Economy

Alors que l’Afrique se réchauffe, les pays riches promettent plus d’argent

MOMBASA, Kenya (AP) – Les pays riches ont déclaré qu’ils dépenseront environ 25 milliards de dollars d’ici 2025 pour soutenir les efforts de l’Afrique pour s’adapter au changement climatique alors que le continent continue de souffrir de la sécheresse, des cyclones et de la chaleur extrême, selon des responsables du sommet de Rotterdam aux Pays-Bas En Lundi.

Le montant promis par l’Africa Adaptation Accelerator – une initiative conjointe de divers pays et organisations – est le plus grand effort d’adaptation jamais réalisé dans le monde. La Banque africaine de développement a promis la moitié du montant, des représentants du Danemark, du Royaume-Uni, de la France, des Pays-Bas, du Fonds monétaire international et d’autres offrant leur soutien à l’initiative.

Le continent n’émet que 3% à 4% des émissions alors qu’il abrite environ 17% de la population mondiale, mais les experts disent qu’il est particulièrement vulnérable au changement climatique car il est moins capable de s’adapter. Les pays africains espèrent utiliser l’argent pour améliorer leur résilience face aux phénomènes météorologiques extrêmes, tels que la sécheresse ou les inondations, augmenter la couverture arborée et protéger la biodiversité, ainsi que développer leurs capacités d’énergie renouvelable.

Le sommet intervient quelques semaines seulement après que l’Organisation de coopération et de développement économiques a constaté que les pays riches n’avaient pas tenu leur promesse de 2009 de dépenser 100 milliards de dollars par an. Aider les pays en développement à s’adapter au réchauffement climatique. L’organisation a déclaré que 83,3 milliards de dollars avaient été donnés aux pays pauvres en 2020, le montant le plus élevé jamais enregistré, mais toujours inférieur au montant initial.

READ  Keir Starmer est taquiné par l'extrême gauche alors qu'il s'éloigne de l'ère Corbyn

Si l’argent promis au sommet de Rotterdam est versé, l’objectif vieux de plusieurs décennies sera enfin atteint, mais les pays africains préviennent que cela ne suffira pas.

« L’Afrique n’a pas les ressources pour lutter contre le changement climatique », a déclaré Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, lors du sommet. « Le continent ne reçoit que 3% du financement climatique total. »

Adesina a déclaré que l’Afrique aura besoin de 1,3 à 1,6 billion de dollars cette décennie pour mettre en œuvre ses engagements dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, pour un coût annuel de 140 à 300 milliards de dollars. Il a ajouté que les coûts d’adaptation au changement climatique devraient augmenter d’ici 2050, à mesure que les effets du réchauffement climatique s’intensifient.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a déclaré que son pays ferait pression pour un doublement des fonds destinés à l’adaptation à un climat plus chaud lors du prochain sommet de l’ONU en Égypte en novembre.

Après des décennies où les pays développés n’ont pas tenu leurs promesses de financement, de nombreux pays africains restent sceptiques quant à l’arrivée de l’argent sur le continent.

Mahmoud Mohieldin, le champion de haut niveau des Nations Unies sur le changement climatique en Égypte, a déclaré que la structure actuelle du financement climatique mondial est « insuffisante et inefficace », en particulier pour l’Afrique.

___

Suivez la couverture d’AP sur le climat et l’environnement sur https://apnews.com/hub/climate-and-environment

___

La couverture climatique et environnementale d’Associated Press reçoit le soutien de plusieurs fondations privées. En savoir plus sur l’initiative climatique d’AP. par ici. AP est seul responsable de tout le contenu.

READ  Sources: Les enquêteurs antitrust français affirment que Google a rompu ses ordres lors de conversations avec des éditeurs de nouvelles

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer