World

Alliance AUKUS : la France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie en raison d’un sous-accord

Mondialisme

La Première ministre Jacinda Ardern a déclaré qu’elle ne s’attendait pas à ce que la Nouvelle-Zélande soit obligée d’adhérer au nouvel accord de sécurité AUKUS. Vidéo / Rassemblement

La France a indiqué vendredi soir (heure locale) avoir rappelé immédiatement ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie après que l’Australie a annulé un achat important d’un sous-marin français conventionnel au profit de sous-marins nucléaires construits à l’aide de la technologie américaine.

C’était la première fois que la France rappelait son ambassadeur aux États-Unis, selon le ministère français des Affaires étrangères.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré dans une déclaration écrite que la décision française, à la demande du président Emmanuel Macron, était “justifiée par la gravité exceptionnelle des déclarations” faites par l’Australie et les Etats-Unis.

il a dit annonce de mercredi L’accord sur les sous-marins australiens avec les États-Unis est “un comportement inacceptable entre alliés et partenaires”.

Le rappel des ambassadeurs est très inhabituel parmi les nations alliées. En 2019, Paris a rappelé son émissaire en Italie voisine après que les dirigeants du pays eurent fait des déclarations publiques critiquant le gouvernement français. L’année dernière, la France a rappelé son ambassadeur en Turquie après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que Macron avait besoin d’une psychothérapie.

Plus tôt vendredi, un haut diplomate français a évoqué une “crise” dans les relations avec les Etats-Unis.

“Pour Paris, il s’agit d’une question stratégique concernant la nature des relations entre l’Europe et les États-Unis sur la stratégie indo-pacifique”, a déclaré le diplomate, s’exprimant de manière anonyme conformément aux pratiques gouvernementales habituelles.

READ  La reine Elizabeth retourne au travail quelques jours après la mort du prince Philip

Il ne spéculera pas sur les effets de la situation sur les relations de la France avec les États-Unis. Il a souligné qu'”il y a une crise”.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que la décision française "Le sérieux exceptionnel des annonces est justifié".  photo / AP
Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que la décision française était “justifiée par la gravité exceptionnelle des déclarations”. photo / AP

Macron n’a pas commenté la question depuis que le président américain Joe Biden a annoncé une alliance stratégique indo-pacifique avec l’Australie et la Grande-Bretagne, qui a incité la France à perdre près de 100 milliards de dollars pour construire des sous-marins diesel-électriques.

La France milite depuis plusieurs années pour une stratégie européenne de renforcement des liens économiques, politiques et de défense dans une région qui s’étend de l’Inde et de la Chine au Japon et à la Nouvelle-Zélande. Cette semaine, l’Union européenne a dévoilé son plan pour la région Indo-Pacifique.

Le diplomate français a déclaré vendredi que Macron avait reçu mercredi matin une lettre du Premier ministre australien Scott Morrison, annonçant la décision d’annuler l’accord sur les sous-marins.

Il a déclaré que les responsables français avaient alors décidé de contacter l’administration américaine “pour s’enquérir de ce qui se passait”. Il a ajouté que les discussions avec Washington n’avaient eu lieu que deux à trois heures avant l’annonce publique de Biden.

Jeudi, Le Drian a exprimé un « manque total de compréhension » de cette décision et a critiqué à la fois l’Australie et les États-Unis.

“C’était vraiment un coup de poignard dans le dos. Nous avons construit une relation de confiance avec l’Australie, et cette confiance a été trahie.” « Cela ne se fait pas entre alliés. Il a également comparé la décision de Biden à celles de son prédécesseur, Donald Trump, dans le cadre de la doctrine Trump “America First”.

READ  Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le monde risquait de sombrer dans une lutte «tous contre tous»

Le diplomate a indiqué que Paris avait soulevé la question de la stratégie indo-pacifique lors de la visite du secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken le 25 juin, exprimant l’importance du programme sous-marin avec l’Australie.

“Nous avons dit que pour nous, c’était un élément très important et crucial de notre stratégie indo-pacifique”, a-t-il déclaré. Blinken a rencontré Macron lors de la visite.

Le diplomate français a déclaré que l’Australie n’avait jamais mentionné la France avant de vouloir passer aux sous-marins à propulsion nucléaire, notamment lors d’une réunion entre Macron et Morrison à Paris le 15 juin.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer