World

Pourquoi l’employeur est-il intéressé à décoloniser Ikora/Période

Lorsque la co-fondatrice d’AWWA, Michelle Wilson, a eu une pause inattendue pendant ses vacances à Rarotonga en 2018, elle a eu une nouvelle idée commerciale.

Elle ne voulait pas ajouter de déchets sur l’île en achetant des serviettes et des tampons, alors l’idée est née de parrainer la période AWWA, une entreprise appartenant à des Maoris qui fabrique des sous-vêtements réutilisables.

Mais Michelle était déjà inspirée pour innover avant ce voyage à Rarotonga.

Après la naissance de la première fille de Michelle, Eva, elle dit avoir en fait développé une dépression post-partum.

Elle a mis du temps à se retrouver et a commencé à fabriquer le baume de Kawakawa – non pas pour le vendre, mais pour le donner à qui le voulait.

Elle dit que la fabrication de ce baume Kawakawa l’a aidée à guérir sa dépression post-partum et l’a également amenée à envisager de créer le tubuna.

« J’ai réalisé que la communauté et les Wayne avaient beaucoup à apprendre sur l’innovation du poisson tubuna », dit-elle.

« JE [also] J’ai décidé que j’allais prendre un peu de temps et que mon corps traverserait la période d’Icora », a-t-elle déclaré.

À l’époque, il n’y avait qu’une seule entreprise vendant des sous-vêtements réutilisables et c’était aux États-Unis.

C’était environ 50 $ pour l’expédition seule, dit Michelle, et elle dit que ce n’était pas abordable pour notre vin.

Pourquoi l’AWWA est-elle différente ?

Michelle préconise de prendre du temps pour soi lorsque vous avez un ikura/règle ou que votre niveau d’énergie est faible.

Les employés d’AWWA sont encouragés à faire de même.

READ  Ashes: Cummins fait part de ses inquiétudes pour l'Angleterre alors que l'Australie domine la première journée du troisième test

Michelle dit que sa collègue, Lena, a eu une migraine lorsqu’elle a commencé Icura.

Il ne sert à rien que Lena souffre de migraines. Pour moi, pour l’AWWA, je sais que si elle se repose, elle est probablement trois fois plus productive en sachant qu’elle a pu prendre un jour de congé », déclare Michelle.

Michelle a une réponse automatique aux e-mails professionnels pendant qu’elle a Ikora.

Elle dit: « Kia ora, j’ai un ikora / période et j’équilibre Mahi avec confort. Je peux prendre quelques jours pour répondre à votre e-mail. « 

Leurs employés sont payés lorsqu’ils prennent des congés, mais lorsque leur niveau d’énergie revient à la normale, un effort de 100 % est attendu.

Comment Michelle adopte les valeurs autochtones

La fille de Michelle, Eva, a maintenant 11 ans et a des signes de l’arrivée d’Ikora.

Elle prépare Eva pour Ikura en lui donnant un taunga.

Michelle dit qu’elle a choisi ce Taonga il y a quatre ans et qu’elle a toujours su qu’elle le donnerait à Eva dès qu’elle l’aurait eu.

Mais Eva souffre du syndrome prémenstruel (SPM) et a besoin de soutien maintenant. Alors Michelle lui a donné le Tonga plus tôt.

Elle a un karakia spécialement pour Eva qu’elle peut utiliser une fois qu’elle commence à saigner.

Elle a également choisi un nom pour un tupuna qui constituera la moitié de son deuxième prénom.

Et Eva reçoit une teinture, également connue sous le nom de calebasse, pour laver sa première paire de sous-vêtements AWWA. Autrefois, la teinture servait à conserver l’eau et à conserver les aliments.

« J’ai vraiment aimé le faire parce que c’est un peu comme si elle savait que cette chose arrivait et chaque fois qu’elle en avait envie [PMS] Symptômes ou quoi que ce soit, elle peut conserver sa belle énergie », dit Michelle.

READ  Pourquoi la Nouvelle-Zélande est dans la ligne de mire des difficultés économiques de la Chine et des restrictions COVID en cours

Pourquoi « ikora » plutôt que « mate »

Le mot maori maori se traduit par la mort ou la maladie.

Michelle dit que c’est un mot donné aux Maoris par son pākeha pour indiquer que vous avez vos règles. À l’époque, les cycles étaient considérés comme une maladie ou une faiblesse.

« Je ne considère pas mon Ikura comme une faiblesse mais comme une force, donc je ne veux pas l’appeler mon âme sœur.

« Je veux l’appeler comme mes grands-parents l’appelaient, qui étaient beaucoup de choses différentes, comme Ikura [or] wā quoi.

« Si je veux que mon whakaaro consiste à se sentir autonome, à se sentir tabou et à prendre l’autonomie de mon corps pendant cette période, il est logique de lui donner un nom en plus », dit-elle.

Application de suivi des règles pour tout le monde

Michele lance également une nouvelle application appelée Ehoa, qui est une plate-forme pour suivre votre cycle menstruel ainsi que vos niveaux d’énergie. Tout le monde peut y accéder et pas spécifiquement pour les personnes ayant leurs règles.

Ehoa vise à aider les gens à être présents et à façonner la productivité grâce au maramataka, le système de calendrier lunaire maori.

Ehoa guide son utilisateur pour suivre son niveau d’énergie et/ou son cycle menstruel avec le maramataka afin d’améliorer son bien-être général et de développer son potentiel en s’observant et en observant l’environnement qui l’entoure.

Michelle dit que sa mission pour Ehoa est de faire progresser les connaissances indigènes dans un monde façonné par l’Occident et de remodeler l’idée que le bien-être de l’environnement est moins important que l’avancement de l’humanité.

READ  Drapeaux russes le long de la rue Tsarigradsko à Sofia, le maire a ordonné leur retrait

Elle veut aussi changer l’histoire de la vie en travail.

« Je veux aider les utilisateurs de Wine à comprendre que 24h/24 et 7j/7 n’est pas la seule voie vers le succès. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer