sport

6N : La France prête à saisir l’occasion du Grand Chelem contre l’Angleterre | Des sports

Pour les joueurs de rugby en France, l’expression « Grand Chelem » – Grand Chelem, en anglais – était un tabou en camp lors du Championnat des Six Nations.

Jusqu’ici.

Le Saint Graal du rugby européen regarde les Tricolores, pour la première fois depuis plus d’une décennie. Inévitable désormais.

Et pour Roman Netamak, c’est quelque chose que lui et ses coéquipiers doivent embrasser alors qu’ils cherchent à remporter des victoires nettes et à redevenir les rois d’Europe avec leur victoire contre l’Angleterre à Paris samedi.

« Il y a de la pression, oui », a déclaré Frans Flaneve à propos du Crunch et de tout ce qui va avec, « mais je pense que ce groupe sait comment le transformer en positif pour sortir des grands matchs à temps. »

Après tout, Fabien Gallett dans la classe 2022 a un état d’esprit différent de celui d’une multitude d’équipes françaises qui ont été touchées depuis 2010 – la dernière fois que la France a remporté les Six Nations et les Grands Chelems.

Par exemple, les équipes dirigées par Philippe Saint-André qui n’ont pas pu terminer quatrièmes de 2012 à 2015. Heck, il y avait même une cuillère en bois en 2013 – assez embarrassant pour un pays avec de telles ressources et un riche héritage de rugby.

Puis il y a eu les périodes oubliées de Jay Novies, limogé en 2017 après moins de deux ans à la barre et ayant terminé cinquième et troisième des Six Nations, et Jacques Brunel, un autre entraîneur qui a duré moins de 24 mois avec une paire de finalistes quatrièmes. Place d’arrivée dans les six pays.

READ  Antonetti (Metz) après la victoire à Montpellier: "On les a beaucoup bouleversés"

Il a fallu embaucher Galthié pour faire ressortir le meilleur des Français, insufflant expression et confiance en soi à un groupe de jeunes joueurs talentueux.

Oui, il y a eu un retour pour un certain flair français ancien. Mais l’équipe fait très bien les bases, a la force d’attaque nécessaire pour remporter le championnat des Six Nations, et la défense aussi. Prenons, par exemple, ce qui s’est avéré être une victoire consécutive de 13-9 contre le Pays de Galles au quatrième tour la semaine dernière comme preuve.

En termes simples, la France – après s’être si rapprochée au cours des deux dernières années où Galthié a transformé son équipe en une machine à gagner – semble sur le point d’être le champion des Six Nations. Peut-être même le champion du monde à domicile l’année prochaine.

Une victoire 40-25 contre la Nouvelle-Zélande en novembre a donné à l’équipe un favori sur le chemin du tournoi 2022, et ils ont apprécié le défi à partir du moment où ils ont traversé une première mi-temps difficile contre l’Italie lors du week-end d’ouverture pour réclamer un point supplémentaire. Victoire 37-10.

« Ce match de novembre contre la Nouvelle-Zélande a créé une belle dynamique qui s’est poursuivie », a déclaré l’entraîneur de l’équipe de France Rafael Ibanez.

Une dernière poussée vous attend et c’est l’Angleterre, le plus grand rival européen des Français, qui vous attend au Stade de France.

Une équipe anglaise frappée par des blessures, dans une période de transition sous Eddie Jones, a perdu un choc 32-15 contre l’Irlande à Twickenham le week-end dernier, jouant presque tout le match avec 14 joueurs.

READ  Aaron Rodgers parmi les athlètes les mieux payés avec un accord avec les Packers - NBC Chicago

C’est là pour les Français, mais peuvent-ils saisir l’instant ?

L’Angleterre a changé un tiers de son équipe pour rajeunir après avoir perdu l’Irlande, ce qui a éliminé l’équipe de Jones de la compétition.

L’un d’eux est Ben Youngs, le recordman d’apparitions en Angleterre avec 116, qui a retrouvé sa place en demi de mêlée.

L’accessoire Will Stuart, l’enfermé Nick Isiekwe et l’élémentaire Sam Underhill, qui fait sa première apparition en Angleterre depuis les tests de novembre, sont venus dans le peloton.

Le seul changement en France est le retour de l’ailier Damien Benaud dans l’équipe après s’être remis de l’infection au COVID-19. Il a remplacé Yoram Movana, blessé au genou à Cardiff.

Les deux tournois du Grand Chelem de la France à l’ère des Six Nations – depuis 2000 – ont été remportés par des victoires contre l’Angleterre le dernier jour, en 2004 et 2010.

« Honnêtement, nous voulions être dans cette position, a déclaré Galthier. Nous avons tout fait pour y être. Nous devons être humbles, mais oui, nous sommes dans la position dans laquelle nous voulions être. »


faire la queue :

France : Melvin Jamenet, Damien Benaud, Gaël Fico, Jonathan Dante, Gabin Villier, Romain Ntamak, Antoine Dupont (capitaine) ; Gregory Aldrett, Anthony Gillonch, François Croce, Paul Willems, Cameron Walkie, Oweny Attonio, Julian Marchand, Cyril Bale. Réserves : Beto Mofaka, Jean-Baptiste Gross, Mohamed Hawass, Romain Tovignoa, Thiboud Flament, Dylan Cretin, Maxime Luso et Thomas Ramos.

Angleterre : George Forbank, Freddy Steward, Joe Marchant, Henry Slade, Jack Noel, Marcus Smith, Ben Youngs ; Sam Symonds, Sam Underhill, Courtney Lawes (capitaine), Nick Ezekwe, Maru Etoge, Will Stewart, Jimmy George, Ellis Genji. Réserves : Nick Dolly, Joe Marler, Kyle Sinclair, Olly Chissum, Alex Dombrandt, Harry Randall, George Ford, Elliot Daly.

READ  L'Argentin Urdabilita Half of the Fly prolonge le contrat de Caster

Plus de sports AP : https://apnews.com/hub/apf-sports Et le https://twitter.com/AP_Sports


Steve Douglas dans https://twitter.com/sdouglas80

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer