Economy

Macron dévoile l’agenda de l’UE avant la présidentielle française

Le président français Macron s’est engagé à travailler pour rendre l’Europe « plus puissante » dans le monde alors que la France est sur le point de prendre la présidence tournante de l’Union européenne, une période qui chevauche l’élection présidentielle du pays et pourrait le mettre dans une position difficile si il fait campagne pour un second mandat.

Macron devrait se présenter aux élections en deux étapes d’avril et le rôle de la France dans la présidence tournante de six mois du Conseil européen commence le 1er janvier.

Beaucoup aimeraient s’appuyer sur une seule nation. « Les États sont notre force, notre fierté, mais l’unité européenne est leur complément indispensable », a déclaré fièrement le président pro-UE.

« Nous voulons avoir (…) une Europe forte dans le monde, pleinement souveraine, libre de faire ses propres choix et de contrôler son destin », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Paris.

Macron a déclaré que la présidence française de l’UE favoriserait un « modèle européen de croissance » qui permettrait au bloc des 27 pays de générer de la richesse et des emplois tout en préservant les normes sociales et climatiques.

Il a annoncé une série de sommets au premier semestre de l’année prochaine sur les politiques de défense de l’UE et les relations du bloc avec l’Afrique et les Balkans orientaux.

Il a déclaré que l’Europe est confrontée à des défis importants, du changement climatique aux problèmes d’immigration impliquant « la manipulation par certains pays » et « des tentatives de déstabilisation, et des tensions, y compris chez nos voisins les plus proches ». Ces derniers mois, l’Union européenne a accusé la Biélorussie d’encourager les demandeurs d’asile à traverser le pays vers les pays voisins de l’UE, tels que la Pologne, la Lituanie et la Lettonie.

READ  Deux poulets français ouverts dans le centre-ville

Macron a déclaré qu’il tiendrait des pourparlers avec d’autres dirigeants de l’UE pour rendre le bloc « mieux capable de contrôler ses frontières ».

Macron, qui a été élu en 2017, n’a pas encore annoncé officiellement s’il briguerait un second mandat.

Il a noté que le calendrier de la présidence française de l’Union européenne était largement lié à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne et a insisté sur le fait qu’il serait pleinement engagé dans la mission européenne au moins jusqu’aux élections françaises.

Peut-être que la politique de la France changera. « La France restera certainement », a déclaré Macron.

« Je le répète : la période que les Français m’ont donnée (en fonction), et je la servirai jusqu’au dernier quart d’heure », a-t-il déclaré.

La présidence française de l’UE pourrait fournir une plate-forme pour la campagne de Macron, mais elle la complique également si la course est principalement axée sur des questions intérieures telles que l’économie française, la sécurité et l’immigration.

Le chef de Macron pourra utiliser la présidence pour influencer les décisions au niveau de l’UE, mais le processus décisionnel complexe et consensuel du bloc pourrait jouer contre lui et conduire à peu d’actions concrètes avant les élections d’avril.

Macron promeut la vision de l’UE d' »indépendance stratégique » qui permettrait au bloc d’améliorer la concurrence de la Chine et de la mettre sur un pied d’égalité avec les États-Unis.

Notamment, il fait pression pour une « défense européenne plus forte et plus capable » qui contribue à la sécurité transatlantique et mondiale et complète l’OTAN.

La devise de la France pour la présidence de l’UE est « Relance, force, appartenance » – le dernier mot destiné à véhiculer l’idée de renforcer le sentiment d’appartenance commune des Européens au bloc.

READ  Point sur l'évolution des recommandations à Paris: Safran, Air France-KLM, Accor

La conférence de presse du leader français sur la présidence de l’UE était le moment où Macron s’est présenté devant des journalistes à l’Elysée pour répondre à un large éventail de questions. Sa conférence de presse publique a eu lieu en avril 2019 après les manifestations anti-gouvernementales des « gilets jaunes » contre les injustices sociales et économiques.

Les sondages sur les intentions de vote suggèrent que Macron est en tête de la course depuis des mois. L’une de ses priorités sera de retirer le soutien aux candidats conservateurs et d’extrême droite, qui votent plus fortement que les candidats de gauche et semblent mieux placés pour accéder au second tour.

La semaine dernière, le principal parti conservateur de France, les Républicains, a choisi la présidente de la région parisienne, Valérie Pecres, comme candidate à la présidentielle.

Connue pour être pro-européenne, Pecres est connue ces derniers mois pour ses positions dures sur l’immigration et la sécurité. Macron n’a qu’une obsession : plaire (au peuple). Il s’agit de faire les choses, m’a-t-elle dit, et a juré de « rompre » avec la politique centriste du président.

Deux des prétendants d’extrême droite, Marine Le Pen, présidente du caucus national qui a affronté Macron lors du second tour de 2017, et l’ancien analyste de la télévision Eric Zemmour, font campagne sur des thèmes anti-islam et anti-immigrés.

Dans une apparente réponse à l’extrême droite, qui prend presque le ton d’un candidat à la présidentielle, Macron a conclu la conférence de presse en déclarant : « Quand souffle le vent, il est légitime de faire des choix démocratiques ».

READ  La Grèce, l'Espagne et la France `` ne figureront probablement pas sur la prochaine liste verte ''

Il a déclaré que les institutions françaises ne devraient faire aucune concession au « racisme ni à l’antisémitisme », saluant les « discussions et polémiques » et dénonçant « la haine ».

A gauche, la maire de Paris Anne Hidalgo est la candidate présidentielle du Parti socialiste et les Verts ont choisi l’eurodéputé Yannick Gadot, ancien militant de Greenpeace.

Le leader d’extrême gauche du parti Rebelle France, Jean-Luc Mélenchon, qui brigue la présidence pour la troisième fois, a appelé Macron à « entrer dans le débat ».

Il a déclaré que Macron n’était « pas au-dessus de la démocratie ».

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer