entertainment

Revue « French Dispatch » : Wes Anderson imite la France

« Ce n’était pas la France », m’a dit un jour un ami français, avec un ton rapide de mépris renouvelé qui, par contraste marqué, était l’essence même de la France elle-même. “Ils ont fait un grand show d’être français et ils se spécialisent là-dedans, mais tout ce que les gens qui y vont savent. C’est comme Disneyland Paris avec de meilleurs vêtements.” Il fronça le nez pour souligner son dégoût, avant de porter le coup le plus mortel. “Même une rose est mauvaise. N’importe quel Français vous le dira.”

Je ne dis pas que mon ami a raison. Cannes est peut-être la France ou non, mais je suis toujours heureux d’être là malgré tout, et le rose – tant que vous restez loin de tout ce qui est plus rose qu’un mauvais coup de soleil – a bon goût pour moi.

Mais je n’ai pensé que quelques minutes à son petit sermon dans “The French Dispatch”, la (très) nouvelle diversion tant attendue. De Wes Anderson, qui a fait sa première en compétition à Cannes ce soir, un peu après la mi-festival. (Initialement prévu pour une sortie l’été dernier de Searchlight, le film sortira désormais dans les salles américaines en octobre.)

Comme vous pouvez le voir dans le titre, c’est un film sur la France pour des spectateurs pas trop attachés aux standards originaux du français, et donc – c’est du moins ce que dit mon ami – le film parfait pour le creuset côtier tempéré du festival. Situé dans la ville française fictive (attendez-le) d’Ennui-sur-Blasé, peuplée principalement de visages hollywoodiens anglophones, tous habillés selon les principes typiquement américains d’Anderson – peut-être ornés d’un chapeau ici et là – c’est un fantasme d’élégance chère, d’étrangeté et oh- Non-Non à faire sonner “Amélie” comme “La Heine”.

READ  JoeyStarr attaque sévèrement Jean Castex et ça fait très mal

Rien de tout cela en soi n’est un problème. Comme avec la contrefaçon européenne “Grand Hotel Budapest” ou, plus discutablement, la fantaisie japonaise miniature de son dernier long métrage, “Island of Dogs”, Anderson se spécialise pratiquement dans la contrefaçon entraînante et inspirée de la pie. Et ce n’est rien si ce n’est le bon genre de film pour la programmation de mi-festival, quand ceux d’entre nous qui regardaient jusqu’à une demi-douzaine de films par jour avec un sommeil limité et un régime de vin et de pâtisseries commencent à être un peu irrités . Entouré de propositions plus chargées et stimulantes comme le fantasme épidémique tourbillonnant du réalisateur russe Kirill Serebrenkov “Petrov’s Flu” ou le film doucement adapté de Ryusuke Hamaguchi “Drive My Car”, un nettoyant pour le palais relativement court comme The French Dispatch tombe très facilement.

Les acteurs et l’équipe de “The French Dispatch” sont arrivés au 74e Festival de Cannes, où le film a fait sa première mondiale un an après l’annulation du festival en raison de COVID-19.

(Valérie Hach/AFP via Getty Images)

Cependant, avec le trio de graphismes ornés de petits jouets de câpres d’Anderson devant moi, je me suis retrouvé à souhaiter avoir plus de plaisir. Les fans du réalisateur trouveront tous les plaisirs superficiels habituels de son travail parfaitement en place : une conception de production pure et entrelacée préservée dans la symétrie cristalline de ses compositions, une liste A-plus-list d’acteurs comiques, freestyle et un jazz exaltant pièce pour piano (composée par le français Alexandre Desplats) Qui creuse instantanément et obstinément un espace dans votre cerveau.

Mais j’ai souri plus que j’ai ri, et si je suis honnête, j’ai soupiré plus que j’ai souri. Dans les meilleurs films d’Anderson, parmi lesquels “The Grand Budapest Hotel” et “The Royal Tenenbaums”, des enjeux humains concrets donnent du poids à tous ces rebondissements formels très contrôlés ; Dans sa chanson la plus jetable, “Is That All There Is?” de The Destructive Strains of Peggy Lee s’est glissé dans l’esprit.

Tout aussi familier que ce soit dans la conception et les détails, “The French Dispatch” est quelque chose de nouveau pour le réalisateur de 52 ans, déployant la même structure d’anthologie volante que les frères Coen ont récemment tenté de faire changer d’effet dans “The Ballad of Buster Scruggs.” Apparemment, cela devrait convenir à Anderson, un cinéaste qui a toujours été moins un conteur qu’un concepteur exceptionnel de mondes d’histoires. Ici, il peut voler à son rythme dispersé parmi des vignettes soignées. Le titre est un journal d’expatriés basé aux États-Unis et basé à Ennui-sur-Blasé, supervisé (bien sûr) par un Bill Murray bégayé ; La rencontre des longs métrages d’ouverture aboutit aux trois longues histoires qui donnent au film son aspect titulaire.

Qu’ils soient tous à des degrés divers de folie et/ou de misère est la plaisanterie, bien qu’il ne soit pas toujours facile de distinguer cette absurdité fortement soulignée du caprice ordinaire de Wesworld. Dans le premier et le plus hilarant de tous, un artiste emprisonné en haillons (Benicio del Toro) met un groupe bourgeois de conservateurs et de collectionneurs (y compris, chose intéressante, la Tilda Swinton aux cheveux bouffants, dans la voix de Barbara Walters) sur une scène sauvage oie traquant un nouveau lot de ses œuvres présumées. Le troisième, Shaggy, retrace les aventures journalistiques d’un écrivain noir gay et adorable (interprété par Jeffrey Wright avec un certain mystère) dans la lignée de James Baldwin – moins tout pouvoir politique de Baldwin et Vinegar.

Nous nous sommes déjà réchauffés à cette approche neutre et ordonnée avec le chapitre deux, qui sert la réimagination entièrement dépolitisée d’Anderson des manifestations étudiantes de mai 68, dans laquelle l’extravagant activiste Timothée Chalamet embrasse les idéaux utopiques à travers le mois de mai formateur – (1) – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – Affaire de décembre avec la journaliste caustique Frances McDormand . Le jumelage d’étoiles divertit. En dessous, la douce réécriture d’Anderson de l’histoire pionnière de la France, dans laquelle le slogan de la Révolution est rendu par “Les enfants son grognons” – traduit par “Les enfants sont en colère”.

Eh bien, peut-être moi aussi. Personne ne se tourne vers Wes Anderson, après tout, pour une quelconque déclaration substantielle sur l’identité ou l’histoire. Tant que “The French Dispatch” est magnifiquement affiché à l’écran, c’est son monde et nous y vivons. (Ou en y regardant du moins : Dieu sait où l’on peut s’installer sans gâcher le décor.) Cependant, pour arriver à Cannes, festival connu pour la tourmente sociale et culturelle de 1968, avec un film doux et vivant cela réduit ces événements à une vague introduction Pour de très jolis vêtements – eh bien, il faut de l’amertume. Pas beaucoup de Gaule. Cannes n’était peut-être pas la France après tout.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer