World

Que ferons-nous des réfugiés climatiques ?

Gwen Dyer est une journaliste canadienne basée au Royaume-Uni et une commentatrice chevronnée des affaires internationales.

Opinion: Tu attends le bus, puis trois arrivent d’un coup.

Les livres sont quelque peu similaires, bien que dans ce cas il ne s’agisse que de quelques-uns, qui traitent tous deux de la question de savoir quoi faire de tous les « réfugiés climatiques ». (L’Organisation internationale des Nations Unies pour les migrations estime que 1,5 milliard de personnes pourraient être contraintes de déménager au cours des 30 prochaines années seulement.)

Tout d’abord, Jaya Vince, une journaliste environnementale britannique qui a interviewé un grand nombre de climatologues. Son livre, « Nomad Century : How Migration Will Reshaate Our World », a certainement capturé le principal problème politique dans un monde qui se réchauffe rapidement : certaines personnes seront plus touchées que d’autres.

Il s’agit principalement de la distance à l’équateur.

Lire la suite:
* Avertissement à la Nouvelle-Zélande d’un important rapport sur le climat : « La porte se ferme maintenant »
* Si tropical – pourquoi il ne faudrait pas grand-chose pour rendre les îles du Pacifique inconfortablement chaudes
* Escape or Live – Questions de première ligne sur le changement climatique

Les pays des régions tropicales et subtropicales connaîtront des températures insupportables, accompagnées de tempêtes brutales, de sécheresses et d’inondations, bien avant le milieu du siècle, tandis que ceux des latitudes tempérées subiront des inconvénients et des désagréments mais beaucoup moins de dommages réels.

En particulier, ils auraient encore un approvisionnement alimentaire suffisant, tandis que ceux proches de l’équateur verraient leur agriculture s’effondrer.

READ  Éclosion de Delta COVID-19 : le frère de Walid Ali Al-Jarrah lance un appel désespéré

C’est ce qui déclenchera le mouvement des réfugiés par millions – et 70% de la population mondiale vit dans ces zones vulnérables. Les seuls endroits où ils peuvent aller en quête de sécurité sont les pays les plus riches de l’extrême nord ou de l’extrême sud.

Les réfugiés se sentiront également dignes de s’installer dans ces pays privilégiés, puisque les pays riches et industrialisés sont responsables de la grande majorité des émissions de « gaz à effet de serre » (dioxyde de carbone, méthane, etc.) qui ont causé le réchauffement.

Il est scandaleusement injuste d’abattre les auteurs à la légère alors que des innocents sont détruits – et les innocents le savent.

Le mouvement massif de réfugiés climatiques des pays chauds pauvres vers les pays riches et modérés est la dynamite politique qui peut détruire la coopération mondiale pour endiguer les émissions et le réchauffement. Tous ceux qui étaient attentifs le savent, mais Gaia Vince a une proposition à traiter.

Le village de Fairbourne à Gwynedd, au Pays de Galles, risque de devenir la première source de réfugiés climatiques au Royaume-Uni, car les autorités estiment que les efforts de protection contre les inondations seront insoutenables et inefficaces d'ici 2054.

Kirsty Wigglesworth/AFP

Le village de Fairbourne à Gwynedd, au Pays de Galles, risque de devenir la première source de réfugiés climatiques au Royaume-Uni, car les autorités estiment que les efforts de protection contre les inondations seront insoutenables et inefficaces d’ici 2054.

Ce qu’il faut, dit-elle, c’est « une migration planifiée et délibérée du genre que l’humanité n’a jamais faite auparavant », alors que plusieurs milliards de réfugiés des régions les plus touchées sont réinstallés dans les régions les plus riches et les plus froides du monde.

Après tout, la plupart de ces derniers pays ont un faible taux de natalité et ils auront besoin de quelqu’un pour s’occuper d’eux lorsqu’ils seront grands.

Ensuite, nous avons le nouveau livre de James Crawford, The Plains Edge : How Frontiers Make and Shatter Our World. Il voit le même problème d’immigration de masse, et propose une solution plus radicale : l’abolition des frontières.

Loin des règles strictes du système westphalien, où chaque pays jouit d’une souveraineté absolue à l’intérieur de frontières fixes.

Crawford aime tout ce qui sape ou dissout ces frontières strictes, comme la « nation » Sabmi réunissant les laboratoires en Russie, en Finlande, en Suède et en Norvège, ou la « mobilité climatique » prônée par Simon Covey, le ministre des Affaires étrangères de Tuvalu.

Le ministre des Affaires étrangères de Tuvalu, Simon Coffey, s'est adressé au stand de l'océan COP26 pour montrer comment sa nation insulaire du Pacifique est en première ligne face au changement climatique.  L'endroit où le ministre a prononcé son discours était un terrain sec jusqu'à ce qu'il soit anéanti par l'érosion côtière.

Ministère des affaires étrangères de Tuvalu

Le ministre des Affaires étrangères de Tuvalu, Simon Coffey, s’est adressé au stand de l’océan COP26 pour montrer comment sa nation insulaire du Pacifique est en première ligne face au changement climatique. L’endroit où le ministre a prononcé son discours était un terrain sec jusqu’à ce qu’il soit anéanti par l’érosion côtière.

La petite nation insulaire de Kofi sera la première à disparaître avec l’élévation du niveau de la mer, mais elle souhaite que sa souveraineté perdure même si tous ses citoyens doivent vivre ailleurs.

La souveraineté des pays donnant des maisons à Tuvalu et aux réfugiés d’une centaine d’autres pays restera également, mais elle est partagée avec de nombreux dominions pour les nouveaux arrivants.

Vince et Crawford sont des personnes dévouées et intelligentes qui font face à un véritable problème existentiel : comment pouvons-nous coopérer pour surmonter la crise climatique lorsque la douleur et le blâme sont partagés de manière inégale ?

Vince écrit qu’il faut « abandonner certaines de nos identités tribales et adopter une identité de genre inclusive », mais les deux auteurs doivent savoir que ce qu’ils suggèrent est irréaliste et peu probable.

Certaines parties de cette transition sont déjà en marche, mais il est difficile de croire qu’elle pourrait remplacer les loyautés traditionnelles dans les 30 à 50 prochaines années, ce qui est le bon laps de temps.

Il y a aussi un défaitisme caché ici. Les deux auteurs supposent que le chauffage sera important et durera suffisamment longtemps pour obliger les réfugiés à se reloger.

Cela a effectivement radié une grande partie de la planète comme habitation humaine au moins pendant longtemps, sinon pour toujours.

Vince est bien conscient de toutes les solutions techniques partielles à la crise climatique qui sont discutées ou étudiées. Et il n’ignore pas la « géo-ingénierie » hors de contrôle, mais il ne voit pas non plus son véritable potentiel.

L’abaissement artificiel de la température, s’il est possible de le faire fonctionner en toute sécurité, est un correctif conçu pour gagner du temps pour réduire nos émissions sans catastrophe, et non une solution permanente au problème.

Mais la plus grande catastrophe évitable est la crise climatique des réfugiés : si le chauffage s’arrête non loin de là où il se trouve, les réfugiés ne commenceront jamais à se déplacer.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer