Economy

Un consultant de l’organisme français de protection de la vie privée a déclaré qu’Apple devrait supporter une amende de 6 millions d’euros

PARIS, le 12 décembre (Reuters) – Apple Inc (AAPL.O) Il doit encourir une amende de 6 millions d’euros (6,3 millions de dollars) pour avoir enfreint les règles de confidentialité, a recommandé lundi un conseiller principal de l’organe de sanction de l’autorité française de protection des données.

L’organisme de sanction de la CNIL est libre d’ignorer les recommandations du rapporteur, mais celles-ci ont généralement un poids important dans la décision finale de l’organisme de contrôle.

Le rapporteur, François Pellegrini, a formulé sa recommandation après une enquête de l’autorité, elle-même déclenchée par une plainte déposée l’an dernier par le groupe de pression France Digital.

Dans la plainte, le lobby, qui représente la majeure partie des entrepreneurs numériques et des capital-risqueurs en France, a allégué que le précédent logiciel d’exploitation d’Apple, iOS 14, n’était pas conforme aux exigences de confidentialité de l’UE.

France Digitale a fait valoir que si les propriétaires d’iPhone sous iOS 14 étaient invités à autoriser les applications mobiles installées à collecter un identifiant clé utilisé pour identifier les publicités de campagne et envoyer des publicités ciblées, les paramètres par défaut permettaient à Apple de lancer ses propres campagnes publicitaires ciblées sans clarté. . Exiger des utilisateurs d’iPhone leur consentement préalable.

Les mises à jour de confidentialité d’Apple, appelées App Tracking Transparency, offrent aux utilisateurs la possibilité d’empêcher les applications de suivre l’activité sur les applications et les sites Web appartenant à d’autres sociétés.

Dans ses remarques, Pellegrini a déclaré que la version précédente d’iOS 14.6 d’Apple n’avait pas correctement demandé aux utilisateurs leur consentement préalable à la collecte de données personnelles, violant les règles de confidentialité en vertu de la directive ePrivacy de l’UE.

READ  Les talibans ont ordonné aux ONG en Afghanistan d'empêcher les employées de travailler

Il a ajouté que les modifications apportées sous une version ultérieure du système d’exploitation d’Apple, iOS 15, permettaient une telle approbation préalable.

Gary Davis, responsable de la confidentialité chez Apple, a contesté les conclusions de la décision lors de l’audience, affirmant que la société américaine s’était engagée à protéger la vie privée des utilisateurs.

« L’absence de toute gravité dans l’infraction (…) signifie que le montant de l’amende doit être réduit », a-t-il déclaré, exigeant que le montant de l’amende ne soit pas divulgué.

L’instance de sanction de la CNIL n’a pas précisé quand elle se prononcera.

(1 $ = 0,9464 euros)

(Reportage de Matthew Rosemin) Montage par Dominic Vidalon et David Evans

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer