World

Un ex-soldat kiwi demande des visas pour ses alliés afghans

Un ancien officier de l’armée néo-zélandaise a demandé au service d’immigration néo-zélandais de délivrer des visas urgents aux alliés afghans qui ont travaillé avec lui en Afghanistan et à leurs familles.

Elaine Nelson a été officier du génie au sein de la Force de défense néo-zélandaise déployée en Afghanistan pendant sept mois en 2010 et 2011, et elle défend maintenant sept collègues et leurs familles qui, selon elle, sont en danger imminent.

“Personne n’a encore de visa, et s’ils n’en ont pas, ils ne peuvent pas sortir, et s’ils n’obtiennent pas ces visas, ces personnes vont mourir”, a déclaré Nelson.

“Ils répondaient aux critères, qui étaient de prouver qu’ils travaillaient pour la défense. Ils ont tout fait, ils ont tous donné une validation.

L'officier du génie Elaine Nelson lors de son déploiement en Afghanistan en 2010 et 2011. Aide maintenant à défendre sept familles qui ont travaillé à ses côtés, elle veut savoir pourquoi Immigration NZ met si longtemps à délivrer des visas.

fourni/choses

L’officier du génie Elaine Nelson lors de son déploiement en Afghanistan en 2010 et 2011. Aide maintenant à défendre sept familles qui ont travaillé à ses côtés, elle veut savoir pourquoi Immigration NZ met si longtemps à délivrer des visas.

Lire la suite:
* Des Kiwis afghans demandent de l’aide pour évacuer alors que leurs frères sont menacés par les talibans
* La Royal New Zealand Air Force évacue les Néo-Zélandais et les Australiens d’Afghanistan
* Les alliés afghans craignent de ne plus être une priorité dans les évacuations néo-zélandaises

“Tous leurs papiers sont faits, ils attendent juste d’émigrer. Cela fait trois jours entiers et la fenêtre pour qu’ils soient évacués en toute sécurité se ferme.”

Depuis Prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibansDans la province de Bamiyan, Nelson a déclaré qu’elle avait été inondée d’e-mails, d’appels téléphoniques et de messages de plus en plus désespérés d’Afghans qui travaillaient avec elle sur le PRT.

Pendant son séjour, Nelson, alors capitaine Elaine Ford, a dirigé une équipe de soldats et de marchands afghans travaillant sur des projets communautaires, tout en maintenant les installations et la sécurité des bases Kiwi.

Le Premier ministre Jacinda Ardern a déclaré la semaine dernière Les alliés afghans seront évacués Depuis la capitale afghane, Kaboul, le gouvernement a donné la priorité à « ceux qui ont le plus de problèmes de sécurité, sur la base du fait qu’ils soutiennent les efforts de la Nouvelle-Zélande ».

mais, Dans les derniers jours d’Immigration NZ (INZ) qu’elle accélère les demandes de visa pour les membres de la famille des Néo-Zélandais, augmentant le nombre de personnes éligibles à l’évacuation d’environ 50 personnes à plus de 250 par semaine.

Dans un communiqué publié mercredi, l’INZ a déclaré qu’elle continuait à travailler dur pour faciliter l’obtention de visas pour les ressortissants afghans qui remplissent les critères pour faire partie de la mission humanitaire et pour aider à les filtrer avant leur arrivée en Nouvelle-Zélande.

Elle n’a pas été en mesure de commenter les cas individuels.

Nelson a demandé le statut de réfugié pour sept familles par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères et du Commerce (Mfat), et dit qu’elle lui a fait savoir oralement dimanche qu’elles répondaient toutes aux critères et qu’il s’agit maintenant d’un cas INZ.

L'officier du génie Elaine Nelson lors de son déploiement en Afghanistan en 2010 et 2011. Aide maintenant à défendre sept familles qui ont travaillé à ses côtés, elle veut savoir pourquoi Immigration NZ met si longtemps à délivrer des visas.

fourni/choses

L’officier du génie Elaine Nelson lors de son déploiement en Afghanistan en 2010 et 2011. Aide maintenant à défendre sept familles qui ont travaillé à ses côtés, elle veut savoir pourquoi Immigration NZ met si longtemps à délivrer des visas.

Mercredi, a déclaré Nelson, aucune des familles n’avait reçu de documents ou de visas. Elle a passé des heures au téléphone et à envoyer des courriels à Mfat, à l’INZ et au ministre de l’Immigration Chris Favoy pour obtenir des réponses, et a déclaré que les retards étaient inacceptables dans une situation où chaque heure compte.

Les talibans, qui ont renversé le gouvernement afghan il y a plus d’une semaine, ont déclaré qu’ils n’accepteraient pas la présence des États-Unis et d’autres forces internationales à l’aéroport de Kaboul après la date limite du 31 août.

“Ils se cachent tous dans des endroits autour de la ville de Kaboul, parce que les talibans ne laisseront pas les gens entrer dans l’aéroport à moins qu’ils ne puissent prouver qu’ils ont un visa”, a déclaré Nelson.

Nelson a également été en contact avec Basir Ahmed en Afghanistan, qui représente 37 familles qui ont travaillé avec les Forces de défense afghanes, qui ont déclaré qu’elles attendaient toujours les instructions d’évacuation. Elle a dit qu’ils étaient tous effrayés et inquiets.

“Il est tout aussi terrifié pour sa vie qu’eux tous, car ils craignent qu’il ne soit trop tard. Le visa délivré la semaine prochaine n’est pas utile.”

L’effort d’évacuation de la Nouvelle-Zélande a commencé lundi soir, alors que la Force de défense Hercules arrivait à l’aéroport de Kaboul et retournait aux Émirats arabes unis. Un premier groupe d’évacués néo-zélandais, qui ont été transportés par avion par l’armée de l’air australienne, est arrivé à Auckland lundi après-midi.

Mfat et INZ ont été contactés pour commentaires.

READ  Un universitaire australien de premier plan suggère de renommer l'anglais pour éviter les infractions

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer