Top News

Annemarie Rawson, auteure de Hawke’s Bay, raconte ses aventures en France

Annemarie Rawson a écrit deux livres sur ses aventures en France. Photo / Fourni

Une femme de Havelock North n’en croyait pas ses yeux lorsqu’elle a vu le travail de ses rêves apparaître sur son écran.

Annemarie Rawson et son mari Steve vivaient à Auckland à l’époque. Annemarie était agitée et à la recherche d’une aventure, puis un dimanche après-midi, elle est apparue devant ses yeux.

Le travail consistait à gérer une ferme du XVe siècle en France.

Ils ont donc emballé leur vie en Nouvelle-Zélande et sont partis à l’étranger.

Cependant, ce qui les attendait n’était pas ce qu’ils avaient été amenés à croire.

Annemarie a raconté son histoire dans deux livres merveilleux, My French Platter et My French Platter Replenished.

J’ai posé quelques questions à Annemarie.

Comment était-ce de préparer sa vie et de déménager dans un autre pays ?
Intense, car il y a tellement de visages de votre vie quotidienne qui doivent être examinés et modifiés ou annulés, de la voiture et de la maison/du contenu à l’annulation du papier et de l’assurance retournant la Sky box et tout le reste ! Ensuite, il y a eu la location de la maison, l’entreposage du contenu de la maison et la vente des voitures. Il y a beaucoup à penser et à faire. En même temps, c’était excitant de partir et de partir à l’aventure.

Vous avez fait face à des situations vraiment difficiles, notamment face à un patron hostile. Quels conseils donneriez-vous aux autres dans la même situation ?
Défendez-vous lorsque vous êtes victime d’intimidation, mais ayez un plan B, au cas où tout se transformerait en crème anglaise. C’était ma plus grande erreur – ne pas en avoir. Heureusement pour nous, nous nous sommes fait des amis spéciaux qui nous ont accueillis et nous ont énormément aidés.

READ  La vente aux enchères de biens du patrimoine UT en France suspendue: The Tribune India

Qui vous a appris à cuisiner ?
Personne en particulier. J’ai appris à cuisiner en regardant des amis créer de beaux plats, en participant à des émissions de cuisine et en essayant des recettes par moi-même. Je ne fais rien d’extraordinaire impliquant de nombreuses étapes ou ingrédients, juste des aliments simples avec beaucoup de saveurs naturelles qui peuvent être complétées par des saveurs ajoutées.

Quel est votre plat français préféré ?
Cassoulet. J’ai goûté pour la première fois ce plat onctueux, mijoté et intensément parfumé lors d’un séjour dans la cité de Carcassonne. Dans une petite navette qui nous emmène dans le village, Steve demande au chauffeur où mangent les locaux. Le chauffeur nous a déposés juste devant la porte de ce petit restaurant et nous a suggéré d’essayer le cassoulet. Pas de regrets. Le cassoulet était autrefois un simple plat de ferme, mais il a évolué pour devenir un plat riche et complexe, composé de haricots blancs cuits au maximum d’onctuosité, de saucisse/ventre de porc séchée, de confit de canard et d’oie avec une délicieuse croûte dure. Il a des saveurs subtiles d’oignons, de céleri, de carottes et de laurier. Je salive, je m’en souviens. Je n’ai jamais été tentée d’essayer les cuisses de grenouilles ou les escargots !

La deuxième maison de France où vivaient Annemarie Rawson et son mari Steve.  Photo / Fourni
La deuxième maison de France où vivaient Annemarie Rawson et son mari Steve. Photo / Fourni

Et le plat néo-zélandais ?
Rien de mieux qu’une pavlova néo-zélandaise, en particulier la recette de Chelsea Winter, garnie de tout ce qui vous plaît, mais généralement de kiwis. J’aime enfiler le caillé de citron dans la crème fouettée et garnir de fraises et de framboises et d’une pincée de graines de grenade et de feuilles de menthe. Il a l’air fabuleux.

READ  Les nouvelles règles pour les voyages britanniques en France, en Espagne, en Grèce, en Allemagne, aux Pays-Bas et dans d'autres pays de l'Union européenne donnent la tranquillité d'esprit pour les vacances.

Quand avez-vous décidé d’écrire votre aventure ?
A notre retour de France. Les expériences vécues, les gens rencontrés et la simplicité de la vie à la campagne se sont infiltrés dans mon cœur et m’ont changé. Il était mentalement difficile de se réinstaller dans notre (alors) vie à Auckland. La vie de nos amis et de nos familles n’avait pas changé pendant notre absence et même s’ils étaient ravis de nous retrouver, ils ne voulaient pas m’entendre raconter des chapitres et des vers sur nos vies en France. C’est alors que j’ai décidé de le mettre sur papier afin d’avoir une « copie papier » de nos vies et pas seulement des souvenirs.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans la publication de deux livres ?
Franchir le pas, exposer et me mettre à la merci de la critique d’un lecteur. Heureusement, la plupart ont été fabuleux, me faisant pleurer dans certains cas où ils ont senti qu’ils étaient dans l’aventure avec moi et dégustaient un verre de rosé en chemin. J’ai deux critiques plutôt désagréables qui m’ont bouleversé pendant un bref moment, mais c’est mon histoire / mes mémoires et je ne suis pas censé être un tome érudit.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez vu votre premier livre en magasin ?
Ravis mais stupéfaits que les gens s’intéressent à l’aventure quotidienne d’un Néo-Zélandais en France.

Dites-nous quelque chose de surprenant sur vous.
Je ne peux pas être vue sans mascara ! J’ai un teint clair et des taches de rousseur et j’ai l’air délavé… comme Miss Piggy sans ses faux cils.

READ  Les talibans afghans disent que les travailleurs devraient se couvrir "même avec une couverture"

Trois conseils pour quelqu’un qui envisage de déménager dans un autre pays.
1. Demandez-vous pourquoi vous voulez aller, et dans ce pays. 2. Faites des recherches approfondies sur chaque aspect de ce que serait votre vie là-bas. 3. Si vous acceptez un emploi, demandez les noms et les détails des personnes avec qui vous pourriez parler pour bien comprendre votre rôle et ceux pour qui vous travailleriez.

Quelle est la prochaine à l’ordre du jour ?
Terminer mon prochain livre, Late-Life Adventures in London and Beyond, et, espérons-le, repartir pour quelques mois au Royaume-Uni et en Europe en mai ou juin, dépendant de Covid. En attendant, j’adore notre nouvelle vie ici à Hawke’s Bay.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer