entertainment

Revue de navet de Noël sur Netflix

PERDU DANS L’ESPOIR

Il fut un temps où George Clooney, acteur et réalisateur, rimait avec l’esprit dérangé de Charlie Kaufman pour Confessions d’un homme dangereux et le noir et blanc chic de Bonne nuit et bonne chance. Après deux courtes décennies qui semblent être des siècles, il explore toujours la faille où sa carrière de cinéaste s’est poursuivie, mais cette fois sur Netflix. Avec 100 millions de dollars pour adapter le livre Bonjour, minuit par Lily Brooks-Dalton, et la fenêtre de Noël à gagner grâce à la page d’accueil du géant de la SVoD, Clooney est de retour, pour ce qui devrait être l’un des pics de nullité de sa carrière aux côtés de Batman et Robin. Parce que le packaging est plus chic, mais le résultat est tout aussi bon marché.

Dans Minuit dans l’univers, la fin du monde est là, pour les personnages et probablement pour les spectateurs. La Terre se porte mal à cause de l’air toxique qui ronge lentement la surface, et un vieux scientifique barbu et mourant décide de rester à sa station arctique, car il est très seul et très désespéré. Sauf qu’il se retrouvera avec une petite fille sur les bras, et les enfants sont l’avenir de l’humanité bien sûr. Dans l’espace, l’Æther navire est de retour, avec la bonne nouvelle d’une planète capable d’accueillir notre espèce. Sauf que personne ne sait qu’il est trop tard, et qu’ils feraient mieux de revenir tout de suite.

Dans Minuit dans l’univers, il y a l’action et les émotions, la neige et les combinaisons spatiales, les morts et les sacrifices, les surprises et le spectacle. Tout semble avoir été mis en place par un mauvais algorithme, bien que quoi Minuit dans l’univers se termine par un cocktail cata, qui emprunte le pire du film catastrophe, du film spatial, du film d’aventure et du mélodrame du dimanche. Ou l’histoire de Noël que nous méritons, pour mettre fin à cette sale année de désespoir.

READ  Week-end : une série courte surprend avec de fortes cotes d'écoute

Arctic Monkeys

TEUBÉ NE MEURT JAMAIS

Premier problème: presque rien ne se passe dans Minuit dans l’univers. D’une part, le vieil homme passe du point A au point B, involontairement accompagné d’un enfant, en territoire hostile. De l’autre, l’équipage revient sur Terre, et prend soin. Les enjeux et les conflits sont si maigres que le scénario comblera alors le vide, avec des aventures tour à tour ridicules, anodines ou artificielles.

Sur Terre, il y a une scène de panique et de fuite sur la glace, si mal montée et filmée qu’elle semble manquer de pièces, et qui alterne entre invraisemblance et absurdité. Dans l’espace, il y a une scène de sortie de combinaison inévitable, qui abuse des idées les plus banales du monde dans le genre, en plus de quelques absurdités et d’une parenthèse chantée insupportable. N’est pas La gravité et Mission sur Mars veut.

Presque rien ne rentre Minuit dans l’univers et donc le radar des conneries est allumé. Augustine meurt presque pour sauver un sac qui n’a finalement aucun impact sur l’avenir, la trousse de premiers soins à bord du navire est placée dans un endroit éloigné sans raison (à part la souche), et la grossesse de Sully est plus que discutable. autre chose (Felicity Jones était enceinte et George Clooney a décidé de l’intégrer au scénario, car pourquoi pas).

Photo Felicity JonesMission à Blabla

Pour empirer les choses, Minuit dans l’univers est un vide total en termes de direction artistique. Sur Terre, c’est un petit échec avec la neige et les autres fonds verts, qui ne donnent jamais l’impression d’errer dans un désert blanc en période d’apocalypse. A part trois loups et une épave d’avion, il n’y a rien. Côté éther, c’est pire puisque tout le design du navire est une collection condensée de clichés insensés, pensés pour le simple plaisir des yeux – du moins les yeux bercés par les courbes du mobilier Ikea.

READ  La liste des anniversaires populaires du 30 juillet 2021 comprend les célébrités Laurence Fishburne et Arnold Schwarzenegger

Inutile de chercher la vraie signification des échelles lumineuses, des grands espaces ou des motifs arty sur les murs: l’esthétique bas de gamme a prévalu sur le reste, même si cela signifie donner l’impression d’être dans un loft-bunker. L’extérieur de l’Aether n’est pas beaucoup mieux et le rendu des effets spéciaux ressemble à un gros jouet virtuel.

Autre échec: la musique d’Alexandre Desplat. Entre de petites touches ordinaires pour un film SF (le sous-type sonneStar Trek sur les plans extérieurs du navire) et des vols sensationnels banals (la mission a mal tourné), la musique est symptomatique de ce film sans aucune personnalité.

Photo George ClooneyGeorge Clowney

MI-NIAIS DANS L’UNIVERS

Mais le pire est encore à venir. Grâce à une fabuleuse double torsion, Minuit dans l’univers passe du mauvais film tiède au gros navet dégoulinant et grotesque. Censée donner tout son sens à l’aventure et aux personnages, cette conclusion prend l’apparence d’une vaste blague, digne d’un épisode de Dallas dans l’espace.

Le problème n’est même pas que ces rebondissements étaient plus ou moins évidents ou qu’ils soulèvent de sérieuses questions sur le point de vue dans certaines scènes, après coup. Le problème est qu’ils transforment la suspension de l’incrédulité (ce beau concept qui aide à croire tout et n’importe quoi dans la fiction) en pacte de sottise absurde. Le film rêve évidemment de tirer quelques larmes, mais il n’y a que des rires teintés d’exaspération à cette fin.

Photo Kyle ChandlerDemain à la lune (de Jupiter)

Cette conclusion grotesque met en perspective le vide interstellaire de Minuit dans l’univers, un film qui semble avoir été entièrement pensé sur la théorie et les symboles. Comme c’est une histoire d’espoir, sur la lumière intérieure de l’être humain même face au désespoir le plus total, tout sera sacrifié dans ce sens. La cohérence des personnages, des actions, des enjeux, de la narration. Mais comme aucun personnage n’a droit à une dimension ou à une motivation personnelle (à l’exception de celle de George Clooney, fortement attiré par les flashbacks), le film entre dans le mur. Car ce n’est pas en abusant de la carte des souvenirs virtuels, pour montrer telle ou telle chose au petit déjeuner en famille, ou telle ou telle chose avec son chat adoré, que naissent l’émotion et l’attachement.

READ  Comment Wes Anderson a transformé le New Yorker en "The French Dispatch"

Minuit dans l’univers puis se retrouve seul dans l’univers, réduit à une blague cosmique de 100 millions, moins touchante qu’un bon téléfilm Disney sur M6. Mieux vaut revoir À la poursuite de demain, avec déjà George Clooney et un gamin face à l’apocalypse. C’était une véritable ode à l’espoir, magique et sensationnelle, qui ne faisait pas naître l’espoir dans les films hollywoodiens.

Midnight in the Universe est disponible sur Netflix depuis le 23 décembre 2020 sur Netflix

Affiche française

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer