entertainment

Soupçonné de tricherie, Netflix nous a lâchés

Kévin Courtney

Il y a deux semaines, les piliers de ma vie quotidienne – Netflix et le New York Times – ont décidé de jouer dur avec moi.

Netflix a été le plus brutal. Alors que nous nous asseyions pour regarder l’épisode 3 du documentaire ridicule « Le Tour de France », une affiche nous accusant de vol de diffusion remplit l’écran.

Il a rebondi comme s’il avait été écrasé par un Peloton.

Netflix nous a déjà supprimé l’accès. En cas d’erreur, il nous était demandé de nous connecter en utilisant le code envoyé au titulaire du compte.

Je n’étais pas titulaire du compte. C’était ma fille Jenny. Le gabarit était en place.

Ce jour de jugement ne devrait pas me surprendre. Netflix a annoncé il y a un an qu’il allait sévir contre le vol de comptes, d’abord en Amérique du Sud, puis aux États-Unis.

Les gens lisent aussi…

La même semaine, j’ai reçu un e-mail du New York Times m’informant que plusieurs personnes autres que moi utilisaient les identifiants de mon compte. Je ferais mieux de régler la situation… ou bien !

Les deux notifications ont paniqué notre famille. Netflix est notre service de streaming. Le Times cadre le début de notre journée. Je ne veux pas vivre dans un monde sans les deux.

J’admets que la famille de Courtney était impliquée dans plusieurs réseaux de partage de comptes, mais était-ce de la « triche ? »

Cheryl a rejeté l’idée que nous faisions quelque chose d’illégal. La participation n’est-elle pas une « zone grise » ?

READ  Netflix annonce la date de première de la dernière histoire d'horreur de Mike Flanagan

Nous bénéficiions de Netflix gratuitement grâce à Jenny, qui payait 16 $ par mois. En revanche, nous dépensions plus de 39 dollars par mois pour l’accès numérique au Times et le partage avec des personnes extérieures à la famille Napa, même si je ne savais pas exactement combien.

J’ai envoyé des e-mails à quatre de nos enfants adultes. Souhaitez-vous profiter de notre abonnement Times ?

Elle a reçu un refus catégorique, tandis que Jenny a dit, oui, elle lit le Times de temps en temps, et le fils de Cheryl, Josh, a déclaré qu’il le lisait tous les jours et qu’il faisait aussi des puzzles. Cela ne disparaîtra pas, n’est-ce pas ? Demandé.

Le Times a sans doute également remarqué le grand nombre d’appareils connectés dans notre maison de Napa. newyorktimes.com Ces derniers mois. J’en ai compté huit : deux téléphones portables, trois iPad, un ordinateur de bureau et, parce que Cheryl travaille à la maison, parfois deux ordinateurs portables appartenant à l’employeur.

Je ne suis pas surpris que le Times soupçonne un vol généralisé.

Nous avons coupé immédiatement. Plus d’accès à Jenny. Trois appareils électroménagers ont été mis hors service. Nous n’utiliserons la plupart des autres que par intermittence.

Est-ce que cela ferait une différence ? Le temps nous le dira.

Netflix étant mort pour nous, nous nous sommes tournés vers HBO et Criterion Channel (ne parlons pas de qui paie quoi ici) et avons commencé à regarder la sitcom « Silicon Valley » et de vieux films comme « The Daytrippers » (Parker Posey !) des séries décalées. « Pêcher avec » John « .

READ  Raina mannequin depuis la Jamaïque (photo) ᐉ Nouvelles de Fakti.bg - Curieux

Pour la première fois, nous avons regardé des émissions et des publicités sur YouTube. Les comédies spéciales de Todd Barry, ça vous dit ?

Jenny a finalement pu m’ajouter en tant que membre proche de sa famille à son compte Netflix pour la moitié du prix d’un abonnement régulier. Nous nous rattraperons.

Être interpellé par le Times et Netflix m’a amené à remettre en question mes normes éthiques.

Vous ne me verrez jamais porter mes sacs à la caisse automatique du supermarché sans les payer. Je ne distribue pas de sodas dans les fast-foods alors que je ne paie que l’eau. Et je ne vole pas de contenants de ketchup.

Si vous ignorez mes antécédents de vol de streaming/téléchargement, cela fait certainement de moi un modèle de vertu.

En tant que journaliste professionnel, je me sens quelque peu coupable du partage incorrect du Times. Je crois surtout aux paywalls. Quelqu’un doit payer pour la bonne nouvelle.

Je ferai tout ce que le Times veut que je fasse pour arranger les choses, mais je dois d’abord parler à un véritable être humain pour expliquer notre position.

Quant à regarder Netflix gratuitement, jusqu’à présent, les règles étaient quelque peu vagues et leur application peu claire. Il était très facile pour quiconque de s’engager sur un chemin sombre. Et d’ailleurs, ne sommes-nous pas tous d’accord pour dire que leur programmation de divertissement pourrait être meilleure ?

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer