Economy

Une année mitigée pour les vins français avec un afflux de Champagne, Bordeaux cartonne


Le ministère français de l’Agriculture a déclaré que la production de vin français en 2023 devrait être proche de la moyenne des cinq dernières années, avec des perspectives favorables en Champagne et en Bourgogne par rapport à Bordeaux frappé par la maladie.

La production totale de vin devrait se situer entre 44 et 47 millions d’hectolitres, a indiqué mardi le ministère dans un rapport, une fourchette qui comprend une moyenne sur cinq ans de 44,5 millions d’hectolitres et une production 2022 de 46,1 millions d’hectolitres.

Un hectolitre équivaut à 100 litres, soit 133 bouteilles standard de vin.

Le ministère a déclaré que de fréquentes averses d’orage et un temps chaud en mai et juin ont créé des conditions propices à la moisissure dans les régions de culture de Bordeaux et du sud-ouest, ce qui signifie que les prévisions de production sont provisoires pour ces régions.

« Nous n’avons jamais été confrontés à une telle situation d’incertitude et de contradictions », a déclaré par téléphone à Reuters Jérôme Despy, producteur du sud de la France et responsable du comité des vins de France Agrimer.

Les vendanges devant revenir à un calendrier plus typique après un démarrage très précoce l’année dernière, a-t-il déclaré, les perspectives de récolte ne deviendront pas plus claires tant que les vendanges ne commenceront pas à battre leur plein à partir de fin août.

Les pertes de maladies peuvent ajouter aux difficultés des producteurs bordelais.

La baisse de la demande de vin rouge, passé de mode auprès des jeunes buveurs de vin, a incité le gouvernement à proposer cette année une aide aux producteurs.

READ  Le Pen espère que le vote régional français lui donnera un avant-goût de la force

Desby a déclaré que le secteur vitivinicole souhaitait que le gouvernement augmente le financement du plan de distillation afin que 3 millions d’hectolitres de stock de vin puissent être écoulés, notamment à Bordeaux et en Languedoc-Roussillon dans l’extrême sud.

Un programme distinct d’arrachage de vignes à Bordeaux, en réponse à long terme à la baisse de la consommation, exacerbée par les pressions inflationnistes sur les ménages, a attiré des demandes totalisant environ 9 200 hectares, soit environ 8% de la superficie viticole totale de Bordeaux, a-t-il ajouté. .

Le ministère a déclaré que la sécheresse dans le sud devrait réduire la production dans la région Languedoc-Roussillon.

Ailleurs en revanche, la situation a été favorable, la croissance des raisins étant favorisée par une météo parfaite lors de la floraison et par des pluies en début d’été.

Le ministère a ajouté que la production dépasserait la moyenne quinquennale en Champagne, où le gel et la grêle ont causé des dégâts limités cette année, ainsi qu’en Bourgogne, malgré quelques cas de mildiou.


Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer