World

Un tribunal britannique autorise l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis pour espionnage

Une cour d’appel britannique a ouvert la porte vendredi (heure locale) à l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis en annulant une décision d’un tribunal inférieur qui jugeait la santé mentale du fondateur de WikiLeaks trop fragile pour soutenir le système de justice pénale américain.

La Haute Cour de Londres a jugé que les assurances américaines étaient suffisantes pour garantir qu’Assange était traité avec humanité et a ordonné à un juge de première instance d’envoyer la demande d’extradition au ministre de l’Intérieur pour examen.

Le ministre de l’Intérieur, qui supervise l’application des lois au Royaume-Uni, prendra la décision finale d’extrader ou non Assange.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est actuellement détenu dans la prison de sécurité maximale de Belmarsh à Londres.

Kirsty Wigglesworth/AFP

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est actuellement détenu dans la prison de sécurité maximale de Belmarsh à Londres.

Cependant, la décision de la cour d’appel de vendredi est susceptible d’être portée en appel.

Lire la suite:
* Julian Assange a obtenu la permission d’épouser son partenaire de prison
* Les États-Unis disent que Julian Assange pourrait aller dans une prison australienne s’il est reconnu coupable
* Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a refusé d’être libéré sous caution au Royaume-Uni
* Le père de Julian Assange aurait demandé à la Nouvelle-Zélande d’offrir l’asile à son fils

Plus tôt cette année, un juge d’une juridiction inférieure a rejeté une demande américaine d’extradition d’Assange vers les États-Unis pour faire face à des accusations d’espionnage concernant la publication par WikiLeaks de documents militaires classifiés il y a dix ans.

La juge de district Vanessa Paraitser a nié son extradition pour des raisons de santé, affirmant qu’Assange se suiciderait probablement s’il était détenu dans des conditions carcérales difficiles aux États-Unis.

Les États-Unis ont fait appel, contestant l’idée que la santé mentale d’Assange le rendait trop faible pour résister au système judiciaire américain.

L’avocat James Lewis a déclaré qu’Assange « n’avait aucun antécédent de maladie mentale grave et persistante » et n’évoluait pas à un point tel qu’il ne puisse s’empêcher de se faire du mal.

Des manifestants ont manifesté vendredi devant la Haute Cour de Londres.

Frank Augustin/AFP

Des manifestants ont manifesté vendredi devant la Haute Cour de Londres.

Les autorités américaines ont déclaré aux juges britanniques que s’ils acceptaient d’extrader Assange, il pourrait purger n’importe quelle peine de prison américaine condamnée dans son pays d’origine, l’Australie.

Les procureurs américains ont inculpé Assange de 17 chefs d’accusation d’espionnage et d’un chef d’abus d’ordinateur suite à la publication par WikiLeaks de milliers de fuites de documents militaires et diplomatiques.

La peine maximale pour les accusations peut aller jusqu’à 175 ans de prison, bien que Lewis ait déclaré que « la peine la plus longue jamais prononcée pour ce crime est de 63 mois ».

Assange, 50 ans, est actuellement détenu à la prison de sécurité maximale de Belmarsh à Londres.

Les charges retenues contre Assange sont passibles d'une peine maximale de 175 ans de prison.

Matt Dunham/AFP

Les charges retenues contre Assange vont jusqu’à 175 ans de prison.

READ  Liz Cheney a déclaré que plus de législateurs auraient voté pour destituer Trump mais avaient `` peur pour leur vie ''

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer