World

L'Union européenne, la Bulgarie et la Grèce ont averti la Macédoine du Nord de ne pas respecter ses accords.

L'Union européenne, la Grèce et la Bulgarie ont averti la Macédoine du Nord que son intégration européenne dépend du respect des traités qu'elle a signés avec elles.

Le président Roumen Radev et le Premier ministre Dimitar Glavchev ont annoncé dans des positions séparées qu'ils n'accepteraient pas les déclarations de Skopje qui contrediraient les traités internationaux.

La raison de leur réaction était la campagne électorale qui s'est terminée chez notre voisin du sud-ouest et l'investiture de la nouvelle présidente du pays, Gordana Siljanovska, qui a provoqué un scandale international.

Elle n’a pas appelé son pays par son nom constitutionnel, Macédoine du Nord, mais seulement « Macédoine », violant ainsi la constitution du pays.

Le changement de nom était l'une des conditions posées par la Grèce pour l'admission de Skopje aux négociations d'adhésion à l'OTAN et à l'UE. Cela s’est produit avec le Traité Prespa de 2018.

Skopje est également confrontée à des problèmes concernant le respect de l'accord de bon voisinage avec la Bulgarie depuis 2017. Le pays n'a pas encore inclus les Bulgares dans sa constitution. C'est une condition qui a été posée dans le cadre des négociations avec la Macédoine du Nord.

Le parti VMRO-DPMNE, vainqueur des élections, a mené une forte campagne anti-bulgare et, immédiatement après les élections de la semaine dernière, son leader Christian Mitskoski est entré en confrontation avec Sofia.

UE : la Macédoine du Nord œuvre au progrès

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré : « Nous attendons du nouveau président et du nouveau gouvernement de la République de Macédoine du Nord qu’ils répondent aux attentes quant aux progrès du pays sur la voie de l’Union européenne. »

Les perspectives de la Macédoine du Nord ont été détaillées dans le dernier rapport sur les progrès du pays vers l'UE de l'automne dernier. L'importance du maintien d'une bonne coopération régionale, de bonnes relations entre les pays et de la mise en œuvre sérieuse des traités bilatéraux conclus, notamment le Traité de Prespa et le Traité d'amitié et de bon voisinage avec la Bulgarie, a été soulignée. C’est ce qu’attend l’Union européenne » a déclaré le porte-parole, citant la BTA.

READ  Covid-19 : les hôpitaux de tout le pays bénéficieront de mises à niveau pour traiter les patients

Bulgarie : la Macédoine du Nord respecte le cadre de négociation

La Bulgarie n'accepte pas les déclarations et les comportements qui contredisent le Traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération de 2017 et d'autres traités internationaux dont la République de Macédoine du Nord est signataire. C'est ce qu'a déclaré le président Roumen Radev, qui a été diffusé par le bureau de presse du chef de l'Etat.

Le chef de l'Etat a noté que la Bulgarie a exprimé à plusieurs reprises sa position sur la nécessité de mettre en œuvre des contrats.

Il convient de noter que la Macédoine du Nord est un État membre de l'OTAN, d'où les obligations et responsabilités correspondantes.

Je suis convaincu que la perspective européenne sur la Macédoine du Nord dépend de la stricte mise en œuvre des traités internationaux auxquels elle est partie, ainsi que du cadre de négociation approuvé par le Conseil européen en juillet 2022, qui, à la connaissance des responsables, est très important. Les institutions de la République de Macédoine du Nord ne seront pas expurgées» ajoute Romain Radev.

Cela a été suivi d'une déclaration également de Premier ministre par intérim Dimitar Glavchev.

« A l'occasion de l'investiture du nouveau président de la République de Macédoine du Nord, la Bulgarie n'accepte pas les déclarations et les comportements incompatibles avec le traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération de 2017 et, en principe, avec les accords entre les pays européens. l’Union et l’Europe. Fédération et la République de Macédoine du Nord », C'est ce qui ressort d'un communiqué de presse du Conseil des ministres.

La Bulgarie a clairement exprimé à plusieurs reprises sa position selon laquelle les accords doivent être strictement appliqués« , souligne Glavchev.

« Nous sommes convaincus que la perspective européenne de la République de Macédoine du Nord dépendra entièrement de sa mise en œuvre globale des accords de juillet 2022 convenus par tous », a-t-il ajouté. » ajoute le Premier ministre bulgare.

READ  Covid-19 : Singapour ouvre ses portes aux voyageurs vaccinés de Nouvelle-Zélande

Grèce : la Macédoine du Nord met en péril son avenir


Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis La prestation de serment hier devant le Parlement à Skopje a suscité de vives réactions.

« La décision provocatrice du nouveau président de la Macédoine du Nord de rompre le texte officiel de son serment et d'appeler son pays par un nom différent est une initiative illégale et inacceptable. C'est un acte qui viole le traité de Prespa et la constitution même de son pays. (De cette manière), cela compromet également son avenir, comme l'a déjà déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Line et le président du Conseil européen Charles Michel. » a écrit le Premier ministre grec, cité par BTA.

Il est à noter que son parti « Nouvelle Démocratie » a voté dans l'opposition en 2019 contre la ratification du traité de Prespa, mais il était déjà au pouvoir et respectait la signature de la Grèce dans le cadre d'un traité international. « Malheureusement, les événements récents confirment la validité de notre position conservatrice permanente », a ajouté Mitsotakis.

Il le confirme « La Grèce rejette les actions telles que celles par lesquelles Mme Siljanovska commence son mandat (et l'appelle à revenir à ses pouvoirs légaux et au style de comportement qui découle de son rôle. »)

«Nous déclarons catégoriquement que nous n'accepterons pas de tels écarts et réaffirmons que tout progrès dans les relations bilatérales, ainsi que tout pas de Skopje vers l'Europe, dépend du respect fidèle des accords et de l'utilisation correcte du nom constitutionnel des deux. voisins et, bien sûr, éviter les provocations.

scandale

La présidente nouvellement élue de Macédoine du Nord, Gordana Siljanovska Davkova, a pris ses fonctions dimanche après avoir prêté serment devant le Parlement à Skopje.

Elle a provoqué un scandale international après avoir déclaré dans son serment : « J'exercerai de manière consciencieuse et responsable la fonction de présidente de la Macédoine ». L'ambassadeur grec à Skopje a immédiatement annulé la cérémonie.

Au cours de sa campagne électorale, Selianowska a déclaré à plusieurs reprises qu'elle n'utiliserait pas le mot « Severna » dans le nom du pays, qui a été modifié par le traité de Prespa avec la Grèce de 2018.

READ  Escape from Hell : Trois atterrissages ratés, une nuit complète à bord, 22 heures de retard

Cependant, le ministère des Affaires étrangères de la République de Macédoine du Nord a appelé les hommes politiques du pays « en particulier les élus » à la prudence quant au respect du contrat de Prespa.

Dans un message du ministère, dont le ministre est toujours Boyar Osmani C « Cela confirme la ferme détermination du pays à respecter sans équivoque les dispositions constitutionnelles, ainsi que toutes les obligations assumées au niveau international, telles que le plein respect de l'accord de partenariat stratégique entre la République de Macédoine du Nord et la République de Grèce. »

Plus tard lundi, le bureau de la présidente de la République de Macédoine du Nord, Gordana Siljanovska, a indiqué que le président du pays « Il a le droit d'utiliser le nom de Macédoine comme un droit personnel à l'autodétermination et à l'identification, dans le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales et conformément aux valeurs et principes européens. »


« La présidente Gordana Siljanovska-Davkova s'en tiendra à l'application formelle du nom constitutionnel. Selon la Constitution, le serment formel (en tant que président) rédigé par le Parlement du pays est signé par le nom constitutionnel (de l'État). En cinq ans, les institutions macédoniennes ont presque pleinement rempli leurs obligations en vertu du Traité de Prespa, et le Président espère que tous les partenaires macédoniens seront tenus de respecter les engagements bilatéraux et multilatéraux qu'ils ont pris envers le pays. Cela est dit à la place de Jordana Siljanovska.

Cependant, le VMRO-DPMNE devrait former le prochain gouvernement avec le soutien d'autres blocs de partis albanais.

La semaine dernière, le leader du VMRO-DPMNE, Hristian Mitskoski, qui devrait devenir le prochain Premier ministre de la Macédoine du Nord, a rejeté les commentaires du Premier ministre bulgare Dimitar Glavchev, expliquant qu'il attendrait l'arrivée d'un Premier ministre plus rationnel à Sofia.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer