World

Sortir d’une île en perdition n’est pas facile

L’élévation du niveau de la mer causée par le changement climatique affecte les insulaires du monde entier, en particulier dans l’océan Pacifique. La réponse évidente est le repositionnement, mais pour beaucoup, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Les villageois des îles Carteret reçoivent un bateau de ravitaillement.
image: Fourni / Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande

Depuis plus de 13 ans, Ursula Rakova peine à reloger les siens des îles Carteret en Papouasie-Nouvelle-Guinée, peu à peu submergées par la mer.

Ils ne veulent pas abandonner le mode de vie des générations qui les ont précédés, mais ils n’ont pas d’autre choix.

Plus de 3 000 personnes sont bloquées sur des îles basses et en déclin en attendant que le gouvernement finance leur réinstallation sur la partie continentale de Bougainville.

Rakova possède le petit atoll Huen dans le groupe de six îles Carteret, où la propriété de la terre est traditionnellement transmise aux femmes du clan.

son organisation Tull de Pise Elle a aidé environ 30 familles à s’installer sur des terres qui leur ont été données par l’Église catholique à Bougainville, à 90 kilomètres de là, mais 350 autres familles – environ 70 % de la population – ont besoin de l’aide du gouvernement pour se réinstaller.

« Nous ne pouvons pas les laisser déménager et s’accroupir », dit Rakova. « Nous voulons qu’ils déménagent afin qu’ils puissent continuer à subvenir à leurs besoins en cultivant leurs propres cultures vivrières, ainsi qu’en plantant des cultures commerciales ».

Les habitants des îles Carteret dépendent des rations alimentaires du gouvernement car ils ne sont plus en mesure de cultiver leur propre nourriture car l’eau de mer détruit les terres et empiète sur leurs cultures.

READ  Ils ont enlevé de force les cabanes du camp de Yakuto Mesto (photos) - Société - Bulgarie - Hello Bulgarie

Parler à les détails De Bougainville, où elle vit maintenant, Rakova se dit préoccupée par le fait que les rations gouvernementales « continuent d’engendrer une génération de personnes qui dépendent toujours des approvisionnements du gouvernement ».

La militante du changement climatique Ursula Rakova.

Ursula Rakova, militante du changement climatique et insulaire de Carteret.
image: Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande

Elle veut que cet argent soit plutôt dépensé pour acheter des terres et déménager des familles. Environ 30% de la population restera sur les îles, soutenue par un programme qui les aide à s’adapter aux changements.

Mais ses habitants sont en concurrence avec les communautés d’autres atolls de faible altitude pour les fonds publics destinés à la réinstallation.

« Mais avouons-le : les insulaires de Carteret veulent déménager depuis 10 ou 12 ans. C’est dangereux pour nous, nous devons déménager », dit Rakova.

L’histoire de Rakova n’est pas unique, mais la véritable ampleur de l’impact du changement climatique et le nombre de personnes confrontées à des perturbations dans le Pacifique sont inconnus.

« La relocalisation est toujours une option de dernier recours », déclare Martin de Jong, conseiller en plaidoyer pour l’association caritative catholique Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande. Même les relocalisations de communautés à quelques centaines de mètres sont risquées, dit de Jong.

Dans d’autres pays du Pacifique à faible altitude, en première ligne de l’élévation du niveau de la mer, comme Kiribati, les gens se battent pour survivre. Mais en ce qui concerne les îles Carteret, déménager est la seule option, dit-il. Jusqu’à présent, Caritas et d’autres groupes n’ont pas réussi à faire pression pour accélérer le processus.

READ  USA Today qualifie le château de Larnach à Otago de « surfait » mais son propriétaire dit que c'est une bonne chose

Les déportations sont souvent soutenues par des groupes religieux, des gouvernements et des ambassades. Caritas, par exemple, aide à de petits projets de développement tels qu’un séchoir à cacao pour les habitants de Carteret afin de transformer les fèves de cacao en culture commerciale.

Même ceux qui travaillent en étroite collaboration avec les communautés du Pacifique ne connaissent pas l’impact du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer, dit de Jong.

« C’est l’une des choses frustrantes sur lesquelles travailler au cours des sept ou huit dernières années sur [annual] Rapport sur l’état de l’environnement en Océanie. Nous entendons beaucoup d’histoires sur des personnes qui ont dû déménager à différents niveaux, mais il semble y avoir très peu, voire aucune, évaluation globale du nombre de personnes qui déménagent et du nombre de personnes à risque.

Il dit que le Pacifique est souvent négligé lorsqu’il s’agit de rapports sur des questions telles que le changement climatique.

De Jong dit que des groupes comme lui feront tout leur possible à l’approche de la prochaine conférence des Nations Unies sur le changement climatique, la COP 27 en Égypte en novembre pour « une action plus forte et réelle pour faire face aux pertes et aux dommages grâce à une facilité financière appropriée et plus d’argent engagé il- elle ».

Une femme en robe rouge tient une petite fille dans une étreinte.  Ils se sourient.

Ursula Rakova et sa petite-fille.
image: Fourni / Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande

les détails Il s’entretient également avec le directeur de Caritas Fidji, Serino Rakabe, qui vient de visiter trois villages de l’île de Vanua Levu qui a été déchirée par l’élévation du niveau de la mer, mais de manière différente. Il dit que les expériences de ces résidents soulignent la nécessité d’impliquer les populations locales dans les décisions.

READ  RETOUR DANS LE SWING : Il faut tout un village pour rouvrir le Hastings Café and Golf Club

« Avant toute décision concernant la relocalisation de personnes ou l’arrivée d’autres personnes de l’étranger, une consultation appropriée doit être faite avec le consentement de la population, en particulier les personnes qui vivent sur ces terres depuis des années et doivent ensuite être relocalisées en raison de un arrangement gouvernemental.

Apprenez à écouter et à vous abonner les détails par ici.

Vous pouvez également rester à jour en nous aimant Facebook ou suivez-nous Twitter.


image:

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer