entertainment

Victor Eddy • Producteur, Cinéphage Production

– Le producteur français émergent 2022 nous dit ce qu’il pense de l’avenir du documentaire

rencontrer Victor EddieProduit par une société française Production de cinéphage Sélectionné pour 2022 producteurs en herbe programme. Lire son profil sur EP ici.

Pourquoi produisez-vous des documentaires ? Comprenez-vous le documentaire comme un outil de changement social et politique ?
Victor Eddie : Comme pour beaucoup de choses dans ma vie, je suis devenu producteur par hasard… c’est en fait à travers la production cinématographique que j’ai pris en compte mes intentions les plus intimes. J’ai poursuivi cela précisément parce que j’ai découvert que la production est la méthode qui a un certain impact au sein de la communauté. En développant des projets internationaux, j’ai aussi commencé à voir la production comme un acte de transport : en connectant les gens et en faisant venir en France les projets de cinéastes étrangers, je pouvais aider à tracer de nouveaux horizons et construire des ponts entre les cultures. J’ai aussi eu la chance de voir l’impact tangible de certains de nos films, et bien que je ne me considère pas comme un « producteur d’impact », ces expériences m’ont aidé à comprendre un pouvoir du documentaire que je ne ressentais pas au départ.

(L’article continue plus bas – informations commerciales)

L’épidémie a eu un impact sur l’ensemble du secteur. Comment cela a-t-il affecté votre travail de producteur ? Les projets sur lesquels vous travaillez ont-ils changé ?
La pandémie a stoppé la moitié de nos projets. En France, les entreprises de notre secteur ont été soutenues par l’Etat, certaines régions et CNC. Le soutien général m’a donné une marge de manœuvre, pour pouvoir garder mon équipe à Marseille et aider nos collaborateurs étrangers à traverser la période d’incertitude. Nous avons également répondu aux limitations par la créativité. Marie MandyDirecteur Les Femmes préfèrent en rire (Un peu. Les femmes préfèrent rire), elle a décidé de transformer son documentaire immersif en un film tourné presque entièrement en studio. Rétrospectivement, je pense que c’était très bien pour un film que nous avons tourné pendant la première année de la pandémie avec des limitations importantes. Nous avons également développé plusieurs nouveaux projets, en essayant de tenir compte des limites dans nos choix, mais je dois avouer que je ne suis pas prêt à laisser ma politique éditoriale rétrécir à cause du virus. Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les conséquences inégales des décisions publiques. Les pays d’Europe occidentale imposent des règles sanitaires qui rendent les choses très compliquées pour les collaborateurs d’autres régions du monde, sans parler de la cruauté et de l’absurdité d’un concours de vaccins qui a aliéné de nombreux pays africains et des populations qui en ont bien besoin.

READ  Recréez le loft Fab 5 de Queer Eye de Netflix avec cet ensemble LEGO

Que pensez-vous de l’avenir de la distribution de documentaires ?
La France est un pays étrange : chaque année environ 100 longs métrages documentaires sortent en salles, mais le public est peu nombreux, il n’y a quasiment pas de jeunes. Les partenariats avec des ONG ou des écoles peuvent aider à attirer de nouveaux publics vers les salles, mais surtout vers des films qui peuvent mobiliser les gens autour d’une cause particulière. Je pense que le plus grand défi se situe au niveau européen. Par exemple, je rêve d’un réseau de distribution européen au sein des universités. Ce qui me ressort clairement de l’expérience française, c’est que les projections de documentaires doivent s’accompagner de rencontres et d’échanges. Celle-ci est souvent demandée aux cinéastes, prend beaucoup de leur temps et pourtant est toujours très difficile à financer. Je souhaite également que la France abandonne la loi « chronologie des médias » pour les documentaires en salles, car elle empêche les diffuseurs de soutenir des longs métrages, sachant qu’ils doivent attendre plus d’un an après la sortie en salles pour les diffuser. Je ne sais pas quel sera l’avenir de la distribution à l’échelle mondiale, mais personnellement j’aime davantage voyager pour les films, une vraie culture populaire pour que les documentaires se développent aux côtés du public, et l’Europe pour accroître son soutien à la coopération internationale. Je pense que l’avenir est à la coproduction internationale car elle facilite ces échanges. Même pour les films français, j’essaie toujours de trouver des partenaires étrangers.

Quels projets avez-vous en cours ?
Neuf projets différents sont actuellement en développement ou en production chez Cinéphage, et je suis heureux de dire qu’ils reflètent la diversité éditoriale que nous revendiquons. Parmi ceux que nous avons commencés, il y a le premier court métrage d’animation (Discussion en direct avec les auditeurs audio par Tristan Thiel), bientôt distribué par MIYU Distribution, les désubissants (A Few « Disobedient Women »), de Mary Mandy, conjointement avec ARTÉ Et le RTBF Pour lequel nous espérons reprendre le tournage bientôt, ou Jean-Robert VialetUn nouveau film est en développement avec le soutien d’ARTE. Concernant les projets internationaux, nous coproduisons deux films avant Pétra Sileskar En Slovénie et en Macédoine du Nord, le corps Et le Terre agréableQui sortira en salles l’année prochaine. exactement comme kiksqui est un projet hongrois de David Michalan Et le Balint Reeves Coproduit avec images de spriteset Bulb Cinéma et ARTE. Le projet a reçu le Docu Talent Award à Sarajevo et je travaille dessus avec un diplômé de Emerging Producers Agnès Horvat Szabo (Lire Suite) Et le Vicki Rica Baiser (Lire Suite).

READ  Water Seeds au French Quarter Festival | Dernier | Manœuvre hebdomadaire

———

producteurs en herbe Il s’agit d’un projet promotionnel et éducatif de premier plan qui rassemble des réalisateurs de documentaires européens talentueux. Le programme est organisé et sponsorisé Festival international du film documentaire de Ji.hlava.

La date limite de soumission pour l’édition 2023 des producteurs émergents est le 31 mars 2022.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer