Top News

Petar Bonev du Syndicat des cheminots devant les faits : bientôt il n'y aura peut-être plus personne pour faire démarrer le train à la gare ! ᐉ Actualités de Fakti.bg – Bulgarie

Conseil de coordination du Syndicat des cheminots de Bulgarie (CS du Syndicat des cheminots de Bulgarie), après avoir discuté de l'état d'avancement des négociations pour la conclusion d'une nouvelle convention collective de travail (CLA) à la Société nationale d'infrastructure ferroviaire (DP NKJI) ) et la situation actuelle du système ferroviaire Fer, a-t-il demandé Démission de la direction De NKŽI. C'est ce qu'a annoncé le syndicat. Que se passe-t-il… Petar Bunev, président du Syndicat des cheminots de Bulgarie, s'est entretenu avec FAKTI.

– Monsieur Bunev, que ne pouvez-vous pas être d'accord avec la direction actuelle du DP NKŽI pour en arriver à demander sa démission ?
– Nous avons clairement formulé les problèmes du NKŽI, mais nous ne voyons pas d'opportunités ni de moyens de les résoudre. Je vais commencer par les problèmes – nous parlons d'un grand nombre de postes vacants (c'est-à-dire de postes vacants), d'une forte augmentation de l'âge moyen des employés opérationnels, d'un travail permanent avec un petit nombre d'employés et du travail d'un grand nombre de collègues sous une même direction. Deuxième contrat de travail pour heures supplémentaires chez le même employeur, une proportion élevée et en constante augmentation d'heures supplémentaires interdites par la loi, et dans des conditions de transport ferroviaire et d'heures supplémentaires dangereuses. Je ne peux m'empêcher de mentionner l'autre problème, à savoir le chaos qui règne dans tout le système, notamment à la gare de Sofia. Mais allons-y dans l'ordre. Nous négocions actuellement la signature d'une nouvelle convention collective de travail. Nous avons clairement exposé les problèmes, et ce ne sont pas seulement des allégations, mais nous cherchons un moyen de trouver une solution commune. Donne un exemple.

READ  dictionnaire français accusé de "réveiller" la conscience de genre | La France

Nous avons actuellement 1 300 postes vacants.

Il n'y a tout simplement personne pour venir travailler. Ici se pose le problème de l'âge moyen dans l'entreprise : nous parlons d'employés de plus de 50 ans, les gens doivent toujours travailler avec moins de personnel, et puis viennent les heures supplémentaires. Nous avons mis ces questions sur la table et cherchons des solutions. Si cela continue encore un peu, nous n'aurons plus de travailleurs. Beaucoup de gens sont en âge de préretraite et quand ils partent, que se passe-t-il… Écoutez, à la fin, il se peut que bientôt il n'y ait plus personne pour laisser le train entrer dans la gare. C'est le gros problème. Comprenez-vous la gravité de l’affaire ?

– Devons-nous comprendre que le manque d'employés réguliers est le plus gros problème ?
– Pour faire circuler des trains, pour faire fonctionner une gare, il faut des hommes. Cela devrait être clair pour tout le monde. Et croyez-moi, le travail de ces personnes n’est pas facile.


-Personne ne dit que c'est léger…
– Je veux dire, un employé des chemins de fer a de nombreuses responsabilités. Chaque salarié subit un examen psychologique pendant une période de trois ans, et tous les trois ans il réussit l'examen conformément à la réglementation, et des examens médicaux préventifs sont effectués pour lui. Ce sont toutes des exigences pour lui. Même si certains pensent que les chemins de fer ne sont qu’une seule chose, ce n’est pas le cas. Les responsabilités de ces personnes sont grandes, car leur erreur a des conséquences très graves. Pendant ce temps, en échange de ces responsabilités, on reçoit de l’argent qui ne correspond pas au travail en question.

READ  Rugby des Six Nations: l'Écosse bat l'Angleterre à Twickenham, la France bat l'Italie

– Parlons chiffres. Combien gagne un salarié ?
-C'est différent pour chacun. Selon nos données de 2023, depuis que nous avons effectué une analyse, le salaire moyen dans l'entreprise est de 1 578 BGN, pour le secteur des transports il est de 1 676 BGN et pour le pays, le salaire moyen est de 2 012 BGN. Ce ne sont pas des chiffres éculés, mais des faits. C'est là que vient la grande différence avec les employés de la direction.

– Quelle est la différence ?
– Les hauts dirigeants reçoivent des salaires beaucoup plus élevés. On parle d'un salaire 5 à 6 fois supérieur au salaire le plus bas de l'entreprise. Nous voulons couper ces ciseaux. Nous voulons que les petits salaires augmentent davantage en pourcentage, et que les salaires élevés augmentent moins. Mais cela n'est pas accepté par la direction. Cela peut être fait grâce au fonds « allocation de travail » dont nous disposons actuellement. Il faut juste restructurer les choses.

– Et « la lumière dans le tunnel » comme on dit dans les hadiths, voyez-vous. Y a-t-il une chance de comprendre… ?
– Pour le moment, nous sommes confrontés à un rejet, mais à la fin, nous passons à autre chose. Nous savons quoi faire de la part des syndicats. D’abord le rassemblement, puis la grève est déjà préparée. La grève est un moyen d'atteindre des objectifs. Nous cherchons désormais à trouver une solution négociée à ces questions. Sinon, nous n'avons pas peur. Nous savons ce qui se passe et comment cela se passe. Et d'autres. La situation complexe est le résultat d'une gestion non professionnelle des opérations d'exploitation par DP NKŽI. Cette condition crée des conditions et des conditions préalables qui aggravent et mettent en danger la sécurité des transports. La situation actuelle au carrefour ferroviaire de Sofia et les réactions des clients, de la société et des médias en sont un parfait exemple. Cela nous amène à exiger la démission de la direction de l'entreprise pour incompétence et procédures inadéquates.

READ  La France gèle 31 propriétés de luxe de huit milliardaires russes sous le coup de sanctions

Taux:





appréciation 4.4 depuis 7 voix.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer