World

Une femme a vendu une voiture volée au père d’un apprenti conducteur

Une femme a plaidé coupable d'avoir causé une perte par tromperie en vendant une voiture volée.

Martin De Ruyter / Trucs

Une femme a plaidé coupable d’avoir causé une perte par tromperie en vendant une voiture volée.

Une femme de Nelson a vendu une Honda Civic volée à un père qui voulait acheter une voiture pour que sa fille apprenne à conduire, a déclaré un tribunal.

Elise Renee Cathcart, 36 ans, a comparu mercredi devant le tribunal de district de Nelson. Elle a plaidé coupable à l’accusation d’avoir causé la perte par tromperie.

Le résumé des faits de la police indique que Cathcart a acquis une Honda Civic entre le 7 janvier et le 10 février 2022 et a mis les détails d’enregistrement à son nom.

La voiture avait été volée au propriétaire d’origine mais n’a pas encore été signalée à la police.

En savoir plus:
* Motueka collecte des fonds pour une piscine intérieure depuis 20 ans – elle n’a pas encore été construite
* L’équipe Nelson Girls Yachting a navigué vers l’Australie
* L’exploitation forestière des arbres Motueka jugée «déraisonnable» par l’ombudsman

Le résumé indiquait qu’il ne savait pas comment la voiture était entrée en possession de Cathcart.

Le 11 février, Cathcart a rencontré la victime chez elle à Tahunanui pour vendre une Honda Civic, qu’un collègue de Cathcart avait mise sur Facebook.

Le père, qui avait l’intention d’acheter la voiture, a vérifié la voiture sur Carjam.co.nz, mais elle ne semble pas avoir été volée. Il a acheté une Honda pour 1 300 $ en espèces, puis a essayé de faire réenregistrer la voiture à son nom.

Le 15 février 2022, l’homme a reçu un e-mail de la NZTA lui indiquant que la voiture intéressait la police et qu’il devait entrer en contact au plus vite.

READ  Le prince William est "triste et choqué" par l'insulte du prince Harry à la reine Elizabeth

La voiture a ensuite été rendue à son propriétaire d’origine.

Le résumé indiquait que la police avait tenté à plusieurs reprises de parler à Cathcart, mais qu’elle ne s’était pas rencontrée aux heures fixées, et lorsqu’elle a finalement été localisée, elle « a crié des injures » à la police et « a refusé de s’impliquer ».

Cathcart reviendra au tribunal pour la détermination de la peine en août.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer