Economy

Macron a du mal à briser l’habitude de dépenser des Français

  • Mise à jour de la note de Standard & Poor’s prévue vendredi après la dégradation de la note de Fitch
  • Macron envisage de nouvelles réductions d’impôts après les protestations contre les retraites
  • Le ministre des Finances veut freiner les dépenses

PARIS (Reuters) – Le président Emmanuel Macron a assoupli la législation du travail et réduit les impôts, entre autres réformes, pour redresser l’économie, mais cela n’a pas brisé la dépendance de la France aux grosses dépenses pour acheter la paix sociale.

Soucieux de tourner la page après des mois de protestations contre son projet de porter l’âge de la retraite de deux ans à 64 ans, Macron s’est engagé le mois dernier à réduire les impôts de la classe moyenne de 2 milliards d’euros (2,2 milliards de dollars).

Avec la dette de la France parmi les plus élevées d’Europe à près de 110% de la production économique, ses plans ont été accueillis par des avertissements sévères de la part du Bureau d’audit public et de la Banque centrale selon lesquels la France ne pouvait pas se permettre des réductions d’impôts sans réduire autant les dépenses.

« Nous devons faire plus de travail budgétaire. Nous devons faire attention aux réductions d’impôts non financées et permettre aux dépenses de croître très rapidement », a déclaré jeudi François Villeroi de Gallau, gouverneur de la Banque de France, lors d’une conférence.

Les agences de notation notent également l’absence de progrès de la France dans la réduction de la dette publique, qui s’est aggravée pendant la crise du COVID-19 et s’élève désormais à près de 3 000 milliards d’euros.

READ  La Grande-Bretagne perd 750 millions de livres auprès des vacanciers chinois à cause de la taxe touristique

Alors que la réforme des retraites vise à alléger la charge budgétaire, l’agence de notation Fitch a néanmoins abaissé la dette publique de la France fin avril, affirmant qu’une paralysie politique potentielle et des troubles sociaux constituaient des risques pour le programme de réforme de Macron.

Graphiques Reuters

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, s’est affairé ces dernières semaines à persuader S&P Global de ne pas en faire autant, puisqu’elle doit donner son avis sur la France vendredi soir.

« Contrairement à ce qu’a dit Fitch, nous sommes en mesure de mettre en œuvre, de faire passer et de mettre en œuvre des réformes », a déclaré mercredi Le Maire à la radio France Inter, citant la réforme du régime des retraites et de l’assurance-chômage à la fin de l’année dernière.

Il a déclaré qu’il détaillerait les plans de limitation des dépenses plus tard ce mois-ci après avoir ordonné à chaque ministère de réduire de 5% son budget. De plus, la semaine dernière, il a demandé aux ministères de geler 1% de leurs dépenses pour maintenir les finances publiques du gouvernement sur la bonne voie.

Le risque est que la France ne respecte pas les promesses des partenaires européens de Paris de réduire son déficit budgétaire de 4,9 % de la production cette année à moins de la limite de 3 % de l’UE en 2027, ce que certains économistes considèrent déjà peu ambitieux.

« Ce qui m’inquiète, c’est que la France semble être le seul pays qui n’ait pas compris que 3% n’est pas un objectif mais une limite qui ne peut pas être dépassée », a déclaré Philippe Godin, économiste en chef à la Barclays Bank, ancien haut fonctionnaire de la Banque française. Trésorerie. .

READ  L'Allemagne et la France renforcent la plate-forme commune d'achat de gaz de l'UE - document

Alors que la dette française ne risque pas de tomber sur les marchés financiers, le coût de l’échec à réduire le déficit et la dette augmente rapidement.

Une hausse des taux d’intérêt l’an dernier signifie que le ministère des Finances s’attend désormais à ce que le coût du service de la dette française passe de 41 milliards d’euros cette année à plus de 70 milliards d’ici 2027, soit plus que ce que le gouvernement dépense pour l’éducation ou la défense.

« Nos politiques pour les Français au cours des six dernières années portent leurs fruits sur la croissance, l’emploi et le reconditionnement. Nous ne le faisons pas pour les agences de notation », a déclaré Le Maire.

(1 $ = 0,9084 euro)

Reportage de Lee Thomas à Paris, Montage par Matthew Lewis

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer