entertainment

Tout est partout à Arles – Politico

Mark Porter est un écrivain et éditeur de voyages basé à Cannes.

Arles, France – Située sur les rives du Rhône, à l’extrémité nord de landes sauvages et magnifiques, Arles – la capitale endormie de la France de César – accueille chaque été ce qui est sans doute la plus grande foire de l’image au monde : Les Rencontres d’Arles. Et avec des expositions entassées dans tous les coins disponibles, même une simple promenade décontractée dans la ville ensoleillée offre plus que tout le monde pourrait souhaiter.

Jusqu’à fin septembre, Les Rencontres présentent 45 galeries – plus un grand espace dans les anciennes caves de l’Eglise des Frères Prêcheurs remplies de nouvelles trouvailles – toutes dispersées à travers la ville, des caves et églises romanes à leurs espaces attenants, et même une filiale de la chaîne de supermarchés Monoprix. .

Arles est depuis longtemps associée aux arts visuels. Le peintre néerlandais Vincent van Gogh a passé du temps ici avec l’artiste français et ami proche Paul Gauguin, et c’est ici qu’il a perdu son oreille – ainsi que son esprit. Si Arles semble quelque peu familière à première vue, c’est probablement à cause de Van Gogh.

Depuis leur création en 1970, Les Rencontres ont été au cœur de la vie locale tout l’été, s’avérant un succès que d’autres ont suivi. Mais la diversité ici est stupéfiante – cela fait partie de l’attrait – alors que les réalisateurs Christophe Wiesner et Aurélie de Lanley se tournent délibérément vers les confins du monde du tournage pour créer une vision éclectique.

READ  "Challenges" de Zendaya et Luca Guadagnino saute la sortie en salles de France et fait ses débuts sur Prime Video

Et s’il y a un point central de l’exposition de cette année, ce sera probablement la diaspora, le déplacement et les mouvements marginaux – un thème important dispersé à travers les offres artistiques du festival.

C’est peut-être le cœur battant – sinon saignant – de l’événement de cette année. »Ne m’oublie pas(Don’t Forget Me), qui met en lumière les angoisses postcoloniales de la France vues à travers le prisme de 700 photographies de type passeport d’immigrants majoritairement maghrébins, toutes prises à leur arrivée dans le port de Marseille pour établir une nouvelle vie au pays des colons.

Fraîchement arrivé en France en provenance d’Afrique du Nord, il a été photographié par le Studio Rex pour l’exposition Forget-Me-Not. © Avec l’aimable autorisation de la collection Jean-Marie Donat. Avec l’aimable autorisation des Rencontres d’Arles.

Jean-Marie Donat a rassemblé la collection dans les archives du Studio Rex – une agence photo fondée près de Marseille en 1933 par l’immigrant arménien Asdor Keosayan. Keosayan a dépeint le travail acharné d’un camarade de classe arrivercapturant leur optimisme redoutable et leur sombre détermination alors qu’ils semblaient mal à l’aise à leur meilleur dimanche.

Il n’y a pas de noms ou de dates pour ces personnes de passeport. Aucune de leurs histoires personnelles n’est montrée. L’histoire les a rendus invisibles. Mais la simple présence des images forme un pont mémoriel à travers les deux rives de la Méditerranée, au-dessus de la rugissante ligne de faille géopolitique.

À cet essai puissant sur les luttes intestines, juste au coin de la rue, correspond l’église Sainte-Anne, offrant une rupture avec un peu de féminisme scandinave contemporain dans « paysage du sud(Sisterhood) – une tentative documentaire et conceptuelle de 17 artistes différents, racontant ce que c’est que de faire partie d’une sororité dans le nord. Ou, on peut choisir de jeter un coup d’œil aux principaux pionniers transexuelles américains des années 1960, une méthode discrète capturée sur un appareil photo Polaroïd.

READ  Les films et comédies les plus attendus sur Netflix arrivent en 2022

En contraste direct avec tout cela, le travail de l’artiste péruvien Roberto Horcaya qui a passé deux ans dans la jungle amazonienne, enroulant des bobines de film de 30 mètres autour d’arbres et les laissant se développer pendant la nuit, puis utilisant l’eau boueuse de la rivière pour traiter le film. Cette technique capture le mouvement nocturne palpitant dans la forêt, donnant une sensation fantomatique, tout en rappelant la beauté tamisée des sérigraphies japonaises.

Roberto Huarcaya, fragment « Amazograms n° 5, photographie, 2022. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Il y a aussi la couleur locale à admirer dans l’exposition, avec la photographie de la regrettée cinéaste Agnès Vardas’asseoirSa maison adoptive et de délicieuses images des coulisses de son film à succès de 1955Cour de la Pointe. Il s’agit d’un hommage au port de pêche, capturant les amis lanceurs de bateaux et les flaniers de quai de Varda dans toute leur gloire et leur innocence du milieu du siècle – des instantanés découverts d’une époque révolue.

Wim Wenders, « Le même ami américain ». Avec l’aimable autorisation de l’artiste/Fondation Wim Wenders.

Le réalisateur Wim Wenders a fait quelque chose de similaire, allant dans les coulisses de son propre travail à Hambourg et à Paris, prenant des photos des acteurs Dennis Hopper et Bruno Ganz sur le tournage de son film American Friend de 1977. Et tandis que le personnage de Ganz prend des Polaroids tout au long du film, Wenders prédit ici le selfie, obsession narcissique d’une ère future.

À Arles, on peut voir l’appareil photo comme un espion, ainsi que l’appareil photo comme un imitateur de l’art peint, faisant ressortir l’énorme portée de l’objectif – bien que dans ce dernier cas, l’objectif et le pinceau conspirent pour créer quelque chose de même Van Gogh , j’ai sans doute admiré.

READ  Découvrez les nouveautés d'Epcot
Eva Nielsen. Dolin, huile, acrylique, encre et sérigraphie sur toile, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste/BMW ART MAKERS.

Et personne n’illustre mieux la combinaison du pinceau et de l’objectif que la photographie d’Eva Nielsen et de la commissaire Marien Derain des marais salants de Camargue. Par l’utilisation du collage et de la peinture, ils véhiculent un sentiment d’abandon et de désolation avec une beauté originale qui rappelle, une fois de plus, la sérigraphie japonaise, les paysages craquelés comme la palette d’un peintre.

Saul Leiter, « Café Paris, 1959 », tirage couleur. Fondation Saul Leiter Avec l’aimable autorisation de. © Amandie Dionne

Enfin, les visiteurs devraient jeter un coup d’œil au travail du peintre et photographe new-yorkais Saul Leiter, qui combine peut-être le mieux l’art avec une sensibilité dramatique aux couleurs et une inspiration d’installation. A voir absolument, il offre un aperçu de quelque chose de privé et d’intime. Leiter offre au spectateur un moment volé dans le temps – à la différence d’Arles elle-même – qui reste, comme toujours, un point fixe dans un monde transformé.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer