entertainment

Revue de Kitchen Brigade : Ressentir le plaisir français avec une conscience

Heureusement, le chaos en spirale et le titre brutal des émissions de téléréalité comme « Top Chef » et « Kitchen Nightmares » n’ont pas leur place dans le « brigade de cuisine« , qui voit un chef doué former des amateurs passionnés à des connaisseurs tranquilles, nécessitant de couper des poireaux et, juste à temps, une dose de douceur. L’enjeu est également plus élevé chez le réalisateur. Louis Julien PetitDrame social amical : ces jeunes apprentis ne perfectionnent pas leurs compétences simplement pour rester compétitifs, mais pour rester dans le pays, car ils sont menacés d’expulsion s’ils ne peuvent pas acquérir les compétences nécessaires. Les rigueurs du système d’immigration français frappent une fois de plus le cœur plein d’espoir de Betty – une affaire plutôt agréable au goût qui ne peut pas complètement éviter les clichés d’un sauveur blanc dans une trajectoire finale précipitée.

Les trois films précédents de Petit – « Un adversaire », « L’invisible » et « Carole Mathieu » – avec Isabelle Adjani – ont prouvé ses références en tant que producteur de divertissement socialement responsable, traitant les thèmes des droits des travailleurs et des revendications sociales avec une touche légère et accessible. . Passant au thème général de la crise des immigrés européens, « Kitchen Brigade » poursuit le moule de ces films, attirant les téléspectateurs avec une comédie fade avant de les frapper avec des sujets plus lourds – bien que la satire prospère sur la télé-réalité tout au long de la onzième heure. masqué. Le film sera projeté simultanément dans les salles et à la demande aux États-Unis cette semaine, et il devrait être facile d’accueillir des fans cultes comme « The Intouchables » – sa star, François Closet, est une présence de soutien ici.

READ  Alex Raeva habillé pour Dancing Stars

À l’avant, cependant, il y a la présence énergique et quelque peu salée de l’acteur à l’écran. Audrey Lamy (Il est aussi la star des « Invisibles » de Petit) qui donne à « Kitchen Brigade » une touche bienvenue. Elle incarne Kathy Marie, la maestro brillante mais intraitable qui en a assez de travailler en tant que célèbre chef Lena (Chloe Astor), qui est également la présentatrice d’une star semblable à Gordon Ramsay dans un concours de cuisine télévisé. Quand ils verrouillent les cornes sur le piquant du plat de betterave signature de Cathy Marie – dans peut-être la querelle gauloise la plus épique jamais organisée, l’un préfère le balsamique tandis que l’autre insiste sur l’hibiscus – le sperme chaud s’arrête, seulement pour trouver les wagons de cuisine équivalents languissants sur le étage.

L’offre d’emploi provient d’un « restaurant de charme » autoproclamé, qui s’avère plutôt être la cantine miteuse d’une auberge d’immigrants supervisée par l’humain blasé Lorenzo (Closet). Consternée, Kathie Marie démissionne et se met au travail, sélectionnant les raviolis collants préférés de la population à prédominance africaine et sud-asiatique de l’établissement, avant d’élaborer un menu plus ambitieux qui ne peut être réalisé qu’avec un peu d’aide en cuisine – où ces jeunes non -les immigrants arrivent. Qualifiés mais aventureux, beaucoup d’entre eux apportent leurs propres traditions culinaires à la table. Il ne faut pas longtemps avant que l’arrogance fragile de Kathy ne se fonde dans un esprit plus chaleureux de coopération et de préoccupation pour ces jeunes hommes vulnérables, et elle conçoit un plan à enjeux élevés pour assurer leur avenir.

READ  Quand la saison 6 d'Outlander sortira-t-elle sur Netflix ?

Il s’agit principalement de choses animées et humoristiques, renforcées par des contributions littérales engageantes mais discrètes : DP David Chambille ne brille sagement pas trop dans l’objectif pornographique, bien qu’il y ait un repas principal – l’énorme rôti d’agneau qui a défilé dans la salle à manger, conduit en fumant des brins de romarin – il se précipite pratiquement hors de l’écran.

Joués par une jeune troupe brillante, les protégés bruyants de Kathy Marie gagnent uniformément – ​​peut-être un peu trop unifiés, car le scénario de Beatty (co-écrit avec Lisa Benguigi, Sophie Bensaddon et Thomas Pujol) peint leurs personnages avec une brièveté sommaire. Leurs histoires collectives sont traitées dans un montage déchirant, tandis que le protagoniste français a plus de rides et de luttes intérieures avec lesquelles travailler. C’est un faux pas courant dans les films de ce type bien intentionnés mais principalement orientés vers l’Occident, bien que la finale étonnamment livrée le rende en partie aux enfants, le chef cuisinier se retirant délibérément à l’arrière-plan tandis que ses dessins animés attirent l’attention.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer