Economy

Macron risque son gouvernement en repoussant l’âge de la retraite

Paris – Paris (AFP) – Le président français Emmanuel Macron a ordonné jeudi à son Premier ministre d’exercer un pouvoir constitutionnel spécial pour contourner le Parlement afin d’imposer une loi extrêmement impopulaire portant l’âge de la retraite de 62 à 64 ans sans vote.

Son risque calculé a provoqué un tollé parmi les législateurs, qui ont commencé à chanter l’hymne national avant même l’arrivée du Premier ministre Elizabeth Borne à la Chambre des représentants. Elle a parlé avec force à leurs cris, reconnaissant que la décision unilatérale de Macron conduirait à des motions rapides de défiance envers son gouvernement.

La colère des députés de l’opposition fait écho à celle des citoyens et des syndicats. Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place de la Concorde devant l’Assemblée nationale et ont allumé un feu. À la tombée de la nuit, la police a attaqué les manifestants par vagues pour dégager l’élégant lieu, mais des centaines sont restés environ une heure plus tard.

Et les syndicats qui organisent des grèves et des marches depuis janvier dernier, laissant Paris qui sent bon les tas d’ordures, ont annoncé de nouvelles marches et marches de protestation. Ils ont déclaré que « cette réforme des retraites est brutale, injuste et injustifiable pour le monde du travail ».

READ  Danone encourage les petits agriculteurs à rejoindre le secteur laitier en France

Et Macron a décidé d’invoquer le pouvoir spécial lors d’un conseil des ministres à l’Elysée présidentielle, quelques minutes avant le vote prévu à la chambre basse du parlement français, car il n’avait aucune garantie de majorité.

« Aujourd’hui, l’incertitude plane » quant à savoir si la majorité votera pour le projet de loi, a concédé Bourne, mais a déclaré « nous ne pouvons pas jouer sur l’avenir de nos retraites. Cette réforme est nécessaire ».

Bourne s’est attiré les huées de l’opposition lorsqu’elle a déclaré que son gouvernement était responsable devant le parlement. Elle a ajouté que les législateurs pourraient essayer d’annuler les changements par des motions de censure.

« Il y aura effectivement un vote en bonne et due forme, et donc la démocratie parlementaire aura le dernier mot », a déclaré Bourne.

Elle a déclaré dans une interview jeudi soir qu’elle n’était pas en colère lorsqu’elle s’adressait à des législateurs irrespectueux, mais qu’elle était « très choquée ».

« Certains (députés de l’opposition) veulent le chaos dans l’assemblée et dans les rues », a-t-elle déclaré.

Les députés de l’opposition ont appelé le gouvernement à se retirer. Un législateur communiste a qualifié le pouvoir présidentiel de « guillotine » politique. D’autres l’ont qualifié de « déni de démocratie » indiquant le manque de légitimité de Macron.

Marine Le Pen a déclaré que le Rassemblement national d’extrême droite présenterait une motion de censure, et le député communiste Fabien Roussel a déclaré qu’une telle motion était « prête » de la gauche.

« La mobilisation va continuer », a déclaré Roussel. Cette réforme doit être suspendue.

Le chef républicain Eric Ciotti a déclaré que son parti « n’ajouterait pas le chaos au chaos » en soutenant la motion de rappel, mais que certains collègues conservateurs en désaccord avec la direction du parti pourraient voter individuellement.

READ  Biden se rend en Europe avec son agenda économique – et sa présidence – en jeu à la maison

La motion de censure, désormais attendue au début de la semaine prochaine, nécessite l’approbation de plus de la moitié des membres de l’assemblée. S’il est adopté – le premier depuis 1962 – le gouvernement devra démissionner. Macron pourrait reconduire Bourne s’il le souhaitait, et un nouveau gouvernement serait nommé.

Si les motions de censure n’aboutissent pas, le projet de loi sur les retraites sera réputé approuvé.

Le Sénat a adopté le projet de loi plus tôt jeudi par un vote de 193 voix contre 114, un nombre largement attendu puisque la majorité conservatrice du Sénat a soutenu les changements.

Le relèvement de l’âge de la retraite incitera les travailleurs à injecter plus d’argent dans le système, qui, selon le gouvernement, est sur le point de se retrouver en déficit. Macron a présenté les modifications des retraites comme étant au cœur de sa vision de rendre l’économie française plus compétitive. La réforme exigerait également 43 ans de travail pour gagner une retraite à taux plein, entre autres mesures.

Le dirigeant de gauche Jean-Luc Mélenchon a déclaré à la foule à la Concorde que Macron avait croisé « la tête de la volonté du peuple ». Des membres du parti « France Outcast » de Melenchon figuraient parmi les membres du Congrès qui ont chanté sur la musique de Marseille pour tenter de contrecarrer le Premier ministre.

Des dirigeants syndicaux en colère ont annoncé de nouvelles grèves un jour après que près de 500 000 personnes ont manifesté contre le projet de loi. François Humrell de la CFE-CGC, qui représente entre autres les travailleurs de l’énergie, a déclaré que le gouvernement « force le vote lorsqu’il est certain qu’il va gagner » et « bloque le vote lorsqu’il sait qu’il va perdre ».

READ  La star de la fintech PrimaryBid se lance en France avec Euronext après une année amusante

Les défis économiques ont conduit à des troubles généralisés dans toute l’Europe occidentale, où de nombreux pays, comme la France, avaient un faible taux de natalité, laissant moins de jeunes travailleurs pour maintenir les pensions des retraités. Le gouvernement de gauche espagnol s’est joint mercredi aux syndicats pour annoncer un accord « historique » pour sauver le système de retraite.

Le ministre espagnol de la Sécurité sociale, José Luis Escrivá, a déclaré que les Français avaient un modèle complètement différent et insoutenable et n’avaient « pas traité le système de retraite depuis des décennies ». Les travailleurs espagnols doivent rester au travail jusqu’à l’âge de 65 ans au moins et ne seront plus tenus de travailler – au lieu de cela, leur nouvel accord augmente les cotisations patronales pour les salaires les plus élevés.

___

Les contributeurs d’Associated Press incluent Jeffrey Schaefer, Nicholas Garriga, Masha MacPherson et Alex Turnbull à Paris ; Barbara Sork à Nice ; et Ciaran Giles à Madrid.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer