Economy

Un sénateur français appelle à la protection juridique des prescriptions régionales

La sénatrice Alexandra Porchio Fontemb a déclaré dB De sa campagne pour imposer des restrictions similaires sur les recettes que l’on trouve dans le système AOP pour le vin : « Il est nécessaire de défendre notre patrimoine culinaire comme nous pouvons défendre notre patrimoine littéraire, artistique ou architectural.

Salade niçoise, avec l’ajout de pommes de terre et de haricots verts le fautif.

La nation qui a donné au monde Auguste Escoffier et Guide Michelin L’art culinaire est internationalement respecté. Cependant, Porchio Fonttemp, du Parti républicain conservateur, affirme que certains des plats les plus célèbres du pays risquent de s’écarter de la recette historique.

Citant l’un des plats signatures de Nice, chef-lieu de son département des Alpes-Marines, Porcchio-Fontempe a déclaré : « …On a surtout du mal à mettre des haricots ou des pommes de terre dans une salade niçoise. Pour nous, c’est une hérésie qui va à l’encontre de l’enseignement de nos parents et grands-parents.

La plupart des recettes de salade niçoise du XIXe siècle se composaient de tomates, d’anchois et d’un filet d’huile d’olive. Dans les années qui ont suivi, des olives et des œufs durs ont été ajoutés, et le thon est devenu un substitut acceptable aux anchois. Cependant, la ligne est tracée dans les légumes cuits.

Parmi les autres rebondissements / corruptions mentionnés par Borchio-Fontimp, citons la choucroute au yuzu et le cassoulet de pois chiches. Cependant, elle insiste sur le fait qu’elle n’est pas trop fermée d’esprit lorsqu’il s’agit de cuisines internationales : « La seule chose que nous disons, c’est qu’il faut respecter l’origine de ce que nous consommons.

Borchio-Fontimp fait campagne pour dicter quels ingrédients peuvent légalement entrer dans des plats qui partagent le nom de spécialités régionales afin d’éviter ce que certains pourraient appeler une « dilution de marque ».

READ  Enfin, la cathédrale Notre-Dame de France a été sécurisée. Suivant : Reconstruire

La proposition de « défendre toutes les recettes régionales françaises » a reçu le soutien de deux organismes : Toqualoi Protections des Recittes de Cuisine et Collectif Cuisine Niçoise.

Borchio-Fontimp s’intéresse également à la façon dont l’imitation peut nuire à la réputation des boissons françaises. Elle soutient que les producteurs internationaux qui appellent le vin « à la Bordeaux » ou « à la champagne », par exemple, sont une « illusion intellectuelle »:Utiliser un nom qui ne correspond pas au produit final est une tentative d’induire le consommateur en erreur.

« Imaginez si demain nous, les Français, produisions des voitures complètement différentes de l’Aston Martin ; plus lentes, de moindre qualité, moins chères, mais portant le nom d’Aston Martin. Cela n’a aucun sens, n’est-ce pas ? »

L’historien et expert culinaire Giles McDonough déclare : dB Que les propositions sont erronées : « Dire qu’une salade niçoise doit contenir des anchois ou des œufs et ne peut pas utiliser de pommes de terre ou de câpres, serait une imposition d’uniformité malvenue et pourrait provoquer la colère des habitants de « Petite Flaque sur Marais » quand ils font remarquer qu’ils font toujours ce qu’ils font pour sortir des frises. »

Pour autant, MacDonogh ne pense pas que la législation serait une catastrophe pour la créativité culinaire, assimilant les « chefs en herbe » à des vignerons qui s’écartent d’un certain caractère AOP, quitte à renommer leur produit différemment : « Ils préfèrent mettre leur tamponner les choses. »

La suggestion que changer les ingrédients d’une recette équivaut à une « mode » amène cet écrivain à se demander : à quel moment l’adaptation à un plat devient-elle finalement une « tradition ? »

READ  Le premier bar à frites français à Raleigh, Buena Papa est maintenant ouvert

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer