Tech

« Plus respectueux de l’environnement » : comment construire avec une imprimante 3D – Monde

T Le Royaume-Uni comprendra un centre informatique. Le bâtiment a été construit dans la ville allemande de Heidelberg, sur le site de l’ancien quartier général des forces armées américaines en Europe. Avec ses dimensions (respectivement 53 x 11 x 9 mètres en longueur, largeur et hauteur), il s’agit du plus grand bâtiment d’Europe réalisé à partir d’une imprimante 3D. Il a annoncé que son « impression » avait commencé en avril de cette année et que fin juillet le dernier élément en béton avait été installé. Vague allemande.

Comment construire avec une imprimante 3D ?

Le projet de construction d’imprimante 3D a été créé par Kraus Group. Son président, Hans-Jörg Kraus, est satisfait de la nouvelle technologieavoue-t-il à ARD.

Ce n’est cependant pas le premier bâtiment de ce type en Allemagne. En 2020, dans la ville de Birkum, en Rhénanie du Nord-Westphalie, une maison a été construite à partir de pièces « imprimées » sur une imprimante 3D. Le centre informatique de Heidelberg est le troisième bâtiment à recevoir un permis de construire.

Cependant, le chantier lui-même est complètement différent des autres : à la place des machines bruyantes habituelles, il y a ce qu’on appelle une « imprimante géante », qui pose une couche de béton sur une autre – avec un tuyau et une buse à pression. C’est presque comme mettre du glaçage sur un gâteau à l’aide d’une poche à douille. Les murs sont ondulés, vus d’en haut ils ressemblent à un rectangle avec des courbes. De telles formes ne sont pas possibles dans la construction traditionnelle.

Les bâtiments équipés d’une imprimante sont-ils plus respectueux de l’environnement ?

READ  Aléatoire: Wild Speedrunner's Breath complète la course à 100% sans infliger de dégâts

Autre avantage : le béton spécial utilisé a une empreinte carbone beaucoup plus faible et peut être recyclé, souligne ARD. Le rêve de Krause est que d’ici quelques années, si nécessaire, ce bâtiment soit démoli, démantelé et recyclé. Et de là à « imprimer » un nouveau bâtiment qui repose entièrement sur les énergies renouvelables.

Robert Jahn de l’Université technique de Dresde fait des recherches sur l’impression 3D. Il est également enthousiaste, mais il ne croit toujours pas que le béton utilisé soit respectueux de l’environnement, car ce matériau peut venir de loin. Le ciment a déjà été développé spécifiquement pour l’impression 3D, écrit ARD. Mais il doit notamment être facile à pomper et à éliminer. Il ne s’agit donc pas d’un matériau courant et il est disponible dans de nombreux endroits. «Il se peut donc que le béton soit transporté sur de longues distances», a-t-il déclaré à ARD.

Ce n’est cependant pas le cas pour le bâtiment d’Heidelberg : au cours des deux dernières années, Heidelberg Materials a construit un site de production de béton 3D en Rhénanie du Nord-Westphalie.

De nouvelles exigences pour les travailleurs du bâtiment

Le béton standard est également utilisé dans ce bâtiment. Le constructeur place manuellement les joints entre les murs partiellement parallèles que le robot imprime. Du béton ordinaire est ensuite coulé dans l’espace qui les sépare, ce qui reste une exigence de construction actuelle, explique ARD. «À l’avenir, les murs devraient être suffisamment stables, mais la technologie n’est pas encore assez performante», explique Kraus.

READ  L'Université d'Oxford et Nintendo veulent savoir comment les joueurs de croisement d'animaux se comportent mentalement

Seules trois à quatre personnes ont été nécessaires sur le chantier pour soutenir le bras robotique et surveiller le processus. Il s’agit d’un énorme avantage de l’impression 3D, en particulier dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le pays, a déclaré Kraus à l’ARD. L’impression 3D va changer radicalement les exigences de ce métier. C’est déjà clair : les ouvriers du bâtiment tiennent une pelle dans une main et un ordinateur dans l’autre.

L’impression deviendra-t-elle bientôt la norme ?

À quelle vitesse le métier va-t-il réellement évoluer et quand les maisons commenceront-elles à être construites en masse selon cette nouvelle méthode ? Selon Jan, de l’Université technique de Dresde, cela prendra du temps. Le béton liquide qui passe à travers la buse n’a pas encore reçu d’approbation standard. Chaque maison est commandée individuellement, nous en apprend davantage grâce à la publication ARD.

De plus, les systèmes d’impression de passerelle actuellement utilisés sont beaucoup plus grands que les bâtiments à construire. Dans les zones à forte densité urbaine du centre-ville, où il est par exemple nécessaire de combler un vide et de construire plusieurs étages, il convient de vérifier s’il est possible d’utiliser la technologie existante sous sa forme. « Je pense que l’impression 3D du béton sera davantage utilisée pour des objets prestigieux dans un avenir proche. »dit janvier.

READ  Boat Races 2023 : Naoum Moyle - Physicien des particules français désireux de gagner avec Cambridge

C’est exactement le cas à Heidelberg. Le principal problème à l’heure actuelle est que personne n’a encore beaucoup d’expérience avec cette nouvelle technologie. « Cela signifie que nous n’avons aucune idée des problèmes auxquels nous pourrions être confrontés à l’avenir », a déclaré Hans-Jörg Kraus à la chaîne de télévision ARD. Il est cependant convaincu que chacun trouvera sa solution.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer