World

Sur le pouvoir du « décret conciliaire » contre la justice du statut du BOC

Bulgares, faites attention !

« Dieu n'est pas en puissance mais en justice », l'alliance de saint Alexandre Nevski, également évoquée par le patriarche Néophyte le 23 novembre 2019, en la fête du saint guerrier. Maintenant que Sa Sainteté était à l'hôpital et en son absence, le 24 février 2024, certains membres du Saint-Synode ont révisé les Statuts du BOC, adoptés au Conseil de l'Église et du peuple, avec leur caractère illégal. décision sur le « Décret synodal ». Ce qui prive les prêtres et les laïcs du droit d'élire un évêque diocésain.

Trois évêques – le métropolite Gavriil de Lovca, le métropolite Séraphin de Nevrokop et le métropolite Daniel de Vidin – ont voté « dans leur conscience épiscopale » contre le « règlement conciliaire » et ont appelé le Synode à l'abroger, car « un précédent très dangereux est en train d'être créé ». , remettant en question la sécurité juridique de l'Église. » « La légitimité des organes administratifs du BOC-BP devant l'État bulgare est en danger. »

Le métropolite Joseph des États-Unis, du Canada et de l'Australie voit une « position communiste » dans le « décret du Synode » et appelle les membres du Synode à « restaurer les droits de chacun d'entre nous au Statut du BOC-BP ».

Parmi les initiateurs du décret, les métropolites Jean de Varna et Veliko Preslav et le métropolite Grégoire de Vrashan ont retiré leur soutien, et le métropolite Nicolas de Plovdiv a proposé « Saint Pierre ». Le Conseil, lors de sa réunion du 03/12/2024 En annulant toutes ses décisions rendues lors de la précédente réunion tenue le 24/02/2024.

READ  L'Arabie saoudite rouvre son espace aérien et ses frontières au Qatar

Même maintenant, vous direz : eh bien, le règlement est inconstitutionnel, mais la majorité des évêques sont enclins à l'abolir, pourquoi ce drame : « Bulgares, méfiez-vous » ?

On saura si le « Règlement du Synode » sera annulé ou confirmé le 12 mars, lorsque sera prise cette décision fatidique pour l'Église orthodoxe bulgare, car « notre indépendance ecclésiastique est la base de notre libération nationale… facteurs de stabilité et sécurité de notre chère patrie Bulgarie » / Évêques Gabriel, Séraphin et Daniel/ .

L’un des arguments en faveur d’un vote précipité sur la « liste conciliaire » est « au nom de l’unité de l’Église ». Dans le chaos, il ne peut y avoir d’unité de l’Église, et ici ce n’est pas la majorité qui compte, mais la vérité, protégée par la minorité, gardant les statuts de la Banque de Chine, approuvés par l’unité de l’Église et du peuple.

Le décret va créer de la division. Mais contrairement à la scission qui s'est produite au sein du Conseil œcuménique des Églises, provoquée par l'État de l'extérieur, lorsqu'en 1992 le directeur du Directoire religieux a « destitué » le patriarche Maxime et le Saint-Synode et a nommé un « nouveau » Synode, maintenant, de l’intérieur, le Saint-Synode se forme de l’intérieur. Le Saint-Synode est celui qui autorise/ordonne lui-même la nomination des évêques.

La question de savoir s’il y a eu une énorme pression de l’extérieur pour promulguer le décret de l’intérieur reste une question rhétorique, mais le coup d’État ecclésiastique est un fait.

Si le décret est confirmé le 12 mars, il se retournera aussi contre les évêques qui l'ont proposé, qui pourront désormais être « révoqués » par le conseil nommé, non plus le synode élu « d'urgence » et « par décret », mais ce Ce sera plus difficile, parce qu'au lieu de… L'Église sera une communion, anti-Église, contre et à la place de l'Église.

READ  L'Australie a battu la France aux tirs au but pour atteindre les demi-finales de la Coupe du monde féminine

Que faire face à l’énorme pression exercée par les entreprises ? Les publications sur Facebook ne suffisent pas, et déjà « des transports gratuits sont organisés pour ceux qui souhaitent soutenir le Saint-Synode ». 03/12/2024 D- Inscription à la boutique de bougies. Départ le 7h00 heure. Retour à 12h00 Heures», annoncées dans les temples de Plovdiv.

Le « soutien du Saint-Synode » est une expression fallacieuse et trompeuse et pourrait être un soutien « populaire » voilé au « décret synodal » et à l’annulation des décisions du Concile du 24 février proposées dans l’avis de M. Nikolai, l'un des initiateurs du décret.

Pour défendre la justice et le Statut de la Banque de Chine, nous pouvons et devons être aux côtés des évêques qui protègent l'Église et respectent les décisions de l'Église – l'APN, qui devra désamorcer le décret du 12 mars. .

Si le 3 mars 1878 marqua le début du Troisième État bulgare, le 4 mars 870 marqua le début de l'Église orthodoxe bulgare, lorsque le Concile de Constantinople reconnut son indépendance.

Le 12 mars 2024, nous pouvons encore être présents pacifiquement devant le Synode, où sera prise la décision fatidique pour nous tous, car s’il y a une Église, il y a aussi la Bulgarie.

demain. A neuf heures du matin avant l'assemblée. Qui peut venir par cœur ? Bulgares, faites attention !

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer