World

Berlin fait pression pour une validation plus rapide des vaccins dans l’UE

Un an après le premier rapport sur le SRAS-CoV-2 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine, plusieurs pays du monde continuent de prendre des mesures pour contenir la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 et limiter les effets dévastateurs potentiels de réunions de famille pendant les vacances.

L’Allemagne fait pression sur les autorités de l’Union européenne pour accélérer le processus de validation du vaccin Covid-19, à un moment où la Grande-Bretagne, les États-Unis ou le Canada ont déjà commencé à «l’utiliser».

  • L’Allemagne veut la validation du vaccin d’ici le 23 décembre

Les services de la chancelière allemande Angela Merkel et de son ministère de la Santé font pression sur l’Agence européenne des médicaments (EMA) et sur l’Union européenne pour que le vaccin des laboratoires américains Pfizer et allemand BionNTech soit approuvé avant le 23 décembre, et non le 29 décembre tel quel. actuellement prévu, rapporte le quotidien allemand image publié mardi, citant des sources proches du gouvernement allemand.

Cette information confirme les signes d’impatience déjà envoyés dimanche par le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn. «Toutes les données BioNTech sont disponibles, le Royaume-Uni et les États-Unis ont déjà donné leur approbation. Un examen des données et une approbation par l’AEM devraient avoir lieu dès que possible », il a dit. “La confiance dans la capacité de l’Union européenne à agir est en jeu”, a-t-il prévenu.

L’irritation à Berlin est d’autant plus grande que le vaccin a été développé par une société nationale, BioNTech, et que l’Allemagne est durement touchée par la deuxième vague de la pandémie. Le gouvernement a décidé d’imposer un confinement partiel à la population à partir de mercredi et, dans un premier temps, jusqu’au 10 janvier.

READ  Coronavirus Covid-19: Nouveau cas MIQ, nouvel avertissement pour les voyageurs de Kiwi à NSW, Queensland
  • Les pays ont déjà commencé leurs campagnes de vaccination

D’autres pays comme Canada, Singapour ou Bahreïn ont déjà commencé leurs campagnes de vaccination. À la États Unis, L’État de New York a commencé à vacciner ses agents de santé, la première personne à en bénéficier étant une infirmière dans une unité de soins intensifs du Long Island Jewish Medical Center, selon le gouverneur Andrew Cuomo. Le chef du Pentagone, Christopher Miller, a été l’un des premiers Américains à se faire vacciner lundi contre Covid-19 à l’hôpital militaire Walter Reed de la banlieue de Washington, et il l’a fait devant une caméra pour encourager le public à faire de même.

  • Le régulateur brésilien remet en question le vaccin chinois

L’agence brésilienne de régulation de la santé (Anvisa) a déclaré lundi que la Chine avait utilisé des critères “Non transparent”, pour accorder une autorisation de commercialisation d’urgence pour le vaccin CoronaVac Covid-19, dans la phase d’étude finale au Brésil.

“Les critères chinois appliqués pour valider l’autorisation d’utilisation d’urgence dans le pays ne sont pas transparents”, a déclaré Anvisa dans un communiqué, qui met en garde contre “L’influence des critères géopolitiques” dans la promotion des vaccins.

Le CoronaVac, développé en partenariat par le laboratoire chinois Sinovac et le Butantan Institute de Sao Paulo au Brésil, a fait l’objet d’un dénigrement répété de la part du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui y voit un moyen d’attaquer à la fois le régime chinois et le gouverneur de l’état de Sao Paulo, Joao Doria, l’un de ses principaux opposants. De son côté, M. Doria a annoncé lundi que l’Institut Butantan avait changé d’approche et présenterait à Anvisa le 23 décembre une demande d’autorisation définitive, et non pour usage d’urgence, du vaccin.

READ  Décès des inondations en Australie: un homme pris au piège dans une voiture a désespérément tenté de sortir

Le gouverneur de Sao Paulo a annoncé la semaine dernière qu’il espérait commencer les vaccinations à partir du 25 janvier dans cet état de 46,2 millions d’habitants, le plus peuplé du pays. Deuxième pays le plus touché derrière les États-Unis, le Brésil a enregistré plus de 181 000 décès, selon le dernier score de lundi.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le monde avec l’AFP

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer