Top News

Pourquoi les maires de France se font soudainement de nouveaux amis

Tous les cinq ans, les 35 000 maires de villages et de villes de France sont exposés à des lettres amicales et à des appels téléphoniques d’inconnus cherchant désespérément leur aide. « N’arrêtez jamais », a été la réaction lasse du week-end de Laboratoire Henri, Maire d’Erquy en Bretagne.

Quelle est la raison de ce besoin périodique ? L’exigence que les candidats à l’élection présidentielle française obtiennent les signatures d’au moins 500 parrains. Et les parrains ne peuvent pas être n’importe qui : parmi les 47 000 éligibles figurent des sénateurs, des membres de l’Assemblée nationale, des membres des conseils régionaux dont des membres de territoires comme les îles du Pacifique de Wallis et Futuna – et bien sûr des maires élus, qui sont les cibles d’outsiders politiques car ils ne sont souvent pas affiliés à un parti politique et représentent la plupart des sponsors disponibles.

Alors que les prochaines élections d’avril se profilent et que le soutien des sponsors est nécessaire d’ici le 4 mars, certains candidats hurlent déjà alors qu’ils cherchent à remplacer Emmanuel Macron à l’Elysée.

Eric Zemmour, le polémiste d’extrême droite qui a critiqué les islamistes et les immigrés, a peu de soutiens assurés aux élections car sa Reconquête ! (Reconquête !) Fondée il y a seulement six semaines. Il a qualifié le système de « scandale démocratique » car il craint qu’il n’atteigne pas le seuil.

Jean-Luc Mélenchon, candidat d’extrême gauche, et Marine Le Pen d’extrême droite sont également concernés, même s’ils ont obtenu les signatures dont ils avaient besoin lors de précédentes campagnes infructueuses.

Les maires eux-mêmes sont divisés sur les mérites du système, qui remonte à la première élection présidentielle directe de la Ve République en 1965. Raphael Cognet Les détracteurs de la droite républicaine, qui jusqu’à ce mois était maire de Mantes-la-Jolie au nord-ouest de Paris, disent que les critiques protestent souvent contre un système qui fait déjà son travail de filtrage des petits candidats.

READ  Vos différentes options si vous avez précommandé la console chez Micromania

« Chaque élection présidentielle est la même vieille châtaigne, où les jeunes candidats disent qu’ils ne peuvent pas obtenir suffisamment de signatures », dit-il. Mais il ajoute : « C’est la France et nous aimons toujours être pris dans ces choses. »

Cogne et d’autres supporters Se soucier Le système dit qu’il n’empêche pas la France de présenter un grand nombre de candidats à la présidentielle – pas moins de 11 lors des dernières élections de 2017.

« Dans quel autre pays auriez-vous vu trois candidats trotskystes, deux candidats d’extrême droite et deux candidats écologistes faire campagne en parallèle, comme en France en 2002 ? » a demandé Jean-Jacques Urvois, ancien ministre de la Justice, dans un colonne Dans Le Monde la semaine dernière.

Le système est également habilement conçu pour garantir que chaque candidat reçoive un soutien national et pas seulement un soutien local, en exigeant des parrains d’au moins 30 départements Avec pas plus de 50 personnes.

Cependant, il présente des inconvénients. Jean-Marc Pujol, l’ancien maire de Perpignan dans le sud-ouest, affirme que parce que les noms des parrains sont publiés, les maires subissent des pressions politiques et peuvent être réticents à s’inscrire pour des candidats controversés, même s’il y a un avantage à le faire. pour un équilibre démocratique.

Lappé, qui a été élu dans Erki sans billet de parti, est d’accord, disant qu’il recule devant les soins de peur de causer des troubles à la mairie et à la communauté.

Zemour grogne qu’un candidat comme Anne Hidalgo La maire de Paris socialiste a garanti des milliers de signatures parce que son parti est bien représenté dans les gouvernements locaux à travers la France – même si elle n’a recueilli qu’environ 4 % de soutien au cours des dernières Sondagesun quart de son soutien.

READ  Apple arrête de fournir des EarPods aux iPhones vendus en France

Mais pour Zemmour, l’aide peut provenir d’une source inattendue – sa rivale Valérie Pecres et son parti de gauche à droite. Sur la base du sondage actuel, Pecres a besoin de Zemmour pour rester dans la course et diviser le vote d’extrême droite avec Le Pen pour lui donner une bonne chance d’accéder au deuxième tour du second tour contre Macron.

Pas étonnant, alors, que Pecres et ses partisans exhortent publiquement les maires LR à donner leur signature à d’autres candidats comme Zemmour sans crainte de représailles. De manière perverse, ce système français particulier semble fonctionner à nouveau comme prévu.

[email protected]

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer