Top News

« Tant que Trump est malade, ni les démocrates ni les médias ne peuvent l’attaquer »

L’hospitalisation de leur champion n’a rien changé. Quasiment pas un masque dans la manifestation pro-Trump du samedi 3 octobre à Phoenix (Arizona). « C’est absolument inutile si nous sommes à la lumière du soleil « , Pense à un dur à cuire portant un t-shirt qui dit  » non À Bill Gates, l’une des cibles des conspirateurs. A ses côtés, un trentenaire agite une bannière camouflage « Trump 2020 »: «Tout est faux; ils le disent eux-mêmes sur l’emballage: ce masque ne vous protégera pas!  »

Certes, le rassemblement se déroule à l’extérieur et à 38 degrés alors qu’il n’est que 10 heures (Phoenix a battu son record de chaleur pour un début d’octobre). Mais étant donné que le président des États-Unis, lui-même, a été rattrapé par le virus, on peut s’attendre à un semblant d’aggiornamento sur le port du masque. Ce n’est pas comme ça. « Je n’ai pas peur d’une maladie dont j’ai 99% de chances de survivre »dit Sabrina Robidoux, 60 ans, employée d’une compagnie d’assurance qui a organisé la manifestation avec ses amies Pamela et Annie (« Trois grands-mères pour Trump », Décrit-elle).

Réunion de soutien

Les manifestants se sont installés à un carrefour à Scottsdale, la banlieue aisée de Phoenix. Ils agitent leurs drapeaux, crient. Quelques automobilistes klaxonnent en signe de soutien; d’autres font des armes d’honneur.  » Poubelle blanche ! », lâche un passant, en utilisant l’expression qui désigne les «petits blancs» sans instruction.  » Chienne », Rétorque la trentenaire.  » Une autre femme blanche qui déteste les blancs », Il se met en colère: « USA! USA! »

Lire aussi Covid-19: la santé de Trump continue de « s’améliorer », selon l’un de ses médecins
READ  Ligue européenne des Nations | La France, championne en titre, s'incline face à la Croatie

Le rassemblement devait coïncider avec la clôture de l’inscription des électeurs, prévue le 5 octobre dans l’État. En fait, Sabrina Robidoux a apporté des formulaires d’inscription. Ils sont restés dans leur poche. À ce stade, tout le monde est inscrit, et cela ne fait aucun doute. Le suspense règne pour la première fois depuis des décennies en Arizona. L’État a été remporté par Trump en 2016 avec 3,5% d’avance sur Hillary Clinton. Depuis plusieurs mois, les sondages donnent un léger avantage à Joe Biden. À tel point que le président sortant devait rentrer en Arizona pour la sixième fois le lundi 5 octobre – visite évidemment annulée. Si les républicains sont en difficulté, « C’est à cause de tous ces démocrates californiens » qui viennent s’installer dans l’Etat, grogne Sabrina Robidoux.

Vous avez 49.83% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer