Economy

Un gymnase de Montréal a été accusé de discrimination après que 3 clients potentiels ont dit avoir refusé

Un gymnase de Montréal fait face à des allégations de discrimination après que plusieurs clients potentiels d’origine algérienne ont déclaré avoir été refusés.

Dans deux incidents distincts, trois personnes qui ont récemment tenté d’inscrire ou de rénover un gymnase Éconofitness ont déclaré s’être vu refuser le service de manière injustifiée par le même gestionnaire.

Ramadan Belhabachia, 32 ans, a fait deux tentatives infructueuses en une semaine pour renouveler son adhésion au club de sport. Sa première tentative a eu lieu lundi dernier, Belhabachia affirmant qu’une interaction hostile avec l’entraîneur Arvin Socabado s’est produite presque immédiatement.

a déclaré Belhabashi, qui a déclaré avoir été membre de l’Éconofitness situé près de la station de métro Berri-UQAM pendant trois ans.

Après avoir été invité à voir sa carte d’identité pour la deuxième fois, Belhabshaya a déclaré qu’il avait proposé de répondre à toutes les questions que Sucabado pourrait avoir, auxquelles le directeur aurait répondu : « Vous savez quoi, monsieur, je n’aime pas votre visage ; je ne ‘ J’aime pas ton attitude, tu n’es pas autorisé à aller au Gym, je ne renouvelle pas ton adhésion.”

Éconofitness a confirmé avoir ouvert une enquête interne suite à des allégations de racisme sur un site près de l’UQAM Barre. Elle dit qu’elle prend la situation “très, très au sérieux”. (Jean-Claude Taliana/CBC)

Belhabachia, un Français d’origine algérienne, a déclaré avoir eu une autre confrontation difficile avec ce manager auparavant, décrivant un “petit conflit” à une occasion après que Belhabachia a déclaré avoir oublié une serviette de sport.

Mais lundi dernier, Belhabachia a déclaré que la situation devenait incontrôlable. Après avoir persuadé Socabado de parler à l’extérieur, il a déclaré que le directeur avait appelé la police.

“J’étais très frustré”, a déclaré Belhabshi. “Il a essentiellement créé une situation et maintenant, je ne peux plus entrer dans ce gymnase sans aucune raison.”

Socabado a refusé la demande d’entrevue de CBC News. Belhabachia dit qu’il est retourné au gymnase jeudi avec sa demande initiale de renouvellement de son adhésion, qui a été rejetée une deuxième fois.

Je ne peux pas aller à la salle de gym sans aucune raison.– Ramdhane Belhabchia

Convaincu qu’il s’agissait d’un cas de discrimination, Belhabachia a déposé une plainte auprès du gymnase, a fait appel à un avocat pour déposer une plainte en matière de droits humains et a publié sur Facebook son expérience.

“Je veux dire, [Sokappadu] C’était juste raciste pour moi et il n’y avait aucune bonne raison de me refuser.

Le siège social d’Éconofitness, a confirmé avoir reçu une plainte concernant l’emplacement près de Berri UQAM et ouvert une enquête interne à la suite des allégations de racisme. L’entreprise québécoise a également refusé une demande d’entrevue.

“Soyez assurés qu’Éconofitness prend la situation très au sérieux”, indique un communiqué de l’entreprise.

“C’était exactement la même situation.”

Kahina Asfar et son mari, d’origine algérienne, ont déclaré s’être vu refuser le service de la salle de sport par le même manager il y a quelques semaines à peine.

Lasfer dit qu’elle ne pensait pas que la motivation derrière le traitement était raciste jusqu’à ce qu’elle voie la publication Facebook de Belhabachia.

“C’était exactement le même cas”, a déclaré Lasfer. Lasfer a déclaré qu’elle et son mari avaient essayé de s’inscrire à un gymnase début août et qu’ils avaient rencontré la résistance de Socappado.

“Il a dit qu’ils n’avaient pas reçu de nouveaux clients à cause du coronavirus”, a déclaré Lasfer. CBC News a appelé le gymnase vendredi pour se renseigner sur un abonnement et on lui a dit qu’il prenait en fait de nouveaux clients. Il n’y avait aucune mention de COVID-19.

Lorsque son mari a pressé le directeur, lui demandant pourquoi cette politique n’était pas publiée sur le site Web du gymnase ou dans l’établissement, Lasfer a affirmé que Socabado était devenu “trop ​​froid et sérieux” et leur a dit de partir ou d’appeler la police.

Kahina Lassfer et son mari, tous deux d’origine algérienne, ont déclaré que le même directeur leur avait refusé le service, leur disant que le gymnase n’acceptait pas de nouveaux clients en raison de COVID-19. CBC News a appelé le gymnase pour se renseigner sur l’adhésion et on lui a dit qu’il n’y avait pas une telle politique. (Fourni par Kahina Lasfer)

Selon Lasfer, Sucabado a déclaré que c’était son gymnase et qu’il avait le droit de choisir qui il laissait entrer.

“C’est comme si nous étions de retour dans l’apartheid, comme si nous suppliions d’aller quelque part. C’est insultant”, a déclaré Lasfer. “C’est triste qu’en 2021, il y ait encore ce genre de comportement.”

Belhabachia et Lassfer, tous deux français, ont déclaré que le manager leur avait dit qu’il était également français.

La propagation du sentiment anti-musulman dans le pays a conduit Belhabshiah à croire que c’était la raison de son ciblage, ayant été confronté au racisme au cours de ses 25 années de vie en France.

Il a dit que ce qu’il a vécu lundi dernier nous a rappelé le même traitement.

“Parce que vous êtes un Arabe (…) ils peuvent refuser la salle de gym et ils peuvent appeler la police”, a-t-il déclaré.

“Je suppose qu’il voulait juste me rejeter à cause de ma race.”

READ  « Pandora's Papers » révèle la richesse cachée des dirigeants mondiaux, des célébrités et des milliardaires

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer