en janvier. 26, 2016.

En septembre 2018, Holland a déclaré à Mediapart : « Nous n’avions rien à dire là-dessus. Le gouvernement indien a proposé ce groupe, et Dassault a négocié avec Ambani. Nous n’avions pas le choix, nous avons pris les axes qui nous ont été donnés.

Réfutant cette affirmation, Dassault a publié une déclaration selon laquelle son partenariat avec Reliance était son choix. Le gouvernement français a également déclaré qu’il n’était “en aucun cas impliqué” dans la sélection des entreprises françaises de défense pour les partenaires indiens. “Il a été souligné que ni le gouvernement indien ni le gouvernement français n’avaient leur mot à dire dans la décision commerciale”, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense.

READ  Le vice-président équato-guinéen perd en appel contre des malversations en France

Samedi, en réponse au rapport de Mediapart, le Congrès a exigé la formation d’une commission parlementaire mixte (JPC) pour enquêter sur l’accord Rafale. Elle a déclaré que la position du parti et de son chef Rahul Gandhi, qui avait soulevé la question à l’approche des élections de 2019 à Lok Sabha, était justifiée. Le chef de la communication du Congrès Randeep Surjwala a demandé au Premier ministre de “répondre à la nation” à la lumière de l’enquête judiciaire qu’il a ordonnée en France, et de soumettre son gouvernement à une enquête du Comité populaire de libération.

Le BJP a répondu au Congrès, citant des rapports du CAG et de la Cour suprême. Le porte-parole du parti, Sampet Batra, a déclaré que la Cour suprême avait clairement indiqué dans sa décision qu’il ne pouvait y avoir “d’enquête de chasse et d’itinérance” sur cette affaire. Batra a accusé Rahul Gandhi d’avoir fait un autre “voyage de chasse”.

En décembre 2018, la Cour suprême a rejeté une série de requêtes appelant à une enquête supervisée par un tribunal sur l’accord.

La Cour suprême a rejeté les requêtes des anciens ministres de l’Union Yashwant Sinha et Arun Shourie, de l’avocat Prashant Bhushan, de Sanjay Singh, leader de l’AAP, affirmant qu’elle n’avait trouvé aucune raison d’intervenir… dans la question sensible de l’achat de 36 avions de défense par l’Indien. gouvernement », et que « la perception des individus ne peut pas être la base pour réaliser la chasse et l’itinérance … en particulier dans de telles questions. » Il a noté qu’« il n’y a aucune possibilité de douter du processus (de prise de décision) » qui a conduit à la Elle a refusé d’approfondir la question des prix, notant que “ce n’est certainement pas la tâche de ce tribunal de comparer les détails des prix dans des questions telles que la présente”.

READ  Apple présente pour la première fois son indice de réparation aux acheteurs en France

En novembre 2019, un panel dirigé par le juge en chef indien de l’époque, Ranjan Gogoi, a rejeté les requêtes en révision de Shurey, Sinha, Bhushan et Singh.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer