Top News

Remontées mécaniques plus lentes, moins de neige artificielle : les stations françaises font face à la crise énergétique | France

Les gestionnaires de stations de ski des Alpes françaises s’efforcent de trouver des moyens d’économiser l’énergie dans le cadre d’un effort national de réduction de la consommation, environ la moitié des stations se préparant également à des factures énergétiques trois à six fois plus élevées que les années précédentes.

A Chamonix, près de la Suisse, s’il n’y a pas foule, l’ascenseur sera 10% plus lent. Et si la station reçoit une alerte indiquant que l’alimentation électrique ne peut pas répondre à la demande, Chamonix ralentira les ascenseurs de 30 %.

Un certain nombre de stations de ski, dont Chamonix et Val Thorens, se sont également engagées à réduire la production de neige artificielle et à réduire le chauffage intérieur, ont déclaré des responsables.

A Val Thorens, le personnel de maintenance et de restauration disposera d’un délai d’environ 10 minutes – au lieu d’une heure – pour être conduit sur son lieu de travail avant l’ouverture des pistes.

Ces mesures « seront invisibles et indolores pour nos clients. L’objectif est de s’assurer que nos clients ne ressentent pas l’impact de la coupure de courant », a déclaré Benjamin Blanc, responsable des 3 Vallées, dont fait partie Val Thorens.

La moitié des stations de ski françaises ont dû renégocier leurs contrats d’électricité à long terme cette année dans un contexte d’inflation record, a déclaré Alexandre Moulin, qui dirige la Fédération des stations de ski en France, et s’attendait à une facture annuelle qui pourrait être multipliée par trois à six en 2023. .

Par exemple, la facture énergétique des stations de ski gérées par Maulin dans le domaine des Sybelles, en Savoie, devrait atteindre 1,6 M€ l’an prochain, contre 400 000 € en 2020.

READ  Laeticia Hallyday a-t-elle évincé l'ex de Jenifer et le parrain de sa fille? Elle répond !

Il a ajouté que les prix des billets plus élevés augmenteront d’environ 5% mais ne couvriront pas tous les coûts d’exploitation plus élevés.

Val Thorens a réussi à obtenir un contrat avec EDF avant la crise de l’énergie pour la majeure partie de 2023. Mais maintenant, il doit trouver une solution pour la prochaine saison de ski.

« Nous sommes des montagnards », a déclaré Jérôme Grillet, président du Cetam, l’exploitant des remontées mécaniques de Val Thorens. « Notre devise, c’est qu’on sort toujours des situations difficiles, et ce sera encore le cas cette fois, car on s’adaptera. »

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer