Tech

158 Albertains atteints de COVID-19 ont signalé une maladie à l’application de plusieurs millions de dollars de la province

Le gouvernement de l’Alberta dépensera 4,3 millions de dollars d’ici la fin de l’année pour une application téléphonique de recherche de contacts qui a informé environ 1 500 personnes d’une exposition potentielle au COVID-19.

Des mois après que l’Alberta a réduit ses efforts de recherche des contacts, le gouvernement a toujours des contrats avec Deloitte et IBM pour maintenir et mettre à jour l’application ABTraceTogether assiégée, qui a été lancée en mai 2020.

Bien que 317 000 personnes aient téléchargé l’application sur leur téléphone, seules 158 personnes ont entré un résultat de test COVID-19 positif dans l’application entre son lancement en mai 2020 et la semaine dernière, selon Alberta Health.

« Il s’agit d’une très petite partie du nombre de personnes qui ont été exposées au COVID dans la province », a déclaré le Dr James Talbot, professeur de santé publique à l’Université de l’Alberta et ancien médecin hygiéniste de l’Alberta.

Près de 306 000 personnes ont été testées positives pour COVID-19 en Alberta depuis le début de la pandémie.

Les capacités manquantes de l’application sont une déception pour Talbot, qui a déclaré qu’il devrait s’agir d’un outil puissant lors d’épidémies de maladies infectieuses.

“Ce n’est probablement pas assez médiatisé”, a-t-il déclaré. « Il se peut que le cas n’ait pas été porté à l’attention des Albertains en raison de l’importance pour les Albertains de le faire. Les Albertains pourraient avoir une tendance naturelle à ne pas vouloir être traqués.

Regarder | Le premier ministre de l’Alberta défend ABTraceTogether

Un Kenyan défend l’application de recherche de contacts de l’Alberta

Interrogé sur la rentabilité de l’application de recherche des contacts du comté, Jason Kenny a déclaré: “Vous ne pouvez progresser que si vous êtes prêt à prendre des risques, comme nous l’avons fait dans ce cas.” 1:39

READ  le nouveau sosie d'Apple Watch est déjà 50 € moins cher

CBC News a obtenu les données d’utilisation après avoir soumis une demande d’accès à l’information au ministère de la Santé. En août, le bureau du secrétaire à la Santé de l’époque, Tyler Chandro, a rejeté une demande d’informations.

Il n’y a pas de données sur le nombre de contacts signalés par l’application qui ont finalement été testés positifs pour COVID-19.

Suivi des contacts intégré

L’application utilise la technologie Bluetooth pour détecter si le téléphone de l’autre utilisateur de l’application se trouve à moins de 10 mètres. Si une personne est testée positive pour COVID-19, elle entrera ces informations dans l’application pour alerter les autres utilisateurs qui ont été à proximité d’elle au cours des 21 derniers jours.

Les ABTrace ensemble Le site Web indique que les traqueurs de contacts demanderont aux personnes testées positives de télécharger ces données afin qu’elles puissent retrouver leurs contacts à proximité.

Mais depuis le 29 juillet, les services de recherche des contacts de l’Alberta Health Services (AHS) n’ont suivi que les cas de COVID-19 associés à des environnements à haut risque tels qu’un hôpital ou un foyer de soins de longue durée.

La porte-parole de l’AHS, Keri Williamson, a déclaré que depuis fin juillet, les trackers n’ont pas demandé aux patients, autres que ceux associés à des paramètres à haut risque, de télécharger des données d’application.

L’application fédérale a plus d’action

Talbot a déclaré que l’intégration de la recherche manuelle des contacts avec la recherche automatisée est ce qui sépare ABTrace de l’application COVID Alert du gouvernement fédéral.

L’année dernière, le gouvernement de l’Alberta était catégorique quant à l’utilisation de son application – et non de l’alerte COVID – car elle fournissait des données de recherche des contacts.

READ  OnePlus Nord 2 5G dispose du chipset MediaTek Dimensity 1200.

Talbot a déclaré que l’abandon de la recherche des contacts à grande échelle a rendu l’application moins utile.

Au 28 septembre, près de 6,7 millions de personnes avaient téléchargé COVID Alert.

Un porte-parole de Santé Canada a déclaré que 34 000 personnes dans huit provinces et un territoire ont volontairement signalé des résultats de test COVID-19 positifs depuis le lancement de l’application fédérale en juillet 2020.

Cela représente environ un utilisateur sur 200. En comparaison, l’application de l’Alberta a enregistré un rapport de cas positif sur 2 000 utilisateurs.

Le premier ministre Justin Trudeau a lancé l’application fédérale COVID Alert en juillet 2020. (Shawn Kilpatrick/La Presse Canadienne)

L’application fédérale a commencé à suivre les notifications en février 2021. Début août, plus de 75 000 personnes avaient reçu une notification indiquant qu’elles étaient en contact étroit avec une personne testée positive pour le virus.

L’alerte COVID a coûté au gouvernement fédéral 3,5 millions de dollars en 2020-2021, mais ils n’ont pas encore fourni de coût pour cet exercice.

Le développeur de logiciels de Calgary, Mathieu Fenniak, a été parmi les premiers à s’inquiéter l’année dernière que l’application ABTraceTogether ne fonctionnait pas correctement sur les iPhones.

Bien que les développeurs aient depuis publié des versions mises à jour, Fenniak a déclaré que la technologie sous-jacente ne permettrait jamais aux iPhones d’échanger des données.

Selon les informations fournies par Alberta Health, le gouvernement est sous contrat avec Deloitte jusqu’au 31 décembre 2021, pour fournir une stratégie, des améliorations techniques et un soutien pour l’application.

Le gouvernement devrait verser à Deloitte un total de 1,7 million de dollars pour son travail sur l’application. IBM a également un contrat de 2,6 millions de dollars pour assurer la maintenance et le support.

“Quatre millions de dollars pour 158 utilisations de l’application semblent être une utilisation très coûteuse et très inefficace de l’argent des contribuables”, a déclaré Vniak.

Le bureau du secrétaire à la Santé Jason Copping n’a pas répondu à une demande d’entretien.

Talbot, qui croit toujours que la technologie derrière ABTraceTogether peut aider à accélérer les enquêtes sur les épidémies, espère réutiliser le logiciel pour aider à enquêter sur les cas de maladie d’origine alimentaire ou de grippe.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer